Skip to main content

Full text of "Dictionnaire du patois savoyard"

See other formats


A propos de ce livre 

Ceci est une copie numerique d'un ouvrage conserve depuis des generations dans les rayonnages d'une bibliotheque avant d'etre numerise avec 
precaution par Google dans le cadre d'un projet visant a permettre aux internautes de decouvrir 1' ensemble du patrimoine litteraire mondial en 
ligne. 

Ce livre etant relativement ancien, il n'est plus protege par la loi sur les droits d'auteur et appartient a present au domaine public. L' expression 
"appartenir au domaine public" signifie que le livre en question n' a jamais ete soumis aux droits d'auteur ou que ses droits legaux sont arrives a 
expiration. Les conditions requises pour qu'un livre tombe dans le domaine public peuvent varier d'un pays a 1' autre. Les livres libres de droit sont 
autant de liens avec le passe. lis sont les temoins de la richesse de notre histoire, de notre patrimoine culturel et de la connaissance humaine et sont 
trop souvent difficilement accessibles au public. 

Les notes de bas de page et autres annotations en marge du texte presentes dans le volume original sont reprises dans ce fichier, comme un souvenir 
du long chemin parcouru par 1' ouvrage depuis la maison d' edition en passant par la bibliotheque pour finalement se retrouver entre vos mains. 

Consignes d 'utilisation 

Google est fier de travailler en partenariat avec des bibliotheques a la numerisation des ouvrages appartenant au domaine public et de les rendre 
ainsi accessibles a tous. Ces livres sont en effet la propriete de tous et de toutes et nous sommes tout simplement les gardiens de ce patrimoine. 
II s'agit toutefois d'un projet couteux. Par consequent et en vue de poursuivre la diffusion de ces ressources inepuisables, nous avons pris les 
dispositions necessaires afin de prevenir les eventuels abus auxquels pourraient se livrer des sites marchands tiers, notamment en instaurant des 
contraintes techniques relatives aux requetes automatisees. 

Nous vous demandons egalement de: 

+ Ne pas utiliser les fichier s a des fins commerciales Nous avons congu le programme Google Recherche de Livres a l'usage des particuliers. 
Nous vous demandons done d' utiliser uniquement ces fichiers a des fins personnelles. lis ne sauraient en effet etre employes dans un 
quelconque but commercial. 

+ Ne pas proceder a des requetes automatisees N'envoyez aucune requete automatisee quelle qu'elle soit au systeme Google. Si vous effectuez 
des recherches concernant les logiciels de traduction, la reconnaissance optique de caracteres ou tout autre domaine necessitant de disposer 
d'importantes quantites de texte, n'hesitez pas a nous contacter. Nous encourageons pour la realisation de ce type de travaux 1' utilisation des 
ouvrages et documents appartenant au domaine public et serions heureux de vous etre utile. 

+ Nepas supprimer V attribution Le filigrane Google contenu dans chaque fichier est indispensable pour informer les internautes de notre projet 
et leur permettre d'acceder a davantage de documents par 1' intermediate du Programme Google Recherche de Livres. Ne le supprimez en 
aucun cas. 

+ Rester dans la legalite Quelle que soit l'utilisation que vous comptez faire des fichiers, n'oubliez pas qu'il est de votre responsabilite de 
veiller a respecter la loi. Si un ouvrage appartient au domaine public americain, n'en deduisez pas pour autant qu'il en va de meme dans 
les autres pays. La duree legale des droits d'auteur d'un livre varie d'un pays a l'autre. Nous ne sommes done pas en mesure de repertorier 
les ouvrages dont l'utilisation est autorisee et ceux dont elle ne Test pas. Ne croyez pas que le simple fait d'afficher un livre sur Google 
Recherche de Livres signifie que celui-ci peut etre utilise de quelque facon que ce soit dans le monde entier. La condamnation a laquelle vous 
vous exposeriez en cas de violation des droits d'auteur peut etre severe. 

A propos du service Google Recherche de Livres 

En favorisant la recherche et l'acces a un nombre croissant de livres disponibles dans de nombreuses langues, dont le frangais, Google souhaite 
contribuer a promouvoir la diversite culturelle grace a Google Recherche de Livres. En effet, le Programme Google Recherche de Livres permet 
aux internautes de decouvrir le patrimoine litteraire mondial, tout en aidant les auteurs et les editeurs a elargir leur public. Vous pouvez effectuer 



des recherches en ligne dans le texte integral de cet ouvrage a l'adresse |http : //books .qooqle . com 




This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 
publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we have taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 

at http : //books . google . com/| 



Digitized by LjOOQlC 



Digitized by LjOOQlC 



Digitized by LjOOQlC 



Digitized by LjOOQlC 



Digitized by LjOOQ IC 



( 






Digitized by LjOOQlC 



DICTIONNAIRE 



DU 



PATOIS SAVOYARD 

TEL Qu'lL EST PARLE DANS LE CANTON d'aLBERTVILLE 

AYEC DES REMARQ^UES SUR LA PRONONCIATION 

ET DES OBSERVATIONS GRAMM AT1CALES 

SUR LES DIFFICULTIES DE CET IDIOME, 

suivi d'une collection 
PROYERBES & MAXIMES 

USITES DANS LE PAYS, 
PAIl 

F. BRACHET, 



ALBERTVILLE 

IMPRIMERIE J.-M. HODOYER 
1883 



Digitized by LjOOQlC 



Digitized by LjOOQlC 



Preface 



L'6tude des patois est incontestablement dans 
Pordre des id6esactuelles. Toute personne qu'anime 
un vrai patriotisme et qui aime k parler ou 4 entendre 
parler la langue de ses ancStres, est port6e 4 recueil- 
lir, pour les conserver, les restes d'un idiotae qui tend 
k disparaitre de jour en jour. 

Cette 6tude a son importance historique : car nos 
patois s'alterent et se modifient de plus en plus sous 
Tinfluence du frangais qui envahit peu & peu les cam- 
pagnes. Les hommes qui savent encore parler le pur 
et franc patois, sont en g6n6ral des vieillards, tandis 
quelajeuneg6n6ration, tout en compfenant Tancien 
idiome, neparle plus gu6re que le frangais. 

Dans les patois de la Savoie, comme dans toutes 
les langues, il y a des mots qui se transformed, d'au- 

c^ <\ oct 2oi9i7 390655 



— 6 — 

tres qui tombent en d6su6tude ou changent de signifi- 
cation. 

Les alterations par les prefixes et suffixes provien- 
nent de la negligence d'hommes qui ne connaissent 
pas la vraie signification du mot et qui en d6naturent 
le sens par des adjonctions de particules et de termi- 
naisons francaises. 

Certaines formes pures qui ont disparu du frangais 
sont demeurees dans le patois, dit Littr6, et il est des 
barbarismes qu'il serait plus f&cheux d'effacer que de 
conserver. Ainsi le mot patois margdt est sans aucun 
doute le barbarisme de mare d'eau, et margot vient de 
margotter, vieux frangais. 

Beaucoup de mots de l'ancien frangais ont 6t6 con- 
sents dans notre patois; ainsi, on dit encore, comme 
au 16 e siecle, abre, mabre, pour arbre et marbre. 

Les dialectes de la Savoie appartiennent k la lan- 
gue nationale, ils sont issus de la langue romane, 
modifi6e par Titalien et Tespagnol. 

La phon£tique du patois est des plus difficiles & 
traiter par 6crit, une orthographe rationnelle ne pou- 
vant s'6tablir quand il faut employer des triphthon- 
gues (qu'on me permette ce n6ologisme) pour modi- 
fier la prononciation trop radicale de la diphthongue. 

Dans son Cosmos, Humboldt affirme que « l'6tude 
des mots est une des sources les plus riches de la 
science historique. » La v6rit£ de ces paroles ne fait 
plus doute aujourd'hui, gr&ce au progres considera- 
ble que la philologie a accompli depuis un siecle. 

Pendant longtemps l'etymologie ne fut guere qu'un 
art plus ou moins ing6nieux, sans m6thode, sans ordre, 



Digitized by LjOOQlC 



sans regie precise. Chaque grammairien'avait un 
systeme abstrait auquel il ramenait de force les r6sul- 
tats de ses recherches. C'est ainsi que Menage tirait 
le mot rat du latin mus : « on avait du dire d'abord 
mus, puis muratus, puis ratus, enfin rat. » Aussi 
leurs decouvertes ne s'appuyant ni sur l'observation, 
ni sur Texp6rience restaient stferiles. Ce qui faisait 
dire & Montaigne : « la curiosity de cognoistre les 
ehoses a 6te donn6e a l'homme pour fl6au. » 

Je ne me suis pas aventur6 dans des recherches in- 
g6nieuses,je donne l'6tymologie des mots qui n'offrent 
pas de critique. Je ne me tromperai pas quand je di- 
rai que le mot carabinier y encore en usage chez nous, 
signifie un homme arm6 d'une carabine. « L'Gtymo- 
logie scientifique, adit M. Br6al, ne consistepas iin- 
diquer vaguement Taffinite qui peut exister entre deux 
termes, il faut qu'elle retrace, lettre pour lettre, This- 
toire de la formation d'un mot, en r6tablissant tous 
les intermediates par lesquels il a passe. » Ce tra- 
vail est celui du philologue qui 6tudie les variations 
des langues modernes, et analyse jusque dans leurs 
moindres details les transformations phon6tiques et 
les associations d'idees qui amenent les changements 
de signification. 

II existe dans les patois de la Savoie des mots for- 
mes par imitation du son, par onomatop6e, il ne faut 
pas chercher ailleurs leur 6tymologie. Ainsi, gaffd, 
bruit produit par la marche dans l'eau; br'gue, le bruit 
de la rouedu rouet; crouize, le bruit de TScrasement 
d'une noix seche, etc. 

L'organisme des mots doit 6tre 6tudie sans systeme 



Digitized by LjOOQlC 



— 8 — 

prGcongu et chacune de ses parties constitutives de- 
vient Tobjet d'un travail approfondi : car P6tymologie 
est Implication du vrai sens des mots par leur his- 
toire. 

Outre le pictionnaire des mots patois n'ayant pas 
d'6quivalents en frangais, j'ai cru devoir faire un glos- 
saire ou Dictionnaire franco-savoyard, ne renfermant 
que les mots ayant une orthographe et une prononcia- 
tion sp6ciales. Tous les autres mots forment la ma- 
tiere des explications grammaticales consign6es en ce 
volume. Ainsi, le mot consent ement y qui, dans le pa- 
tois s'6crit comitemSy ne figure pas au Dictionnaire, 
parce qu'il est dit dans les observations grammatica- 
les que les syllabes en, ent dufrangais se traduisent 
dans le patois par la voyelle longue 4. 

Si quelques parties du discours sont trait6es som- 
mairement, c'est que le but poursuivi dans ce travail 
est de conserver & mon pays, dans son int6grit6, les 
derniers restes de la langue de nos peres. Puiss6-je Pa- 
voir obtenu cebut, c'est la seule r6compense que j'am- 
bitionne. 



Quand je con$us le projet de faire ce Dictionnaire, 
mon intention 6tait de le publier au nom de la SociiU 
acadimique d'Albertville, fond6e et approuv6e en 
1877. 

Cette soci6t6 avait pour mission de cr6er une biblio- 
thequeet un mus6e (art. 2 des Statuts). 

Malheureusement,les esp6rances qu'avait fait naitre 



Digitized by LjOOQlC 



— 9 — 

la fondation de cette Soci6t6 ne semblent pas pr6s de 

se r<ialiser 

Je ne croyais pas le patois de mon pays si riche de 
mots ni si admirable de concision : j'ai trouv6 plus de 
treize cents mots qui n'ont pas d'6quivalents en fran- 
gais, et cette nomenclature est certainement incom-* 
plete. Je continuerai mes recherches, et les r6sultats 
formeront un supplement qui sera publi6 ult6rieure- 
ment. 



^p^ 




Digitized by LjOOQlC 



Digitized by LjOOQlC 



JplEMARQUES SUR LA J>ROKONCIATION 



Avant d'entreren matiere, il est n6cessaired'ex- 
poser le plan adopt6 pour Forthographe de certains 
mots. 
Pour 6tre bref,et sans vouloir entrer dans de longues 
explications sur les parties du discours, je r6sume les 
principals difficult6s, en les expliquant le mieux 
possible, pour que Tetranger puisse en avoir une 
idee, la transcription des sons patois 6tant des plus 
difficiles. 

En g6n6ral, on prononce a tres ouvert dans nor- 
male, nationale, etc:, comme s'il 6tait marque d'un 
accent circonflexe. Cette prononciation, il faut le 
constater, tend & disparaitre et a faire place a la pro- 
nonciation frangaise. 

II y en a qui exagerent la finale d'un mot en voulant 
la franciser outre mesure; ainsi, il y a les noms qui 
se terminent en az et oz,assez communs dans lepays, 
qu'on prononce e muet, comme Chappaz, qu'on pro- 
nonce Chappe; Garroz, Carre, etc. les voyelles a et o, 
sont P6quivalent de Ye muet. 

Dans certains mots ou Ye muet est pr6cede de la 
consonne r, on appuie fortement sur cette derniere en 



Digitized by LjOOQlC 



- 12*- 

glissant sur la seconde. Ainsi pour les mots brequet, 
instrument; trequet, 6pi de mai's, etc. on ne prononca 
ip&sbre-quet, tre-quet, mais br-quet, trquet. Afin de 
ne pas 6crire ces mots en deux syllabes je remplace 
Temuet par une apostrophe et j'6cris : bfquet tr'quet. 

Quand Ye muet est suivi de deux //, comme dans 
guellioHy qu'on prononce gue-llion, je separe, con- 
trairement k Particle pr6c6dent, le mot en deux sylla- 
bes par un trait d'union, pour ne pas dire guellion 
comme dans le mot frangais rebellion. 

11 en est de meme des mots form6s avec deux nn r 
comme dans semanna, semaine, qu'on prononce se- 
man-na et non semana, comme dans le mot frangais 
panne ou panneau. 

En frangais,e muet ne comptepas pour une voyelle 
sonore, il n'en est pas de mSme dans notre patois 6t 
c'est la pfenultieme voyelle qui s'efface pour appuyer 
sur la derniere. 

En general, quand un mot finit en ia et ie, on ne 
prononce pas tn-a, tie, on glisse l6gerement sur la 
premiere voyelle et l'accent tonique se reporte sur la 
seconde. 

On prononce via comme dans le mot frangais via- 
due, trouie (trou-ie); celatie, celle-ci, etc. 

Dans certains mots onemploie souvent laconsonne 
f pour le c; ainsi, on dit feindret pour ceindret, 
cendres; frise pour cerise, et par extension fr'ger ou 
friger pour cerisier. 

La lettre g est g6n6ralement remplace par z. Ex. 
linge, linze; singe, sinze, etc. 

La lettre ft, initiale , n'a aucune valeur , elle 



Digitized by LjOOQlC 



— 13 — 

ne s'emploie que pour imiter les mots frangais : 
habit , comme en frangais habit; homme, homme. II 
n'y a pas de difference. 

Je n'ai rien trouve de mieux pour mouiller la lettre 
iquedela faire pr6c6der d'un second i. Ainsi, pour 
les adjectifs num6riques dix et dixttme, qui se tradui- 
sent par dii et diigdme, qu'il ne faut pas prononcer 
dii et diigdme. 

Le ft a la mSme valeur que le c devant a, o, w, et si on 
Temploie quelquefois c'est pour 6viter de se servir de 
qu devant les voyelles e % i. 

Contrairement & certains auteurs qui emploient le 
systeme italien pour repr6senter la lettre/ mouill6e 
par gl devant la voyelle i, j'ai adopts le proc6d6 espa- 
gnol //. Ainsi, je dis lluira, petite ficelle, et nom 
gliuira ou liuira ; lloutra, myrtille, et non glioulra 
ou lioutra. 

Quand, dans les mots patois, les deux // ont une 
articulation qui leur est propreje lesd6double par un 
trait d'unionet j'6cris bel-lou, b6lier; bel-lamS, beau- 
coup, etc. 

Dans la langue frangaise, il n'y a pas de mots com- 
mengant par / mouill6. 

Les deux // dans le corps d'un mot, prec6d6s d'un 
i, se protionce comme en fran<jais. 

En Savoie, et m6me dans les d6partements voisins, 
on adoucit gen6ralement le son de la lettre o; ainsi, 
onle prononce dans kilo comme dans connu, dans fa- 
gotcomme dans fagoter. On ne tient pas compte de la 
place de cette voyelle dans le corps du mot, car, en 
g6n6ral, quand elle forme la derniere syllabe d'un 



Digitized by LjOOQlC 



— 14 — 

mot, elle doit se prononcer au, et o ferme, comme 
dans &0$$tt,quandelle se trouve dans le corps du mot. 

La voyelle o est tres fermee dans les pronoms per- 
sonnels nous vous, l'article les> les adverbes tout, 
toujour*, etc. Pouradoucir leson de cette voyelle je 
l'ecris par un #, et je dis : nee, vce, to, /#, tc&zw, 
qiTil faut prononcer comme dans les mots frangais 
nonne, voleur, loge, tonne, etc. 

II y a d'autres mots, a peu pres semblables pour la 
prononciation, mais qui different cependant assez 
pour que j'en donne Pexplication. Cesont les mots 
toesi, tousser ; moezai, museau ;noeri, nourrir, etc, 
les deux voyelles oe ne forment qu'un son, produisant 
Teffetd'une diphtongueet se prononce entre Tune et 
Pautre. 

II y a aussi dans ce genre de mots, mais avec une va- 
riation dans la prononciation, des noms dont il est 
impossible de rendre Texpression enfrangais, je me 
contente de les expliquer de mon mieux. Dans cette 
categorie, se. trouve la syllabe ou qu'on prononce en 
patois entre o et eu. Ainsi, mouton, que j'ecris moeu- 
ton; loup, loeu; ecurie, boeu; foudre, foeudra, etc. 

La lettre *, dans la langue franchise et dans le corps 
d'un mot, se prononce s initiale entre une voyelle et 
une consonne, comme dans chanson, et z quand elle 
est entre deux voyelles comme dans maison; dans 
notre patois elle a toujours la valeur de ss. 

II y en a qui font sonner cette consonne s dans le 
mot cours, employ 6 au pluriel. II est assez choquant 
d'entendre dire : faire ses courses de droit ou de mede- 
cine, pour ses cours. 



Digitized by LjOOQlC 



— 15 — 

X n'est pas usite dans notre patois, excepts pour les 
mots qui s'ecrivent comme en frangais. 

Dans certaines parties de la Savoie on prononce la 
lettre z avec le bout de la langue sur les levres, comme 
on le fait pour le th anglais devant une voyelle ou le 
c espagnol devant i, e, ce qui n'a pas lieu dans notre 
contree ou cette consonne se prononce dans toute sa 
force comme en frangais. 

Quand je dissur le titre de cet ouvrage, patois parU 
d, Albertville, il faut observer en effet que, d'une ville 
ou d'un village a l'autre, il y a une difference dans la 
prononciation, suivant qu'on s'eloigne de la frontiere, 
soit italienne, soit frangaise, Ainsi, a Chambery, on 
dit samp,. a Albertville stamp, champ; santd, stantd, 
chanter, etc. 

Dans notre contree, sauf de rares exceptions, le ch 
se traduit toujours par st . 

Notre patois, a Albertville, est plus difficile a par- 
ler, et surtout aecrire, que celui de Chambery et d'An- 
necy. Je prends pour exemple les pronoms person- 
nels moi,'toi,soi, qu'aFaverges seulement on traduit 
met, tet, sein. A Albertville, le son est entre le d et le a, 
et il est impossible de Texpliquer, la meilleure id6e 
qu'on puisse en donner ne pourrait parvenir & le faire 
comprendre au lecteur s'il ne Pentendpasprononcer. 
J'ai adopte de Tecrire h avec accent grave, et je dis 
ma % t&, s&. 

Outre les pronoms indiques il y a presque tous les 
mots qui se terminent par la diphtongue oi qui setra- 
duisent ainsi : froid, fra, savoir, savh; poids, poil, pois, 
pa, etc. 



Digitized by LjOOQlC 



— 16 — 

Pour certains mots, et afin'd'dviter une prononcia- 
tion douteuse, comme on en trouve trop d'exemples 
dans la langue frangaise, je les ai 6crits de la maniere 
la plus radicale. Ainsi ant et ent font an, tandis que 
ent employ^ & la 3 e personne du pluriel fait e muet. 
Pour 6viter toutes ces difficult6s j'ai 6crit tous les 
mots dont la finale pourrait 6tre en par an. 

Ce qui rend la langue frangaise difficile & apprendre 
et k prononcer, et par extension notre patois qui en 
derive, c'estleson, c'est la prononciation des sylla- 
bes et des diphthongues. Ainsi, quand on 6crit : les 
poules couvent au couvent, on ne peut pas savoir que 
dans le premier mot ent se prononce e muet, tandis 
que dans le second il se prononce an. 

Aux mots qui ont du rapport avec le fran<jais je 
conserve autant que possible Torthographe frangaise. 
Ainsi, je dis biau> beau, et non bio; stand, chaud, et 
non st6; viau> veau, et non vi6, etc. 



Digitized by LjOOQlC 



— 17 — 

OBSERVATIONS GRAMMATJCALES 

J'ai exclu du Dictionnaire frangais-patois tous les 
mots dont la ressemblance avec notre patois aide suf- 
flsamment le lecteur & les comprendre. 

Les observations suivantes ont pour but de r6sou- 
dre certaines difficult6s de traduction et de pronon- 
ciation qui pourraient encore se rencontrer dans les 
mots qui ne figurent pas ai* Dictionnaire. 

Les mots qui se terminent en er % S, Se, en fran- 
§ais, finissent en d en patois. Abuser, abuzd; d6grin- 
go\& y dig ring old; travers6e, travarsd. 

La syllabe on, pr6c6d6e d'un i, se traduit par chon : 
abnegation, abnigachon; passion, paction. II n'en est 
pas de m6me sans la voyelle t, et on dit : mtison pour 
moisson, et m&zon pour maison. 

Les terminaisons ou commencements de mots en 
am, ant, ent, em, en, ont la desinence en S ouvert en 
patois : amputer , ipuld; passant, pasS; moment, 
momi; emporter, Sportd; environ, Sviron. 

Quand le singulier finit en e muet et en a, le pluriel 
se forme en et : boucle, sing, boclia, plur. bocliel ; 
joue, sing, zdva, plur. zdvet. 





DE L'ARTICLE 






MASCULIN 




Sing. 


le ... le le boeuf, 


le bou. 


Plur. 


les ... to : les boeufs, 


Ice bou. 



Digitized by LjOOQlC 



— 18 — 







FEMININ 




Sing. 


la . 


. la 


la vaclie, 


la vaste. 


Plur. 


les . 


. IH 


les vachcs, 


let vastet. 




De . 


. . de 


dc loin, 


de llu$. 




Du . 


. . de 


du pain, 


de pan. 




Des. 


. . de 


des raisins, 


de rezin. 




Au . 


. . i : 


au feu, 


i foa. 


Masc. 


Aux . 


. . e 


aux hommcs 


, i zhommes 


Fern. 


Aux . 


a let 


aux femmes, 


& let fennel 



DE L'ADJECTIF 

Les adjectifs masculins s'6crivent g6n6ralement 
comme en francais; il y a une I6gere difference pour 
ceux employes au feminin. Ex. bon, bon; bonne, boe- 
na\ mauvais, e, mauvais, e. 

Dans notre patois, Tadjectif ne s'accorde pas tou- 
jours avec le substantif, et c'est souvent Padjectif de 
nombre qui indique le genre. Ainsi on dit: on boun 
ami, un bon ami ; na boun ami, une bonne amie. 

Les adjectifs possessifs mon> ton, $on,et ma % la t sa % 
devant une voyelle, et pour cause d'euphonie, s'6cri- 
vent m\ t\ s\ en remplagant la voyelle o par une 
apostrophe. Ainsi, on dit :m' n'homme, mon mari; 
V rt&fanly ton enfant, *' rtachtla, son assiette. 

En frangais, les adjectifs de nombre, & Pexception 
de un et une, sontdes deux genres ; dans notre patois 



Digitized by LjOOQlC 



— 19 — 

ledeux, dou, se traduit aufeminin par davet : dou 
z'hommes, deuxhommes; davet fennet, deux femmes. 
Les adjectifs masculins, quelle que soit leur termi- 
naison, finissent gen6ralement en a au feminin : 
flapi, flapia; cauffe, cauffa; cheulin, cheulin-na. 



DES PRONOMS 



PRONOMS PERSONNELS 



singulier 
Je 
Tu 
II 
Elle 



de, ze 
te 
d 
lie 



pluriel 

NOUS ... 1MB 



Vous 

lis 
Elles 



i 
i 



PRONOMS DEMONSTRATIFS 



singulier 
Ce, celui-ci . . . chd-tie 



Ceci, cela 
Celui quo 
Celui-15 
Celle-ci 
Celled 



citie 
chdque 
chd-lai 
cela- tie, 
cela-lai 



pluriel 



Ceux 


. . cplceque 


Ceux-ci 


. . celce tie 


Ceux-15 


. . celce lai 


Cellcs-ci 


. . celet tie 


Celles la 


. . celet-lai 



Digitized by LjOOQlC 



— 20 — 



PRONOMS POSSESSIFS 



sing. masc. 


Le mien . 


le min, le min-ne 


Le tien 


le tin, le tin-ne 


Le sien 


le sin, le sin-ne 


Le noire 


9 

. . . le noutre 


Le v6tre 


. . le noutre 


Le leur 


. . . le loeu 


plu 


r. masc. 


Lesmiens . 


Ice min, la min-ne 


Les tiens . 


Ice tin Joe tin-ne 


Les siens . 


Ice sin, Ice sin ne 


Les nfilrcs 


. . . Ice noutre 


Les vdires 


... Ub voutre 


Les leurs 


. . . Ice loeure 



sing. 


fim. 


La mienne . 


. . la min-na 


La tienne . 


. . la tin-na 


La sienne . 


. . la sin-na 


La ndtre 


. . la noutra 


La voire 


. . la voutra 


La leur 


. . la loeu 



plur. fim. 
Les miennes . . . let min-net 



Les tiennes 
Les siennes 
Les noires 
Les votres 
Les leurs 



let tin-net 
let sin-net 
let noutret 
let noutret 
let loeuret 



PRONOMS INDEFINIS 



On 


. on 


Quelqu'un . 


. qu'&eon 


Chacun, e . 


. stacon, na 


L'un 


. ion, Von 


Autre 


. . dire 


L'aulre 


. Vdtre 


Personne . 


. . nion 


Les uns 


. Ice z'on 


rien 


.. rt 


Les autres . 


. Ice z'dtre 



Digitized by LjOOQlC 



21 



PRONOMS RELATIFS. 



Qui 


. . coui 


Lesquels 


. Ub quint&u 


Que 


. . que 


Lcsjjuelles . . 


. let quintet 


Quoi 


.. <A 


Du quel 


. de coui 


Lequel 


. t lequin 


Dela quelle. 


. de la quinta 


Laquelle 


. . la quinta 


Ou 


. ioeu 




DU YERBE 





Par les desinences de l'infinitif , il faut admettre cinq 
conjugaisons r6gulieres dans notre patois. Ces desi- 
nences sont : d long, er } i, d ouvert et re. La pre- 
miere, dmd, correspond k la conjugaison espagnole 
amar, aimer; la seconde, travailler, a la premiere 
conjugaison frangaise, travailler; la troisieme, teni, 
a la seconde conjugaison franchise, tenir; la quatrte- 
me, savd y & la troisieme conjugaison frangaise, sa- 
voir; la cinquieme, rSdre, a laquatrieme conjugaison 
frangaise, rendre. 

Outre les verbes auxiliaires avoir et 4tre, que je 
publie en entier, je vais conjuguer, pour en donner 
une id6e exacte, la premiere personne des temps sui- 
vants : Present de Mndicatif, Imparfait, Passi, Futur 
et Subjonctif. 



Digitized by LjOOQlC 



— 22 — 



VERBE 



Ava — 


Avoir. 




Indicatif pr&senl 




D'ai — j'ai 


Noe z'in 


— nousavons 


Vk — tu as 


Voe zA 


— vouz avez 


A l'a — il a 


E ION 


— ils ont 



Imparfait 



D'ai£ve — j'avais 
TaiA — tu avais 
A l'ava — il avait 



Noe z'aion — nousavions 
Voe z'aiA — vousaviez 
E iaion — ils avaient 



Le Passe d&fini ne s'emploie pas 

Passi anterieur 

D'ai aviuouavu— j'ai eu j T'A aviu — tu as eu 

La suite comme a Yindicatif 

Plus que parfait 

D'aiou aviu — j'avais eu Noe z'aion aviu-— nousavions 

eu 
Voe z'aiA aviu — vous aviez eu 

E iaion aviu — ils avaient eu 



ou AVU 
T'aiA aviu 



tu avais eu 
A l'ava aviu — il avait eu 



D'arA — j'aurai 
Tare — tu auras 
A l'ara — il aura 



Futur 

Noez'arin — nousaurons 

Voe z'arA — vous aurez 
fi iaron — ils auront 



Digitized by LjOOQlC 



— 23 — 

Futur compost 

D'arA aviu — j'aurai eu I T'ar£ aviu— tu auras eu . 
ou avu I etc. 



Conditionnel 



D'ari — j'aurais 
T'arA — tu aurais 
A l'are — il aurait 



Noe z'aron — nousaurions 
Vqe z'arA — votfs auriez 
E iaron — ils auraient 



Conditionnel compost 

D'ari aviu — j'aurais eu I T'arA aviu — tu aurais eu 

ou avu ' etc. 

Impiratif 
Qu'A l'aiet — qu'il ait IQuet iaion — Qu'ils aient 



Subjonctif prisent 



Que d'aiAsse- 
ou d'usse 



■que j aie 



QuET'AiAssET-quetu aies 
ou t'ussA 

Qu'A l'aiAsset — qu'il ait 
ou 1'usset 



Quenoe z'AiAssiN-que nous 
ou z'ussons ayons 

Que voe z'AiAssET-que vous 
ou z'ussA ayez 

Quet iaiAsson— qu'iteaient 

ou USSON 



Participe prisent 

Put — ayant 
Quelques temps dont il n'est pas fait mention 
ne sont jamais employ6s dans la conversation. 



Digitized by LjOOQlC 



— 24 — 



VER8E 

Etre — Etre 

Indicatif present 



De si — 


je suis 


T'e 


tu es 


A l'est - 


il est 



Noe sin —noussommes 
Vge z'etet — vous etes 
E sont — ils sont 



Imparfait 



D'Stiou 


— j'6tais 


Noe z'etion 


— nous6tions 


T'£tiA 


— tu 6tais 


Voe z'etiA 


— vous 6tiez 


A L'6tA 


— il 6tait 


£ I^TION 


— ils 6taient 




Point de Passi difini. 






Pa$s6 anUrieur 




D'ai AtA 


— j'ai 6t6 


T'A AtA — 


tu as 6t6, etc. 



Plus que parfait 

D'aviou AtA — j'avais 6t6 | T'aviA AtA • 
ou cPaiou 

Futur prisent 



De sarA — je serai 
Te sar£ — tu seras 
A sara — il sera 



Noe sarin - 
Voesarez- 

fi SARONT - 



Futur passi 
D'arA AtA — j'aurai 6t6 IT'are AtA 



tu avais 6t6 
etc. 

■nousserons 
• vousserez 
ils seront 



tu auras 6t6 
etc. 



Digitized by LjOOQlC 



— 25 



Conditionnel pritenl 



De sari — je serais 


Noe saron — nous serious 


Te sara — tu serais 


Voe sarA — vous seriez 


A sare — il serait 


E saron — ils seraient 


Conditionnel pa%%6 


D'ari AtA — j'aurais 6t6 |TarA AtA — tu aurais6t6 

etc. 


Impiralif 


SA — sois 


Saien — soyons 


Qu'A saiet — qu'il soit 


Saiez — soyez 



Quet saion — qu'ils soient 

Subjonctif present 

Que noe saien — que nous 
soyons 



Que de saie — que je soie 
Que te saiet— que tu soies 
Qu'A saiet — qu'il soit 



Que voe saiez — que Vous 
soyez 

Quet saion — qu'ils soient 



Participe present 

Et£ — 6tant 



D'Ame 



Ama — Aimer 

Indicatif present 



j aime 



|N« 



cb z Amin — nous aimons 



Digitized by LjOOQlC 



Imparfait 

D'AmAve — j'aimais | Noe z'AmAvon — nous aimions 

Passi 

AmA — aim6 

Futur 

D'AmerA — j'aimerai | Noe z'Amerin — nous aimerons 

Subjonctif 

Que d'AmAse | Que noe z'AmAsin 

que j'aime | que nous aimions 



Travailler — Travailler 

Indicatif present 

De travaille I Noe travaillin (*) 

je travaille | nous travaillons 

Imparfait 

De travaill^ve | Noe travaillEvin 

je travaillais | nous travaillions 

Pa$$6 

Travailla — travailte 

Futur 

De travaill^rA | Noe travaill£rin 

je travaillerai | nous travaillerons 

Subjonctif 

Que de travaillAse | Que noe travaillAsin 
que je travaille | que nous travaillions 



(•) En appuyant sur vail. 



Digitized by LjOOQlC 



— 27 — 

Teni — Tenir 

Indicatif prisent 

De tenie — je tiens I Noe tenien — nous tenons 

Imparfait 

De tenieve — je tenais | Nob tenievons-iious tenions 
ou tenive ou tenivons 

Passe 
Tenu — tenu 

Futur 

De tindra — je tiendrai | Noe tindrin — nous tiendrons 

Subjonctif 

Que de tegnase | Que noe tegnasin 

quejetienne j que nous tenions 



Sava — Savoir 

Indicatif prdsent 
De sais — jesais I Noe savin — noussavons 

Imparfait 

De saieve — je savais | Noe saievons-hious savions 

Pass6 

Chu — su 

Futur 

De sara — je saurai I Noe sarin — nous saurons 



Digitized by LjOOQlC 



Que de saste 
Que je sache 



— 28 — 

Subjonctif 

| Que noe sastin 
| que nous sachions 



1 


K6dre — Rendre 




Indicatif prisent 


De rede 
jerends 


| NOE R^DIN 

J nous rendons 


• 


Imparfait 


De r£dieve 
je rendais 


| NOE REDl£VONS 

| nous rendions 




Passi 




Redu — rendu 




Futur 


De r£drA 
je rendrai 


| NOE R^DRIN 

| nous rendrons 




Subjonctif 


Que de r£de 
que je rende 


| Que noe redien 
| que nous rendions 



II faut remarquer que dans notre patois on n'em- 
ploie pas le passi difini. On dit aussi bien, d'ai dmd> 
j'ai aim6, pour un fait qui s'est pass6 depuis une heure 
ou depuis un an. C'est comme pour la langue an- 
glaise, i was signifie 6galement fai 4ti ouje fus. 



Digitized by LjOOQlC 



— 29 — 

Je n'ai rien a dire sur les autres parties du diseours, 
on trouvera au Glossaire les principales variantes des 
mots qui ne s'ecrivent pas comme en fran^ais. 

Notre idi6me 6crit ne fait usage que de Taccent 
aigu et de Taccent circonflexe. Par exception, l'ac- 
cent grave s'emploie sur la voyelle a, pour traduire 
la diphtongue oi du francais. Et encore, cette traduc- 
tion ne repr6sente-t-elle que Taccent tonique du patois 
de notre canton. 



Je ne me dissimule point les imperfections de ce 
travail, fait sans etudes speciales; mais, tel qu'il est, 
je pense qu'il peut avoir son utility par les explications 
que je me suis efforce de donner d'une fagon aussi 
correcte que possible. 



Digitized by LjOOQlC 



LISTE DES ABREYIATIONS 



A. 


Actif. 


Loc. 


Locution.. 


Adj. 


Adjcclif. 


M. Masc. 


. Masculin. 


Adv. 

Art. 
Barb. 


( Advcrhe. 
( Adverbiaie 

Arlicle. 

Barbarisme 


N. 
Pari. 

Vers 


Noii). 

Participe. 

( Personnp. 
( Personnel. 


Celt. 


Cellique. 


PI. Plur. 


Pluriel. 


Conj. 


Conjonction 


Poss. 


Posscssif. 


Dim. 


Dimiiiutif. 


Pris. 


Present. 


Esp. 


Espagnol. 


Pr. 


Pronom. 


F. Fern. 


Feminin. 


Prip. 


Proposition. 


Fig. 


Figure. 


Bad. 


Radical. 


Indif. 


Indefini 


Rom . 


Romand. 


hid. 


Indicatif. 


S. Sing. 


Singulier. 


Interj. 


Interjection. 


Sup 


Superlatif. 


Ital. 


Italien. 


V. 


Verbe. 


Lat. 


Latin. 


V.fr 


Vieux frau?ais 



Digitized by LjOOQlC 



DICTIONNAIRE 

des mots qui n 1 ont pas d'6quivalents dans 
la langue frangaise 



Abada, adj. Vache librede son lien, dansl'ecurie, ou 

qui va paitre librement. 
AbadA, v. Soulever un fardeau. Au figure, un enfant 

qui, pour la premiere fois, fait quelques pas sans 

etre soutenu Ital. Abbadare, prendre des soins 

pour ne pas tomber. 
Abadon, n. m. Jeune oiseau sortant de son nid sans 

pouvoir s'envoler. Se dit aussi d'un enfant qui 

commence & marcher ses premiers pas. 
AberA, v. Faire boire les animaux dans ou hors de 

P6curie. 
Abostier, v. Travailler jusqu'a tomber, tomber la 

face en avant. _ Boste, bouche, avec le pr6fixe 

a, k bouche, tomber sur la bouche. _ 
Aboston (d'), adv. Pench6 en avant. 
AboutA, v. Serrer quelque chose, l'gtreindre avec les 

deux mains. 
AcapA, v. Atteler les boeufs; accrocher quelque 

chose; deux hommes qui se tiennent en se 

battant. 



Digitized by LjOOQlC 



— 32 — 

Ach£tu, adj. Homme douillet , ne pouvant rien 
souffrir , craignant le froid et la chaleur. Aussi 
on dit : a sefre're pas on fer rmi\e i darre, il 
ne souffrirait pas un fer rouge au derriere. 

AgoblA. v. Assortir deux boeufs de grosseur et de 
couleur. Barb, de acopld, accouple. 

AcocA ou Atoga, v. Recevoir ou attraper avec les 
mains un objet jet6 en Pair. 

Acoe-lli, v. Faire marcher un troupeau de moutons, 
vaches, etc. devantsoi, le faire sortir de l'etable 
pour aller a l'abreuvoir ou au paturage. 

Acoe-stellA, v. Remplir par dessus bord ; monter 
une meule de ble ou de foin, en mettre jusqu'au 
coe-stet. 

Acoe-stier, v. Une mesure quelconque bien remplie, 
comble, depassant lesbords; baisser une branche 
pour en prendre les fruits; couper le sommet 
d'un arbre pour Tempecher de s'allonger. 

Adan, Adon, adv. Alors, en ce temps-la, de fagon que. 

AdebA, v. Battre une faux sur une enclume avec un 
marteau ; battre la meule d'un moulin avec un 
marteau pointu. An jig. donner une correction a 
quelqu'un. 

Adiuire, v. Apporter, porter, faire remettre un objet 
quelconque. 

AfanA, v. Gagner quelque chose a la sueur de son 

front, Favoir bien merite. Esp.4/a«<zr,travailler, 

fatiguer 

AfArA, adj. Grande peur, une personne epouvantee 
se remettant difficilement d'une d6sagr6able sur- 
prise; effare. 



Digitized by LjOOQIC 



— 33 — 

Afaroeuze, adj. Vorace, sauvage, brutal. 
Afoe-rstier, v. Assurer qu'une chose est bien vraie, 

affirmer pferemptoirement. 
AfolA, v. Une vacho ou une brebis qui a mis bas 

avant terme, un petit mort-116; avorter, 

Agacin, n. m. Cor aux pieds, durillon qui agace.__ 

A garo, loc. adv. Degringolant d'une pente, roulant 

par terre. 
AgatA, v. Suivre quelqu'un des yeux, le surveiller. 
AgliettA, v. Attacher, coller un objet a un autre. 
AgnelA, v. Brebis qui fait un agneau. 
Agotta. adj. Vache qui ne donne plus de lait. 
AgouttA, v. Gouter de quelque chose. 
AgrappA, Agrippa, v. Arracher des mains, prendre de 

force. 
Agravon, n. m. R6percussion d'une forte douleur a 

l'aine ou sous le bras, action r6flexe mal 

aggrav6. __ 
Agro£tA (s'), v. Se disputer grossierement, avec v6h6- 

mence Rad. groe, voir ce mot. 

Agu, adj. Voleur ose, effronte. 

Aiga, n. f. Eau. Ce mot patois vient du vieiix frangais 

aigue. De la les noms de Aiguebelle, a cause 

d'une jolie cascade voisine; Aigueblanste (Aigue- 

blanche), etc. 
Aigan-na, n.f. Grandes pluies, inondations. 
Atgredon ou Aigredoeu, n. m. Baton solide, servant 

d'appui a un infirme ou a un convalescent ; levier 

de bois pour soulever un fardeau. Pre gar da, 

si depregne on aigredon, ti a, prcnds garde, si je 

prends un aigredon, tu Tas. 



Digitized by LjOOQlC 



— 34 — 

Ajo ou Stanta-Ploeura, n. m. Petit morceau de bois 

courbe qu'on met a I'extrgmite du serpentin de 

l'alambic pour que • les gouttes ne s'eparpillent 

pas. 
Alaton, n. m. Nourrisson. Se dit plus particuliere- 

ment d'un animal domestique qui tette encore sa 

mere. 
Al^nA, v. Nourrir avec un aliment I6ger un enfant ou 

un animal trop faible pour manger seul. 
A le sai, loc. adv. II est ici, il est la, il vient, en 

parlant d'un objet d6sign6. 
AlfA, v. Caresser, passer la main sur une 6toffe, dont 

le poil est a rebours, pour la lustrer. 
Allongier (s ? ), v. Se demettre Pestomac en soulevant 

un fardeau au dessus de ses forces; s'allonger. 
Aloier, v. Arranger, remettre en place un membre 

d6mis. Le r£duplicatif est raloier. 
AmanA, v. Appreter le pis de la vache avec la main 

pour faire sortir le lait. 
AmoelA, v. Pulveriser quelqu'un , briser jusqu'a 

la moelle. Rad. moela, moelle. 
Amolliet, v. Employe seulement a la 3 e pers. du sing. 

du pr6s. de Find. Vache dont le pis prend du lait 

avant de mettre bas. 
AmortA, v. Eteindre le feu. Se dit aussi quand on 

lance une boule haut, pour qu'en tombant, elle 

reste en place; amortir. 
Amouela, v. Faire des meules de foin, de bl6, etc. 
Anai, n. m. Fer rond, dit gard, tenant par une 

chaine au joug, fixant et attachant la tamouisella 

du chariot ou du Stardolet Barb, de Anneau 



Digitized by LjOOQlC 



— 35 — 

Aniuaita (s'). Se laisser surprendre parla nuit. 

ApiA, v. Courir apres quelqu'un, suivre sa piste. 

ApofrrA, v. Pointer, se dit au jeu de boules par oppo- 
sition a bancher, bouler. S'apoetd, se dresser sur 
la pointe des pieds. 

Apoion, n. m. Etai pour soutenir un plafond, mur, 
etc.; branche d'arbre ou perche soutenant les 
branches d'un arbre charg6es de fruit. 

Appe-ller, v. Saisir un voleur avec adresse; matidre 
gluante collant aux doigts. 

ApplA, n. m. pL L'ensemble de tous les instruments 
et attellage pour l'agriculture. 

Appondre, v. Ajouter, attacher une corde, une ficelle, 
etc. a une autre, par un nceud Lat. apponere 

AprinmA, p. Amincir une extrGmite quelconque. 

Aran, n. f. Premiere eau-de-vie, la plus forte en 
alcool qui sort de l'alambic. Conj. pres de, a 
cot6de. 

Arbai, n. m. Chalet en bois sur les hautes montagnes, 
servant a abriter gens et animaux, et ou Ton fait 
le fromage. Dans la valine de Beaufort, on rap- 
pel le Mouanda. 

Arcan-na, n. f. Argile ferrugineuse, rouge-sang, 
servant a marquer n'importe quel objet, mais 
particulierement les moutons vendus les jours de 
foire. 

Are-cai, interj '. Cri particulier pour faire avancer les 

boeufs attetes a la charrue ou au chariot Are, 

drd y labourer, cai ou sat, ici. C'est le comman- 
dement. __ 

Aridela, n. f. Petit instrument fait avec une rondelle 



Digitized by LjOOQlC 



— 36 — 

de cuivre et un manche en bois, servant a, couper 

la p&te pour faire des re\onlet, beignets, etc. 
Aroeu, n. f. Chaleur suffocante que Ton ressent en 

entrant dans une piece trop chauff£e Rad. air y 

manquant d'air. 

Aronmou^lA, v. Mettre en tas, disposer en rond du 

foin, du bois, etc. 
Arpi, n. m. Crochet en fer qu'on met au bout d'une 

perche pour piquer et retirer le bois de l'eau. 

Au fig. quinta arpi, quelle mauvaise drogue, 

quelle m6chante fern me. 
Arste, n. m. Grand coffre a compartiments (combet), 

dans lequel on met le bl6 ; arche. 
Arstet, n. tn. Cerceau soutenant la couverture du 

berceau . 
ArtimbAlet, n. f. pi. Tous les ustensiles et meubles, 

gros et petits, dans une maison. Se dit surtout & 

propos d'un d6menagement : elevd totet let i'ar- 

timbdlet, enlever tous les bibelots. 
ArtiuA, n. m. Doigt de pied, le gros orteil en parti- 

culier. 
AssadA,*>. Gouter quelque chose, lesavourer. 
AssotA, v. Soulever un paquet, un fardeau, pour en 

constater le poids approximativement. 
Atet, v. Et Vi e natet bin, il est habile & faire la 

chose; a I' atet bin, il reste bien longtemps & venir. 
Atrete, adv. Autrefois, une seconde fois, plus tard. 

Abr6ge de l'ital. altero tanto. 
Aveniere, n.f. Champ ou Ton a seme de Tavoine. 

__ Avoine, avena. 



Digitized by LjOOQIC 



— 37 — 

Av£tA, v. Atteindre un objet, le d6crocher. 

Avoe-llan, n. m. Aiguillon ou baguette de la lon- 
gueur de 3 metres environ, servant a piquer les 
boeufs pour les faire marcher. 

Avoe-llenA, v. Agacer quelqu'un par des questions 
mordantes; discuter avec aigreur. 

Avouiger, v. Amincir un 6chalas, un pieu, etc. pour 
le planter dans la terre. 

Awa ou Avoa, n. m. Tout ce qu'on mange avec du 
pain, dans un repas, apres la soupe. 

Azr, n. m. Liquide compos6 avec du vinaigre, poivre, 
etc., pour faire cailler le petit lait (lata) et en fa- 
briquer un fromage maigre qu'on appelle Cerai. 



Baba v. Terme dont on se sert pour presenter k 

boire a un enfant : voute baba, veux-tu boire? 
Baban, adj. Flaneur, paresseux, homme simple, 
pesant, nigaud, stupide, de ces hommes desquels 
on dit : 

Bttie a Se Jean 
Betie toe Van. 
Bete & St Jean 
B6te tout Tan. 
Babi, n. m. Petit chien hargneux. 
BAche, Beghe, adj. Deux ou plusieursenfants n6s d'un 

meme accouchement. 
Bada, adv. Chose inutile, qui ne sert & rien. Na corsa 



Digitized by LjOOQlC 



— 38 — 

de bada, faire une course inutile — Esp, en balde, 

en vain 

Badian, n. m. Badaud, niais, sot. 

Badiere, n.f. Ardoise 6paisse, large etnaturelle, non 

taill6e . 
BagA, v. Vanter quelqu'un ou quelque chose. 
Bagoai, n. m. Bavard, parlant & tort et & travers. 
Bailler, v. Se dit principalement des bceufs, des va- 

ches et des moutons, et signifie : frapper ou 

donner un coup avec les cornes. Voutra paste 

baillet, votre vache a le d6faut de battre les gens. 
BAiller, v. En parlant d'un v^tement mal ajuste ou 

trop large, on dit : a bdillet, il boursoufle. 
BaiA, n. m. Le residu apres avoir ebordend. 
BambanA, v. Baguenauder, lanterner, fainfeanter. 
Bandit, adj. Celui qui n'a pas repondu a Pappel pour 

l'armee _ Barb, de banni et de Pital. bandito 

Banstet, n. m. Banc de marchands forains. 

Bar, n. m. Avant-train d'un chariot pour porter les 

grosses pieces de bois qui trainent ensuite par 

derriere. 
BarbA, v. Tailler une haie, l'6barber. 
Barbai, adj. Fruit v6reux; arbre dont l'interieur est 

pourri. 
Barbe-lliaux, n. m. pi. Grosseur qui vient aux gen- 

cives des b6tes desomme. 
BarbollA, n. f. Touffe de bl6, de haricots, etc. dans 

un champ. 
BarbottA, v. Murmurer; articuler mal en parlant; 

bredouiller; cuire& gros bouillon ; barbotter. • 



Digitized by 



Google 



— 89 — 

Bardolla, adj. Quand le raisin commence a tourijer. 

Cette expression est plus forte que varier. 
Bareuste, adj. Grand faineant, d6guenill6. II y a un 

proverbe qui dit : tin que tin, bareuste que de- 

mandety ce qui veut dire : il vaut mieux tenir ou 

poss6der, que de demander ou d'implorer. 
BarrA, n. m. Grosse 6toffe, laine ou fil, ray6e de di- 

verses couleurs, qu'on fabrique a la campagne ; 

barre; baril. 
Barrottiere, ji. f. Petit chemin 6troit, mal entretenu. 

Ce mot vient de ce que la voie n'a que la largeur 

d'un barrdt (tombereau) et qu'une plus grande 

voiture ne pourrait y passer. 
Barste, adj. Edent6, qui a une breche aux dents. 
Bartavai, adj. Un homme qui parle inconsider6- 

ment, sans reflexion. % 

Bartavella, n. f. Une infinite de bons mots, une vo- 

lubilite d'expressions joviales. 
Bartella, n.f. Plein la bartelltire, et par extension, 

beaucoup den'importequoi; premiere eau-de-vie 

qui sort de Palambicpar la distillation de Vaiga 

f6la. 
Bartelliere, n.f. Instrument par lequel la farine se 

tamise. 
Bartiuzala, n. f. Grand panier rond dela hauteur d'un 
metre et plus, forme alambic, fabriqu6 avec des 

ronds de paille et retenus les uns aux autres par 

des ronces fendues et plum^es. Ce meuble sert a 

retirer les grains, noix, etc. 
BarzenA, v. Donner t manger aux bestiaux, a l'ecu- 

rie, pendant Thiver. 



Digitized by LjOOQlC 



— 40 — 

Bastai, n. tn. Bassin en bois recevant les eaux d'une 

source. 
Baste, adv. Cela suffit, c'est bien, soit_ Esp. basta, 

assez 

BAta, n. f. Couture ou reprise grossierement faite. 

Battiu, n. m. Moulin a battrele chanvre. 

Battiua, n. f. Une 6tendue de bl6 dispos6e sur Paire 

pour battre en grange avec le fl6au. 
Battre atout, v. Terme du jeu de cartes, faire atout, 

jouer atout. 
Bavu, Bavoeu, adj. Qui bave toujours. 
Bazanier, n. m. Famille de bohemes fabriquant des 

paniers d'osier en parcourant la campagne, fai- 

sant la cuisine en plein air et grippant tout ce 

qu'ils trouvent. 
Becasse, n.f. Onappelle ainsi une femme qui parle 

beaucoup, ayant la langue d6li6e et les levres 

minces. 
Becca, n. f. Pointe de rocher, pic, sommet escarp6 

d'une montagne. 
Bechon, «. m. Touffe de laine" 4 "que certaines brebis 

ont sur le front. 
Beguena, n. f. Coiffure que portent les femmes de la 

campagne, faite avec de la mousseline et une ou 

deux rang6es de dentelles. 
Beliournet, n. f. pi. Copeaux produits parle rabot 

, et la varlope. 
Bellame, adv. Beaucoup, en grande quantite. 
Bellet, n. m. Jeune mouton de moins d'un an. 
B'llie, n.f. Petite branche de bois servant a biller ou 

serrer les cordes. 



Digitized by LjOOQlC 



— 41 — 

Be-llier,j\ Serrer les cordes qui tiennent lefoin, le 
ble,etc. sur un chariot, avecune b'llie. 

Be-llion, n. m. Piece ronde de bois destin6e a 6tre 
sciee en planches. On francise ce nom en Tappe- 
lant billion. 

Bellosset, n..f. pi. Prunelles aigrelettes, ne se man- 
geant qu'apres la gelee. 

Bellou, n. m. Gros b6lier a longues cornes. 

B^nAton, n. m. Grand panier & large ouverture, porte 
par un homme sur ses 6paules, maintenu par 
deux barres de bois passant de chaque cote du 
cou, dans lequel on met le fumier pour le trans- 
porter sur les terrains en pente. 

Bescoin. n. m. Sorte de gateau de farine ordinaire, 
safran6 et & quatre coins pointus. Speciality d'Al- 
bertville. 

B'stasse, n. f. Sac dans lequel on met des provisions 
de bouche pour aller a la montagne. 

B'ste, n.f. Petite vache efflanqu£e. 

Bestet, n. m. Une extremite quelconque, d'une ai- 
guille, d'un arbre, d'une montagne. 

B'steVse, n.f. Pioche k deux cotes, dont Tun coupe 
en long et Pautre en large. 

Bet, Betton, n. m. Premier lait de la vache qui a mis 
bas. Ce lait, d'une couleur jaunatre, 6pais et cr6- 
* meux, entre dans la composition des matafan, 
tres estimGs des gourmets . 

Betatoeu (Duodenum), n. m. GrosboyaudeTestomac, 
reservoir. —Barb, depetatoeu—petd, mettre, toeu, 
tout. _ 



Digitized by LjOOQlC 



— 42 — 

BSveillon, n. m. Bouteille ronde, en bois, forme ton» 

neau. 
BSvottA, p. Boire par petites parties et frequemment. 
Beya, n.f Boire en intimite. 
Bezon, n. m. Poix ou r6sine qui pousse sur les ceri- 

siers. 
BiAla, n. f Bras de riviere. 
BiAste, n.f Provision de victuailles qu'on emporteen 

allant au bois. 
Bica, Broca, Quequetta, n. f On donne ces diff&rents 

noms au membre viril d'un petit enfant. 
BicliA, v. Avoir les yeux de travers, clignerde Toeil 

instinctivement. 
Biclian, n. m. Qui louche, qui cligne de Toeil. 
Bie, n. m. Nom g6n6rique qu'on donne k unruisseau 

en forme de canal . 
Bi6la, n.f. Petite verge en bois de bouleau pour fouet- 

ter les petitsenfants — vient du nom de l'arbre 

Bioston, n. m. Menu osier, petit rejeton d'une bran- 

che. 
Blanstet, n. m. Habit de vieille forme, a longs et 

larges pans. 
Blanstetta, n. f Petite blaste qui pousse dans les 

terrains sees et maigres «_ e'est Yartemisia cam- 

pestre _ 
Blaste, n.f Foin qui pousse dans les prairies mar6- 

cageuses, servant de littere. On francise ce mot 

en Pappelant blache. 
Blessier, p. B6gayer, parler avec difficult^ et avec le 

bout de la langue sur les levres. 
Blet, adj. Terrain trop mouill6 par la pluie. 



Digitized by LjOOQlC 



— 43 — 

Blocher, v. Pincer quelqu'un avec le pouce et Findex. 

Bloier, v. Teiller ou d6tacher avec la main les fila- 
ments du chanvre. 

Blosset, n. m. Ce que Ton peut prendre d'une ma- 
tiere pulv6ris6e entre deux ou trois doigts. 

Blostettet, n. m. Pince de bois avec laquelle on ra- 
masse les chataignes recouvertes de leur enve- 
loppe epineuse. 

Blozai, n. m. Personne lourde, paresseuse, ne pou- 
vant se remuer. 

B6, n. m. Gros crapaud hideux. 

Boadelletta, Bornetta, n.f. Petit entonnoir en corne 
ou en fer blanc, dont on se sert pour faire entrer 
dans les boyaux la viande hach6e, qu'on appelle 
ensuite did (les petits), lan\ieula (les gros) etpor- 
monnier ceux faits avec viande et verdure. 

BoAdet, n. m. Espace dans une 6curie, clos de plan- 
ches, ou sont parqu6s les moutons; 6curie pour 
les cochons. 

Bobet. n. m. Aliment fait avec de la crSme et de la 
farine pour la nourriture des jeunes enfants 
encore & la mamelle. 

Bocon, n. m. Petit morceau d'une matiere quelcon- 
que, une bouch6e d'oc, bocon; ital. boccone 

Boecher, v. Travailler, cogner commeun sourd,sp6- 
cialement avec la massue; bucher. 

Boe-iandiuza, n.f. Blanchisseuse, lessiveuse, femme 

Boer, ta, adj. Vilain, affreux, crasseux. 
de journ6e qui lave la lessive. 

Boe-rlin, n. m. Tas de mauvaises herbes dess6ch6es, 
qu'on br61e dans les champs. 



Digitized by LjOOQlC 



— 44 — 

Boe-rlon, n. m. Odeur d'un objet brul6. 
Boe-rtera, n.f. Paroles ind6centes, qui inspirent du 

d6gout. 
Boesi, adj. Chevre demandant le bouc. Quand on 

mange une salade tres vinaigree, on dit : le fare 

boesi na stitvra, elle mettrait une chevre en cha- 

leur. 
Bget£rau, n. m. Petit homme, gros, rond, ventru. 
Boeudre, v. Faireun melange de toutes matieres. 
Boeula. ?i.f. Excavation profonde dans un ruisseau, 

ou Teau tournoie. 
Boffa, n. f. Ecume du lait quand on le trait. 
Bola, 7i. m. Espece de champignon qui pousse sur les 

vieux arbres et avec lequel on fait de l'amadou. 
Bolatier, n. m. Celui qui cherche etcueille le bold. 
Bollia, n. m. Jeune mouton, jeune pore, gras et rond 

comme une boule. 
BoquenA, v. Manger de petits bocons. 
Boquenet, n. m. Un petit morceau, une bribe. Dim. 

de bocon. 
Boradon, n. m. On appelle ainsi le vin blanc bourru. 
Borbella, n.f. Touffe de bl6 dans un champ plus 

6lev6e que les autres, par suite d'engrais mis en 

abondance. 
Bordon, n. m. Lisiere d'un champ qui ne peut etre 

labouree par la charrue et qui doit TStre avec 

lefossoeu. 
Borivan, n. m. Goulu, insatiable. 
Bornai, n. m. Trou fait par les rats et les taupes dans 

les champs. 



Digitized by LjOOQlC 



— 45 — 

Bornastet, n. m.pl. Petites ouvertures en briques qui 

surmontent les cheminSes . 
BoroeudA, Bori6dA, v. Tourmenter, faire souffrir, 

maltraiter. 
Borra, n. m. Gros tronc de bois, chene ou ch&taigner, 

de la longueur voulue pour faire des douves. 
BorrA, n. f Une vol6e de coups de poing. 
BorrAda, n.f. Jeu de bille, imposant au perdant un 

coup de bille tres fort sur les doigts . 
Borrere, n.f. Esp6ce de baratte, ronde, haute de un 

metre, dans laquelle on bat le beurre avec le 

moeudiu. 
Borron, adj. Grosse personne, tout d'une piece, qui 

mange beaucoup. 
Borson, n. m. Gousset, petite poche de culotte ou Ton 

tient sa bourse ou sa montre. 
Bossetta, n.f. Petit tonneau. Dim. de bosse, tonneau. 
Bostacher, v. La stiivra bostasset, la chevre demande 

le bouc. 
Bostard, n. m. On appelle ainsi un boeuf ayant une 

robebrune. Pour une vache on dit bochdrda. 
BostardA, BAstolia, adj. Enfant sdle avec taches 

de crasse sur la bouche. 
B6ste, n. f. Un tas de gros bois k bruler, fendu ou 

non, non tois6 ou metr6. 
Bostet, n. m. Javelle ou poignee de plantes de bl6 

noir; cuir ou laniere servant d'attache au laseme 

et A Yetrela du fl^au; bouc. 
Bota, S6ca, n. f Soulier a semelle de bois. _ Lat. 

Soccus 



Digitized by LjOOQlC 



— 46 — 

BotolliArda, n. f. Gourde s6ch6e et pr6par6e, ser- 
vant de bouteille. 

Bou-ia, n.f. G6nisse de moins d'un an. 

Bourna, n. f Creux dans un arbre ou certains oi- 
seaux, les pics (p'sta) ou grimpeurs (taparai) 
font leur nid; petite cahute en bois; borne. 

Boustai, n.f Arbre jeune non greflfe; enfant rabou- 
gri, sombre. 

BoutA, n. f Poign6e d'herbe, de grains, etc. 

BovA, BovAzon, n. f Troupeau de boeufs en mon- 
tagne. 

Bovetta, n. f Mauvaise plante nuisant au chanvre, 
espece de colchique — Colchicum aututnnale 

Bozarai, n. m. Le derriere, passage de la matiere 
fecale chez les hommes et de la fiante chez les 
animaux _ vient de boeu\a, bouse (1) 

Braco, n. m. Clou k deux tStes pour gros souliers et 
galoches. 

BrAmA, v. Mugir, beugler, crier. 

BrAmafan, n. m. On appelle ainsi un enfant qui pleure 
toujours en criant la faim. 

BranlA, v. Secouer un arbre pour faire tomber les 
fruits. 

Branlafatta, n.f. Homme oisif, fain6ant, ayant tou- 
jours les poches vides _ fatta, poche, poche qui 
branle n'est pas pleine 

BrAve, adj. Poli, joliet, mignon, grassouillet. 

BrAzolA, BrizolA, v. Cuire des chataignes dans une 

(i) Ce que Boileau aditdu latin convient parfaitement a notre patois : « Le 
patois dans les mots brave l'honnetete ; nous avons la pudeur des mots, nos 
ancetres avaient la pudeur des choses et ne rougissaient pas de les exprimer par 
le mot propre. » 



Digitized by LjOOQlC 



— 47 — 

poele ad hoc ,sans £tre plumfees. N.f.,na brd\old, 
ce qu'une poele peut contenir de ch&taignes pour 
les cuire. 

Br6, n. m. Son grossier de farine. Le plus fin s'appelle 
reprin. 

Brca, n.m. Chanvre de moindre valeur qu'on teille 
au brquet. 

Br'cA, p. Broyer le chanvre de moindre valeur avec 

le brquet; toe t'est br'cd, tout est 6cras6, 

pulv6ris6 par la grele. 

Br'quet, n. m. Instrument en bois compos6 de six 
petites planches ou lames qui s'enchevetrent, ser- 
vant & teiller le chanvre de moindre valeur. 

Bret, adj. Animal sans oreilles. 

Br'zego, Br'zegou, n. m. Fromage particulier & Beau- 
fort. 

Brich^re, n.f. Planche sur laquelle ont met le ber- 
ceau pour bercer. 

BrinnA, v. Deux verres ou deux assiettes qui s'entre- 
choquent; bruissement, brisure d'une vitre. 

Briollet, n. m. Petit vin suret obtenu par le pres- 
surage de pommes 6cras6es (tndstia) avec du 
marc de raisin 6tendu d'eau. 

Bron-na, n. f. Nom qu'on donne k une vache noire. 
Se dit de la nuit qui arrive. 

Brostelion, n. m. Le fer qu'on adapte au vilebrequin. 

Brostet, n. m. Chenal mouvant qui d6verse 1'eau sur 
la roue d'un moulin . 

Brostier, v. Mettre un seton a une b6te malade. 

Br6t, n. m. Morceau d'une plante, d'une branche — 
rad. brdta. _ 



Digitized by LjOOQlC 



— 48 — 

Br6ta, n.f. Menu bois, petites branches coup6es dans 

les montagnes. 
BrotenA, adj. Plein de petits boutons sur la figure. 
BroulA, p. Pleurer a haute voix. N> f Frapper quel- 

qu'un a lefaire crier. 
BroutA, v. Arracher l'herbe dans les vignes avant de 

labourer. N.f. Ce que peut prendre une vache 

d'un seul trait dans sa bouche. 
Br6va, n.f. Lisiere inferieure d'un terrain en pente, 

qui finit par 6tre 6lev6 par suite de la descente 

des terres. 
Bruston, n. m. Fragment de paille ou autres d6bris 

sur un liquide, particulierement sur le lait. 
Buste-coa (A), loc. adv. T6te et queue, mdcheux, 

\ovelos, etc., en d6sordre, en tete et queue. 
Bustelia, n. f Fagot de bois sec — Buste, buche, 

Ha, li6e — 
Bustelier, v. Herbivore mangeant du bout des dents; 

chercher du bois sec dans une for6t pour faire 

na bustelia. 



c 



CA, n. m. Morceau de vessie de chevreau, cuv6 dans du 
vinaigre, poivre, etc., servant & faire cailler le lait 
pour faire le fromage. 

Cabe, n. m. Grand panier carr6, dans lequel on met 
le linge sortant de la lessive. — Barb, de cave, 
panier, quoique celui-ci soit pour un objet spe- 
cial. __ 



Digitized by LjOOQIC 



— 49 — 

CabossA, adj\ Bossu6; un chapeau, un vase de m6tal 

ayant subi des effondrements. 
CacAda, n. f. Entreprise manqufee, ne pas r6ussir 

dans une affaire. Le due de Savoie dit & Tofficier 

qui tenta Tescalade au siege de Gen6ve : t Nous 

« avons fait une belle cacade. » Ce mot est fran- 

Qais, mais peu usite. 
Cacaprin, n. m. Homme m6ticuleux, avare, parcimo- 

nieux, qui lysine toujours. 
Cagataire, n m. Lieu d'aisance, les commodity, les 

priv6s . 
Caicher, n. m. On appelle ainsi celui qui fait les cer- 

cueils. 
CaienA, v. au passt. Quand la truie met bas, on dit : 

Va catena; travailler la viande de cochon. 
Caienet, n. m. Petit cochon. Diminutif de anon (pore). 
Cailla, n. f. Lait caill6 avec lequel on fait le fromage. 
Caion, n. m. Cochon, pore; enfant malpropre; hom- 

me d6bauch6, d6hont6. 
Caletta, n.f. Bonnet de femme de la campagne. 
CambA, n.f. La distance d'un pied a l'autre, une en- 

jamb6e. V. Marcher a pas longs, en courant. 
Cambin, Campoai, adv. Malgr6 cela, quand m6me, 

quoique, bien que. 
Cametran, n. m. Carnaval, le mardi gras seulement. 

— Au fig. Une personne ridiculement vdtue. — 

Abr6g6 de careme entrant 

Campan-na, n. f Clochette qu'on pend au cou des 

boeufs et des vaches. 
CantenA, n.f. Coin d'un mur, angle de maison.— De 

Tital. cantonata 



Digitized by LjOOQlC 



— 50 — 

Capita, n. f. Petite cabane en bois dans les vignes. 
CAr, n. tn. La meilleure place devant la chemin6e, 

le coin, & c6t6 difmur. _ Sepetd i cdrpe bin se 

starfd y se mettre au coin pour bien se chauffer. 
CAra, n. f. Petites pluies intermittentes. 
Cargan, n. tn. Animal grand, maigre, efflanqu6. 
Cargavai, n. tn. L'ensemble de sonnettes et grelots au 

cou d'un cheval ; vieillard catarrheux. 
Carmagnola, n. f. Veston en toile. — Vient du Pi6- 

mont, d'ou une ville porte ce nom, c'est le vSte- 

ment national. N'a rien de commun avec danser 

la Carmagnole dela Revolution. 
Carmagnoulet, n.f. pi. Sortes de petites poires, tres- 

bonnes. 
Carquelin ou Craquelin, n. rn. Sorte de petit gateau, 

en forme de couronne, fait specialement pour les 

oiseaux. 
Carron, n. tn. Cloche en cuivre battu qu'on pend au 

cou des vaches pour faire peur aux b6tes feroces 

dans les montagnes. 
Carta ou QuArta, n. f Mesure de capacit6 pour les 

solides, contenant 23 littres. 
CArta se fond, n.f. L'6quivalent de panzer perce. 
Carteron, n.tn.Le quart d'un journal, \eurnd (mesure 

agraire). 
Casse, n. f. Bassin muni d'un manche, servant a 

prendre de l'eau dans les seilles de cuisine. 
Casson, n. tn. Durillon a la main produit par le manie- 

ment d'un outil quelconque; meurtrissure, tu- 

meur en bleu. 



Digitized by LjOOQIC 



— 51 — 

Caste, n.f Endroit propre & se cacher, une cachette 

difficile a trouver. 
Casteman, n. m. Manchon ; gant en laine, sans doig- 

tiers, excepts pour le pouce. Mot & mot, cache- 
main. 
Catella, n. f Poulie servant k monter un objet quel- 

conque sur un terrain rapide, 6lever les gerbes 

dans les granges, etc. 
CatellA, n.f. Voir KatellA. 
Catir, v. Ne s'emploie que dans cette oxpression : de 

poui ni le chetre ni le cati> je ne peux ni le sentir 

ni le voir. 
Catta, n. f Meche de cheveux en d6sordre sur la 

t6te. 
Cauffe, fa, adj. Mot injurieux qu'on adresse a une 

personne malpropre, orduriere. 
Cavache, adj. Trainarde, coureuse de rue. 
Cavagne, n. f Grand panier rond et plat, a deux man- 

ches, grossterement fait, servant & porter de la 

terre et du fumier. _ Cave y panier. — 
Cavan, n. m. Partie vide dans un mur, sous une 

pierre. 
CavArd, da, n. m. et/ Surnom donn6 aux habitants 

du canton de Faverges, parce qu'ils traduisent 

queue par cava, au lieu de coa 9 a Albertville. 
Ceppa, n.f. Epi de bl6pourri avant sa maturit6. 
Ceracha, n. f. Fromage blanc fait avec du petit lait 

(lata) etdu laitde beurre (clidre-boure). 
CfeRAi, n. m. Sorte de fromage maigre, ayant une forte 

odeur. 
ChA, n. f Une averse de courte dur6e. 



Digitized by LjOOQlC 



— 58 — 

ChAr, n. m. Monticule, la partie la plus 6lev6e cTun 

plateau. 
ChArda, n>f. La partie rapide (Tune vigne. La partie 

plate s'appelle sopla. 
CharognAzon, n. f Expression grossiere qui signifie 

puant, infect, pourriture. — Rad. charogne. _ 
Chatica, n.f. Petite grosseur qui vient aux pieds des 

betes de somme. 
Chauffe-panse, n.f. Le devant, le chambranle d'une 

cheminee. _ Chauffe la panse, v.fr.^ 
ChebrA, v\ Tomber maladroitement, par mollesse. 
Cheche, adj. Chataigne cuite a l'eau sans etre plumee. 
Cheula, n.f La poutre, ou trd, sous l'aire. 
Cheurdai, n. m. Vieux sourd qui n'entend pas, ou ne 

veut pas entendre, Cheurd, sourd, avec le sufflxe 

ai pour donner la signification. — 
Cheuta (a la), loc. adv. A Tabri de la pluie. 
Cheutet, v. a la S e pers. du sing, du pres. de I'ind. 

E cheutet y la pluie cesse de tomber. 
ChuAtre, adj. S&le, qui sent mauvais. 
Chuet, n. m. Plafond de nuages, amas de brouillards 

suspendus dans Patmosphere ; aire. 
CLiANSTrER (se), v. Se courber pour ramasser quelque 

chose k terre ; une branche clianstet quand elle 

est trop chargSe de fruits. 
CliAr, n. m. Tout liquide. Clidr-zeur, l'aube, lapointe 

du jour. Adj. clair. 
CliAr-boure, n. m. Lait de beurre. _ Clidr, clair, 

boure, beurre, le liquide du beurre. 
CliopA, v. Boiter, marcher a cloche-pied, clopin, do- 
pant. 



Digitized by LjOOQIC 



— 53 — 

Cliosse, n.f. Poule qui annonce par son cri quelle 

veut couver, ou qui appelle ses petits (Test le 

son du cri qui est l'etymologie du mot. 

Cliostier, v. Sonner le second coup de la messe par 
le tintement de deux ou trois cloches, Tune apres 
l'autre, quinze ou vingt coups chacune; dormir a 
demi, quand la tete tombeen avant; une personne 
ou un arbre malade, sur le point de mourir : a 
clidstety il est perdu. N. m., clocher. 

Cloppet, Clioppet, Glieppet, n. m. Petit somme, 
sieste, repos d'une personne fatiguee. 

Cd, n. m. Oseille sauvage qui pousse dans les pr£s. 

Coaita, n. m. R6sidu de marc d'une cuite dans un 
alambic; subir une forte chaleur par une marche 
forcSe ou un travail penible; boire plus qued'ha- 
bitude,faire la noce, en un mot. 

Coaiteuza, n. f. Premier pain qu'on met au four pour 
essayer la temperature. 

Cobla, n.f. Troupe d'oiseaux, de personnes, etc. 

Coca pe c6ca, conj. Expression qui signifie t faire des 
concessions r6ciproques » pour ler6glement d'une 
affaire. 

Cocachuire, n.f. Creux dans un arbre vermoulu, l'ex- 
cavation. 

CoerAille, n. f Sensation desagr6able de brulure ou 
d'acidit6 causae dans I'intSrieur de l'estomac par 
des aliments mal dig6r6s . 

Coeraillon, n. m. Le coeur d'une pomme de terre 
apres avoir enlev6 les taillons; coeur de chou, de 
pomme. _ Rad. coeur 



Digitized by LjOOQlC 



— 54 — 

Coe-stet, n. m. Le sommet (Tun arbre, la pointe la 

plus 6lev6e. 
Coetai, n. m. Rayon de cire dans une ruche; couteau. 
CoinnA, *>. Cri aigu du pore; une porte coinnet quand 

ellegrincesurses gonds, coinnd le caion,\e tuer. 
Coinstier (se), p. Se salir, sefaire des taches sur un 

v&ement. _ Se salir par coins, par places. _ 
Coinston, n. m. Gros morceau de pain du cot6 de la 

croute; jeu, voir Cutema. 
ColAstre, n. m. Collier en cuir pour supporter une 

clochette au cou des boeufs ou des vaches. 
Collion, n. m. Fruit resineux du sapin, ou pomme 

de pin ; le dessous, s6par6 par une traverse, des 

deux montants en bois d*un pressoir; testicule. 
Colliu, n. m. Seille en forme d'entonnoir, par lequel 

on filtre le lait des qu'il est trait. 
Coma, n. f. Foin qui est mal coup6 entre deux an- 

dains par suite de la trop large 6tendue du second. 
Combaz, n. f. La quantity de chanvre que Ton met 

sous le fouloir; petite valine, pli de terrain, lieu 

bas entourG de collines. 
Combet, n. m. Compartiment d'un coffre k farine. 
Comparaille, w. f. Fete donn6e huit jours apres Ja 

naissance d'un enfant au parrain et a la mar- 

raine. _ Rad. compere. — 
Conste, n.f. Bassin du pressoir; plancher du battoir 

pour le chanvre, les fruits a 6craser, et sur lequel 

la meule ou le rouleau passe en tournant. C'est 

r&me, le coeur, le foyer, en un mot, la Coquille 

destin6e a recevoir ce qui se broie. _ Conche, 



Digitized by LjOOQlC 



— 55 — 

v.jr. desl6' et IT siecles qui voulait dire bassin. 
CoppA, p. Couper, ch&trer un animal. 
CoppA le quemAclie, p. Couper la cr6maillere. Excla- 
mation familiere quand on regoit la visite d'un 

ami que Ton n'attendait pas ou que Ton n'avait 

pas revu depuis longtemps. 
Coppet, n. m. Petite coupe en bois, avec crochet de 

c6t6 pour la tenir, servant a 6cr6mer le lait dans 

la terrine (grdla) ; compartiment de la roued'un 

moulin. 
Coppon, n. m. S6bille, grande 6cuelle de bois, destinee 

k recevoir la p&te que Ton porte au four. 
Corgneula, n.f. La gorge, le cornet depuis la bouche 

jusqu'd Festomac, par ou les aliments descendent. 
CornA, p. Souffler dans un cornet pour annoncer le 

depart ou Parriv6e des troupeaux dans les mon- 

tagnes. 
CornAille, n. f Brebis qui a]des cornes. 
Corratier, n.m. Celui qui court de 5a et de la, va de 

tous cot6s, est toujours en route, vagabonde, perd 

son temps. 
Corsa, n.f. Quand plusieurs personnes sont gripp6es, 

ou atteintes d'une maladie plus ou moins conta- 

gieuse, on dit que la dite maladie est na corsa, 

une course. 
CostellA, n.f. Gros tas de foin, amoncellement. 
Coston, n. m. L'enveloppe ou la puffa qui reste autour 

du grain apres Pavoir vann6; rebut de la filasse 

plus grossiere que les Stoupes; nuque du cou. 
C6ta, w./Perche ou morceau de bois servant d'ap- 

pui; robe ou jupon de drap. 



Digitized by LjOOQlC 



— 56 — 

CotAria, n.f. Aiguill6e de fil ou de laine. 

CottA, v. Etayer un arbre, une branche chargee de 

fruits, une poutre, un toit charge de neige. 
Cottin, n. m. Robe ou jupon en cotonnade. 
Couenna, n.f. Sans m6moire, sans valeur; couenne. 
Couet, ta, adj. Animal sans queue. 
CouienA, v. T romper, railler, se moquer. 
Couillant, n. m. Homme rampant, pouilleux, men- 

diant. 
CoulAste, Coulan-na, n. m.j. Corde ou laniere en 

cuir, servant a attacher le joug au coup des 

boeufs. 
Coup de frA, n. m. Quand on attrappe un refroidis- 

sement, un rhume, une fluxion de poitrine, etc. 

On dit qu'on a pris un coup de froid, comme on 

dirait un coupde sang. 
Coupie, n.f. Une assignation et toutes pieces donn6es 

par huissier. 
CoutellA, n.f. Ce qui peut tenir sur la lame d'un 

couteau. 
Crapaud, n. in. Terme injurieux qu'onadresse a un 

enfant et qui equivaut a : polisson, mauvais drole. 
Crapi, v. au passe. II est mort ou il est perdu, se dit 

d'une personne ou d'une chose. Cho Vhomme 

est crapi, c'est homme s'en va, il est perdu. 
CrAti, v. ne s'employant qu'au passt. Place couverte 

d'objets quelconque ; un arbre couvert de fruits, il 

en est crdti. 
Cratola, n.f. Petite crotte ronde au derriere des ani- 

maux. 
Cre, n. m. Petite colline, eminence de terre. 



Digitized by LjOOQIC 



— 57 — 

Cr£, n. m. Crasse dure qui se forme sur la tfite des 

enfants; crin. 
Cr'bata, n. f Quand les noix commencent & tomber, 

les bergers les ramassent pour leur compte. C'est 

ce nom qu'ils donnent 4 leur cachette. 
Cr'belia, n.f. Plein une corbeille. 
Cr'be-lion, n. m. Gratin de pommes de terre en 

tranches et de potiron, par couches (114), miton- 

n6sdans une casserole. 
Cr'fiandA, v. au pa$s4. Ruin6, tout mang£, tout sa- 

crifi6. 
Crep£lier, n. m. Rond, plat, fait avec des osiers et 

sur lequel on met les crepais sortant de la poSle, 

remplacant ainsi une assiette. — Rad. cr4pai._ 
Crepelin-na, n.f. Crepe ou matefaim fait avec de la 

farine blanche en pate ferme, qu'on emporte avec 

soi en allant travailler k la montagne. 
Cr'pion (a) loc. adv. A genoux replies. 
Creuta, n.f Tranche de painbeurree; croute. 
CrevA, p. Se dit d'un mariage convenu et qui ne se 

fait pas : a Va cr4vd y il n'apas rGussi. En jouant 

& certains jeux, quand on fait un point de plus 

que le nombre convenu, on cr4vet, on a perdu. 
CrSvAra, Cr£voeura, n. f Avorton, animal d6fec- 

tueux. 
Cr'vetoeu, n. m. Couverture sup6rieure du berceau. 

Mot a mot, couvre-tout. _ 

Criantet, Cri^tet, n. f pi. Le mauvais bl6 qui passe 

par une grille du van a vanner. 
Croai, n. m. Petit enfant mal vetu, rejcton de famille; 

un objet peu important. 



Digitized by LjOOQlC 



— 58 — 

CroAju, n. m. Petite lampe & huile, avec meche de 
cot6 en fils de coton (faret), et suspendue par un 
demi rond de m6tal. Ital. crogiulo. _ 

CroAzenier, n. m. Pommier sauvage qui porte le 
croa\on. __ Pirus malus. 

CroAzon,w. m. Pomme sauvage d'un arbre nongreflte, 
propre & faire du cidre. 

Croston, n. m. Morceau de pain b6nit, etc. Voir 
Cutema. Passd le croston, se d6charger d'une 
affaire sur autrui ; a coui le croston ? se dit & une 
noce : quel est le gar^on qui se mariera le pre- 
mier? 

Crottu, adj. Marqu6 de la petite v6role, gr6l6. Dans 
le p. Jr. ce mot signifie creux. 

Crouize, n.f. Coquille de l'ceuf, de la noix, etc 

Etymol. par le son, en 6crasant Pobjet 

Crozet, n. m. pi. Soupe faite avec des morceaux de 
pate ferme, coup6s en petits carr6s. On donne, 
pour Torigine de ce mot, une croix que les m6na- 
geres font ou faisaient sur la p&te avant de la 
couper. 

CrulA, p. Secouer un arbre pour faire tomber les 
fruits. 

Cruste, n.f. R6sidu debeurre fondu et cuit, qui reste 
au fond de la marmite. 

Cubereau, Cuberet, n. m. Tour de gymnastique, 
s'appuyant sur les mains et se relevant sur les 
jambes, en faisant la roue. 

Cuberotta, p. Descendre une pente rapide en se rou- 
lant sur la terre. 

Cutema, n. f Coutume. Sous ce titre fat cru depoir 



Digitized by LjOOQlC 



— 59 — 

ranger les principals coutumes qui ont survicu 
jusqud nos fours dans le canton d'Albertville. 

<§ognetta, s. tet, pi. Beignets cordis frits 4 
Thuile de noix ou au beurre. II est de regie, dans 
toutes les families, de manger cette esp6ce de 
patisserie tres app6tissante, le premier dimanche 
du Car6me, le jour des faillets, sans quoi Ton 
sera d6vor6 par les moucherons pendant toute 
Pann6e. II y a, 4 ce sujet le refrain d'une chan- 
son, qui dit : 

Faille, fdilldson 
Si tefd pas de bognettei 
Depeterale foa a la md\on 
Faille faillason 
Si tu ne fais pas de beignets 
Je mettrai le feu a la maison . 

Qharivari. Quand un veuf ou une veuve se re- 
marie, les jeunes gens et les vieux gargons de la 
commuue lui font Charivari au moyen des instru- 
ments les plus discordants, jusqu'a ce que la 
victime ait consenti & abreuver largement les 
Charivaristes. C'est une habitude tellement inv6- 
t6r6e que les rigueurs de la loi franchise n'ont 
encore pu faire disparaitre. Quand le remarte ou 
la remariee ne s'execute pas, la musique enrag6e 
reprend pour durer pendant un an et un jour, ni 
plus, ni moins. 

Qoinston. Jeu ex6cut6 le dimanche et le lundi 
de Paques, avec un de a six faces. On le lance 
aussi loin que possible : chaque joueur,arm6 d'un 



Digitized by LjOOQlC 



— 60- 

b&ton pointu des deux bouts, le jette le plus pres 
possible du but; le joueur le plus eloigns fait sur 
son baton un nombre d'entailles correspondant 
au n° du d6. Le pied du jeu, figur6 par une ba- 
guette, s'appelle servante (sarveta), quele dernier 
joueur doit emporter. 

Qoquet, oeuf. Le jour de P&ques, on fait le 
premier d6jeuner avec des oeufs durs. Ancienne- 
ment, comme les oeufs 6taient d6fendus pendant 
le car6me, on se r6galait ce jour-la. 

(grepai, crepe ou matefaim. C'est le 11 no- 
vembre la fete des crepais, le jour de la St-Martin. 
Non seulement on en mange dans tous les ma- 
nages, mais s'il fait beau temps ce jour-la, les 
gardiens de bestiaux font un gouter sur l'herbe 
avec ce mets a la mode. 

<§roston. Morceau de pain b6nit, entamure que 
Ton passe au voisin qui doit offrir le pain b6nit 
le dimanche suivant. 

(grozet. Quand on a finit un travail quelcon- 
que, et surtout de battre le bl6 en hiver, on mange 
les Crozet, qui se composent de beignets, en 
vidant quelques pots de vin. 

faille. Grand feu de joie allum6 le premier 
dimanche de cardme dans chaque village, sur un 
point 6leve, a la tombSe de la nuit. 

JEpogne. II est encore d'usage, dans les fa- 
milies, de faire, a Noel, une ou deux fourn6es de 
pain, et, pour les enfants, a chacun une epogne 
de pain blanc, que Ton ne mange que le premier 



Digitized by LjOOQIC 



— 61 — 

jour de Tan. L'aln6 a une part plus forte, et ainsi 
de suite en diminuant. Si les deux fourn6es ne 
se font plus, Yipogne est toujours k la mode, 
ainsi quele pain blanc le jour de Noel. 

<§§ze, Foie. Mets national de la commune de 
Pallud, ou le plat de foie est de rigueur le jour 
de la v6ga (St-F6lix, patron de la paroisse), qui 
se c6lebre le dernier dimanche du mois d'aout. II 
fut un temps, dit-on, ou les grosses vaches de 
Pallud ne pouvaient se rencontrer avec les petites 
vaches d'AUondaz, sans leur livrer des combats 
acharn6s. Plus d'une vache de Pallud resta sur 
le carreau, mais pas une d'AUondaz. Ce que 
voyant, un empirique du lieu pratiqua l'autopsie 
d'une vache de Pallud tu6e dans une bataille r6- 
cente. Prodige! la dite vache presentait un foie 
d'une dimension 6norme, mais de coeur... point !! 
Sur le meme sujet, voici une autre version. 
Dans la commune de St-Sigismond on dit, en 
parlant d'un sans-coeur : d I'a pas plus de queure 
que na paste de Pallud, (il n'a pas plus de coeur 
qu'une vache de Pallud). Un propri6taire vend 
une vache & un boucher de St-Sigismond, en se 
r6servant le coeur pour manger le jour de la 
voga. Le boucher oublie sa promesse et vend ce 
qu'il avait promis au paysan. 

Le dimanche matin, le vendeur arrive et r6- 
clame le cceur. Le boucher, sans sourciller, 
rGpond : « Votre vache n'avait pas de coeur et 
c n'avait que du foie, que je vous ai r6serv6. » 
De si plus iten&y dit-il, si le se laichivet battre pe 



Digitized by LjOOQlC 



— 62 — 

tottet let %'dtret, je ne suis plus 6tonn6 si elle se 
laissait battre par toutes les autres. 

Je donne ces deux histoires pour ce qu'elles 
valent, sans les avoir inventees, et sans mauvaise 
intention, bien entendu. 

fr'cacha de ca'ion, Fricass6e de cochon. C'est 
vers la St-Andr6, soit le 30 novembre, qu'on sai- 
gne le cochon & la campagne. Ce jour-ld, grand 
festin oii, comme de juste, la fr'cacha de caion 
tient la place d'honneur. Les families amies ont 
aussi la coutume de se faire r6ciproquement 
cadeau d'une fricassee de cochon, dite fr'cacha 
marietta. 

<§ltaadra. Le jour des Rameaux, il est tou- 
jours d'usage de faire une espece de chapelet avec 
des cMtaignes cuites, non pelves, que les enfants 
portent & leur cou. On le met aussi aux rameaux 
que les enfants portent a la messe, ce jour-la, 
pour 6tre b6nits. 

figflnta le borrique, Monter le bourriquet. C6- 
r6monie burlesque, encore en usage dans plu- 
sieurs communes du canton d'Albertville. Quand 
un mari s'est laiss6 battre par sa femme, les gar- 
Qons organisent, pour le dimanche suivant, un 
cort6ge au milieu duquel figure un gamin mont6 
sur un &ne, sens devant derriere, et tenant la 
queue de I'animal en guise de bride. A cot6 de ce 
polichinelle, un farceur, le balai & la main, 
frappe sur le dos bossu du cavalier. Celui-ci 



Digitized by LjOOQlC I 



— 63 — 

geignant, fait des promesses : je serai sage, par- 
don; je n'y retournerai plus; je laverai bien la 
vaisselle, etc. Pendant ce duo comique, la foule 
rit, s'exclame, et applaudit k tout rompre. La 
scene se continue ainsi dans tous les hameaux 
de la commune. 

<§eca Ice bou, Piquer les bceufs. C'est le jour 
de la St-Antoine, le 17 Janvier, que les bouviers 
se r6unissent chez un de leur camarade, celui qui 
a la plus belle pairedeboeufs. lis vont & l'6curie, 
font l'6loge des animaux en question, prennent 
Yavoe-llian, les piquent pour les faire lever s'ils 
sont couches ; rentrent & la maison et vident quel- 
ques teptnsde vin. 

<§ezoula, s. let. pi. Mets dans le genre des 
beignets, qu'on fait & Stalandet, jour deNoel. On 
en mange surtout au repas en revenant de la 
messe de minuit. 

§epa de stieux, Soupe aux choux. On fait 
cette soupe tout particulierement le jour des ven- 
danges, le matin, avant d'aller & la vigne. 

(gevelemi* Ancienne habitude que Ton a de 
faire servir, apres la mort du chef de famille, un 
repas pantagru6lique aux pauvres de la paroisse 
et des environs : on donne de la soupe, du pain 
et du vin. Quelquefois du riz et du sel. 

II existe encore & Farette, hameau d'Albert- 
ville, une 6norme marmite destin6e a faire la 
soupe ce jour-la, et qu'on nomme marmite des 



Digitized by LjOOQlC 



— 64 — 

morts. Cette coutume remonte, dit-on, & P6poque 
romaine. 

Cette inarmite, ainsi que le grand chaudron de 
Queige, appartenaient, avant la Revolution, & la 
confr6rie du St-Esprit, association charitable qui 
remplissait, dans les communes, le r&le des bu- 
reaux actuels de bienfaisance. 

N. B. Les mots qui tie se trouvent pas au C se 
trouveront b la lettre K. 



D 



Dadon, Dadou, adj. Insignifiant, ne se souciant de 

rien, nigaud, b6litre. 
Daga, ;/. f. Plante de chanvre mure avant les autres 

et formant le brca. 
Dagne, n. f. Tige de chanvre. 
DAiller, v. Marcher, courir pr6cipitamment. 
Daladon, loc. adv. Un objet en pente, un tonneau 

pench6 entre le plat et le c6t6. 
Dama, n.f. Traverse par laquelle passe les vis d'un 

pressoir; vase plat k Pusage des malades; dame. 
Dame (*), adv. de lieu. Endroit plus eleve que celui 

ou Ton se trouve. Damelai, l'endroit au-dessus, 

un point encore plus 6lev6. 
Dansan-na, Ganfan-na , Stanfan-na, n. f. Grande 

gentiane, ou gentiane jaune. Gentiana lutea. 

(*) En appuyant sur me. 



Digitized by LjOOQlC 



— 65 — 

Darboenier ou Darboeniere, n. m. ou/. Terre sou- 
levee par le darbon. 

Dabbon, it. m. Taupe noire. II y a un proverbe qui 
dit: 

E vaut miu treta darbons die on corti 
Qu'on bo\u (des Beauges) die lepaii. 
II vaut mieux trente taupes dans un jardin 
Qu'un habitant des Bauges dans le pays. 

Dareveston, loc. adv. Tout de travers, en depit du 
bon sens. 

Darou, n. m. Imb6cile, nigaud. 

Dava, adv. de lieu. L'oppos6 de dame, l'endroit au- 
dessous. Dapalai y plus bas que le pr6c6dent et 
plus 6loign6. 

Debarstier, p. Imiter par la parole quelqu'un qui 
parle avec difficult^, ou avec des airs d'impor- 
tance. 

D^bAtrenA, adj. Debraille, avec les bas qui tombent 
sur les talons. __ Mot a mot : des bas trend 
(train6s). 

DeblottA, p. Se dit d'un enfant qui recite sa legon 
avec facilite : a deblotet sa lecon quet t'on plaisi de 
Vetedre; d6biter vivement un discours; enlever 
les feuilles d'une branche d'arbre; les moutons 
et les chevres debl6ton y ou mangent les feuilles 
d'une haie, d'un macheu, etc. 

D^boAtA, p. Enlever la corne du pied d'un animal. 

DeborrA, p. D6couvrir l'epi de mai's en retirant les 
feuilles qui le couvrent. 

DeboulA, p. D6loger promptement, d6camper, d6- 
guerpir. Deboule d'ice, quitte d'ici, file vite. 



Digitized by LjOOQlC 



— 66 — 

E>£CA, prip. De ce eot6-ci. 

DecapA, p. D6pendre, atteindre un objet, le decrocher. 

Decapadio, n. m. Homme grand. _ Decapd, d6pen- 

dre, did, saucisse, qu'on pend a la cheminGe. — 
DecatellA, p. Descendre au moyen d'une corde. 
DechA (se), p. Se d6salt6rer quand on a soif. 
Decotti, p. D6m61er le fil entortille. Le contraire de 

ecotti. D6meler les cheveux. 
DeforfilA, p. Enlever le fil des haricots avant de les 

faire cuire. 
DefriA, p. Chauffer le four quand il y a longtemps 

qu'il n'a pas servi. 
Degaustier, p. Mettre droit ce qui est de travers. Si 

un tonneau n'est pas al'alignement sur sespontis, 

le ranger en cons6quence. 
DegliettA, p. D6coller. Opposition a agliettd. 
Degrollier, p. Extraire le grain des couteaux de 

mais. 
Dela, adp. Indiquant la piece voisine. Dela Vaiga, de 

Pautre cot6 de la riviere. 
Delalai, adp. Lieu d6sign6, a une certaine distance, 

plus 6loign6 que dild, mais moins que laidela. 
Deloier (se), p. Se disloquer, se d6mettre T6paule ou 

un membre quelconque. _ Barb, de diloger, 

faire sortir un membre de sa place. _ 
Demanstier (se). Se tourner, se tirer d'une mauvaise 

affaire : a s'est tant detnanstia qiid le sorti de la 

misere. 
Demet, p. au passe. Un tonneau qui rGpand, a dimet. 

^ Du lat. demittere. — 



Digitized by LjOOQlC 



— 67 — 

Demorti, p. Ti6dir Peau, se r6chauffer un peu quand 

on est gel6, engourdi . 
Demoustier, p. Enlever, chasser les mouches qui se 

posent sur b6tes et gens. 
Deniu, n. m. Ouverture pratiqu6e dans la grange 

pour faire descendrele fourrage dans le ratelier. 

_ Du lat. denudus. _ 
DennA, n. f. Fourrage n6cessaire pour un repas aux 

vaches, dans l^curie. _ Barb, de din-nd, diner. _ 
Depaidre, p. Oublier ce qu'on a appris, perdre la 

m6moire. 
Depellier, p. Oter le pellio de la noix. 
Dep£sa. n. f. Garde-manger, armoire a retirer la 

vaisselle. On dit depense en francisant le mot. 
Depleia, n.f. Terrain labour^ en un espace de temps 

sans d6semparer. 
Depondre, p. D6tacher un objet d'un autre, d6crocher 

ce qui est pendu, disloquer. 
DepotrAilla, p. au passe. Avoir la poitrined^couverte 

et les vetements en d6sordre. 
DeramA, p. Enlever les perches (rames) autour des- 

quelles grimpent les haricots, petits pois, etc.; en- 
lever les macheux sous les b'rebis quand les feuilles 

sont mang6es. 
Derostier (se), p. Tomber d'un arbre ou d6gringoler 

d'un rocher. _ Rostier, rocher, d6rocher 

Derostiu, n. m. Precipice, chemin raideet escarp6. 
DerupenA, p. Detacher la croute d'une marchandise 

brul6e au fond d'une marmite, d'un alambic, etc. 
Desalu, n. m. Grossier, mal eduque, mal appris. 
D^sonzier, p. R6veiller quelqu'un le matin. 






Digitized by LjOOQlC 



— 68 — 

DfisiAssA, v. Layer la toile pour enlever le std. 
Destau, adj. DechaussS, qui va nu-pieds. 
DestessenA, v. Cpuper les branches seches d'un 

arbre, d'une vigne, etc. 
Deterier, v. Sevrer un enfant. 
DetrA, n.f. Grande hache pour couper les arbres ou 

fendre lebois. 
Deuille, n. f Goulot en fer blanc ou zinc d'un grand 
entonnoir; grande Mche dont on se sert pour 
couper la press6e de raisin ; creux du manche d'un 
outil en fer. 
DevAgner, v. Le grain sem6 en terre mange par les 

oiseaux, Le cpntrai rede pdgner, 
DevezA, p. Causer, faire la conversation, parler a 

quelqu'un. 
Devortollier, v. D6rouler un objet bien entortille* Le 

contraire de evort oilier. 
Dia, n. m. Tout ce qu'un doigt peu tenir de chanvre 
en teillant, formarit un noeu, qui est le tiers de 
Vestapa. 
Dinse, loc. adv. Commececi, comme cela, tel que. 
Doeucenet, adj. Mets peu sal6, fruit sans gout. 
Dondaine, n.f Dondon, femmeou fille grasse et d'un 

solide embonpoint. 
DonlA, adv. D'un cot6, objet pench6. 
Dru, adj. Un cheval ou un boeuf, ne travaillant pas 
depuis quelques jours, sautille, gambade; terrain 
gras, bien fum6; tapd dru, f rapper fort. 



Digitized by LjOOQlC 



— 69 — 



E 



EbarbA, p. Faire tomber le grain des gerbes de bl6 en 
frappant avec un fl6au sur Faire (chuet). 

Ebarracha, adj. Embarrass^. Par euph6misme ce 
mot sedit d'une femme enceinte. 

EboA, p. Mettre les bestiaux a l'ecurie. 

Eboadella, p. Introduire de la viande hachee dans 
des boyaux pour faire des dio, lan\ieulet et por- 
monniers Rad. boat, boyaux. _ 

EboatellA, p. Mettre dans une boite. 

EIboe-rni, n. m. Homme a demi 6veill6, sans intelli- 
gence. 

EIboienA, p. Mettre le linge dans le cuvier (\erla). _ 
Rad. boia, lessive. _ 

EbonvA, adj. Bomb6 ? cabossS. 

EbordenA, p. R&cler avec un r&teau, les 6pis, la paille, 
etc. sur le grain apres avoir battu le bl6 en grange. 

EbouellA, adj. Ventre creux, rentre. 

Ebr'fA (s'), p. Tousser violemment, bruyamment. 

Ebr'm^tA, adj. Abim6, meurtri. 

EbriA, adj. Ereint6, mal fait. 

EbrondellA, adj. Coup regu a la t6te qui etourdi. 

EbrottA, p. Couper les petites branches des grosses. 
_ Rad. brota. _ 

Ebrustier, p. Etendre les andains pour faire secher 
le foin. On dit aussi de\andelld, dGfaire les an- 
dains. Etendre le fumier sur un champ. 



Digitized by LjOOQlC 



— 70 — 

ficAMBROSTiER,fisTAMBA (s'), r.Tomber en s'enjambant. 

^castenA, v. Mettre le foin en gaston ou caston. 

EcAtrA, p. Aplatir, ^eraser un objet quelconque avec 
le pied. 

Ecelia, adj. Avoir les dents agac6s, sensibles, apres 
avoir mang6 des fruits acides. 

EcheurdellA, p. Assourdir, rendre sourd. _ Cheur, 
sourd. _ 

Eclairer, p. On emploie souvent ce verbe pour 
allwner. Ainsi, on dit : Eclairer le feu, 6clairerla 
lampe, la bougie, et ce qu'il y a de plus absurde, 
Eclairer sa pipe, son cigare, toujours pour allu- 
mer. Ces fautes ne se commettent pas seulement 
en Savoie, mais aussi dans les d^partements voi- 
sins et en Suisse. On neparle ainsi qu'en frangais 
et non en patois. 

Ecliapa, n.f. Gros copeau produit par l'equarrissage 
d'une poutre. 

EcliapA, p. Faire sauter un tronc d'arbre en petits 
morceaux, en faire des ecliapet (plur. d'ecliapa) ; 
quand on a un violent mal de tete, on dit : ma 
ttta pa 4cliapd y ma tete va sauter. 

Ecliapo, n. m. Diminutif d'ecliapa. Copeau court pro- 
duit par la coupe d'un arbre, s6paration du tronc. 

Ecliarier, p. Eclaircir des plantes ou des semis trop 
6pais. 

Ec6, n. m. Petite branche de bois sec. 

ficoA, adj. Chien et chienne accoupl6s. 

ficoAiTA, adj. Noix gat6e, pourrie k Tint6rieur, sans 
etre v6reuse. 



Digitized by LjOOQlC 



— 71 — 

£coblA, p. Attacher au b6tail les deux pieds de devant, 

afin qu'il ne puisse s'6loigner. 
Ecoe-stier, p. Couper l'extrGmite d'un arbre. 
Ecoeure, p. Battre le bl6 en grange avec le fteau. 
Ecoju, n. m. Batteur de bl6 en grange. 
EcorgneulA (s') Avoir mal a la gorge a force de crier, 

de chanter. 
Ecoroeu, n. m. Une personne sale, qui 6coeure. 
Ecotti, adj. Fil ou chanvre entortill6 qu'on ne peut 

d6meler; cheveux m6l6s. 
Ecoaigher, Ecoaissata (s'), p. Ouvrir les jambes au 

grand 6cart jusqu'a se faire mal. — Coaisse, 

cuisse. — 
Ecouan, n. m. La premiere planche sci6e du tronc, 

celle qui est recouverte d'6corce. 
EcouardA, adj. BcBuf ou vache priv6 de sa queue. 
EcovA, p. Nettoyer Tinterieur d'un four avec Vicopai. 
Ecovai, n. m. Vieux linge attache a un long b&ton pour 

nettoyer Tint6rieur des fours des boulangers. Ce 

mot n'a pas d'autre signification et n'est pas ap- 
plicable a Yecoupillon avec lequel on nettoie les 

canons. 
EcrafiottA, EcafagnA, adj. Fruit mur qui s'6crase en 

tombant de l'arbre. 
EgramiottA, p. Ecraser un objet, le r6duire en pate. 

On dit aussi ecatremiold, 6craser jusqu'& la moelle. 

— Moelle, miola. _ 
EcrapottA, p. Labourer mal avec la charrue, les raies 

n'6tant pas droites. 
£1crare, p. A sefdecrare, il secroit plus fort, plus 

malin qu'un autre, il s'enorgueillit. 



Digitized by LjOOQlC 



— 72 — 

ficRATRE, v. Avoir peur, la crainte de rester seul la 

nuit, poltronnerie. 
EcriA, v. Publication des bans de mariage a PEglise. 
£crottA, v. Mettre en terre le cadavre d'un animal. 
EdarboenA, v. Rateler la terre soulevee par les dar- 

bons. 
Edestia, adj. Un fruit, un legume, etc., qui a desta- 

ches de pourriture; un malade qui a la poitrine 

attaquee. 
Edruzier, p. Mettre de Pengrais, turner un terrain. 
EfarA, adj. La bouche enflammee par suite de la mas- 
tication d'un metsfort epic£; revenu d'une grande 

surprise, epouvante. 
Efarreuilla, adj. Piece de fer converte de rouille. 
Efion-nA, 11. f. Fouetter un enfant avec une petite 

verge. 
Efloiai, n. m. Fleau a battre leble en grange! 
Efolliacher, v. Mettre la fdllie, c'est-a-dire les ma- 

cheux en tas dans la grange ou au stappet. 
EfornA, v. Mettre le pain au four. 
Eforrazia, adj. Boeufou vache malade pour avoir trop 

mang6 de fourrage; indigestion. __ Forra\e y 

fourrage, enfourrage 

EfrAdA, adj. Refroidi, raffraichi; qui n'a plus de vie. 
6goffA, v. Engloutir, manger gloutonnement. 
Egoliju, n. m. Tournoiement de Peau dans un 6tang, 

remou ; entonnoir. 
EgorzellA, v. Introduire une bouteille de medecine 

dans la bouche d'un boeuf ou d'une vache. 
Egouan-nA, v. Abimer, d6former un vetement. 



Digitized by LjOOQlC 



— 73 — 

£gouilla, adj. EcoeurS par une nourriture qui r6pu- 

gne, qu'on nedigere pas facilement. 
Egria, adj. D6chir6, accroc fait par un clou,une 6pine, 

etc. 
EguenAilla, adj. Dechire, vetu de lambeaux. 
EguerA, v. D6chirer les v6tements de quelqu'un, les 

mettre en lambeaux. 
EktrA, n. f. Boue ou matiere quelconque qui 6ola- 

bousse; une personne emport6e contre quelqu'un. 
Ektret, n. m. Espece de seringue faite avec une 

branche de sureau ou la tige de certaines ombel- 

liferes, dont se servent les enfants pour lancer 

de l'eau. 
EIktron, n. m. On appelle ainsi une personne suscepti- 
ble, facile & prendre la mouche. 
Elavau, Elova, n. m. Terrain en pente que des 

sources cach6es ou de grandes pluies font des- 

cendre en plaine. 
EmassollA, EmAchollA, v. Faire des macheux. 
EImatA, v. Mettre \esfe~llel de bl6 noir engerbe pour 

les preserver contre la pluie. 
£miottA, v. Ecraser avec la main un objet quelconque, 

fruit, pomme de terre, etc Barb, de emitter 

EmondA, *>. Arracher les mauvaises herbesqui poussent 

dans les legumes. _ Lat. emundare, de mundus, 

propre. _ 
Emorcha, v. au passe. Echappede la m6moire, ne plus 

se rappelerle nom d'une personne. 
EmorniflA, adj. Enrhum6 du cerveau. 
ISmorsellA, adj. Un objet quelconque abim6 par des 

coups ayant fait creux. 



Digitized by LjOOQlC 



— 74 — 

ISmorti, adj. Engourdi, lourd, paresseux, h6b6t6, en- 
dor mi. 

BmottA, v. Tailler k l'automne les arbres & feuillage 
pour nourrir les moutons et les chevres en hiver. 

Emoustier ( s' ) , v. Se preparer a faire quelque 
chose; premiers symptdmes d'une vache deman- 
dant le taureau. Au jig. r6veiller quelqu'un, le 
pousser & faire quelque chose. 

Enai ou IAnai, adv. Hier soir, la veill6e eou ie, 

frier; nai 9 niuai, nuit ou soir. 

E n'arta, loc. adv. Se lever, travailler de bon matin, 
avec courage. 

EnbiAr (1), n. m. o\if. Embarras. Anecdote dm roi de 
Pi6mont a St-Jean-de-Maurienne, avec le Maire 
de la ville, celui-ci lui disant: *># \dpas amend 
voutre n'enbidr, pour : vous n'avez pas amen6 
votre femme, votre embarras, faisant allusion a la 
reine ! 

£Jneble, adj. Quand le ciel est nuageux. 

£nistier, v. Exciter les chiens & se battre ou a mordre 
quelqu'un. 

£1pacottA, adj. Doigts m6l6s de pAte ; chaussures, 
pantalons pleins de boue. 

fipANA, v. Mesurer uh objet ou une longueur quel- 
conque avec la main ouverte. —Barb, detmand, 
de majiy main. — 



( I M* patois ne connatt pas la regie du changement oblige de N et M devant P ou 
B. En francais, il y a deja tant deceptions que l'etranger s'y reconnatt difficile- 
ment. 



Digitized by LjOOQlC 



— 75 — 

fipARAYER, v. Ramasser les pierres avec un rateau, 
le printemps, dans les pres. 

fipARLiON, n. m. Os du bas de la jambe chez la vache, 
Pos d'en haut se nomme savoret. 

Eparra (s'), p. Se raidir en appuyant fortement les 
pieds contre un objet r6sistant, pour avoir plus 
de force pour tirer ou resister. Adj. Fortement 
constipS pour avoir mang6 les noyaux des cerises. 

fipARSAiLLET, w. /. pi. Vignes 6parpillees qu'on ven- 
dange avant les grands vignobles. — Barb, de 
eparses 

6pAtA, p. P6trir le pain, faire de la pdte 

EpeillandrA, EpeillandrenA, p. an passd. D6chir6, 
en lambeaux, en parlant d'un vetement. 

EpellA, p. Peler, 6plucher un fruit, un I6gume. 

Epe-lli, Poussins, oiseaux, etc., sortant de leiur 
coque; bouton de rose qui rompt son enveloppe 
et s'6panouit; toute chose enfin qui prend le 
jour. 

EpenA, p. Mettre des 6pines aux premieres branches 
d'un cerisier pour emp^cher les maraudeurs de 
monter cueillir les fruits. _ E euphonique et le 

latin spina, fagot d'6pines. 6ter d'une charge 

de foin, avec le rateau, ce qui peut tomber pen- 
dant le transport. _ pend, peigner, avec e eupho- 
nique 

Epenai, n. m. Chair du pore qui se trouve entre la 
me\an-na et la rdtella. 

EpetrA (s'), p. Avaler de travers, s'etouffer en man- 
geant. 



Digitized by LjOOQlC 



— 76 — 

fipiA,z>. Le bid vd <*pid, a I'a tpid, d Vepiet, l'6pi du bl6 
va sortir, il est sorti, il sort. _ Rad. dpi 

fipiNGLiER, n. m. Etui a mettre les 6pingles et les ai- 
guilles. 

]?]piAta, n. f. Faire un travail a forfait; emplSte. 

Eplata, v. Travailler vite, faire beaucoup d'ouvrage 
avec facility. 

fipocHA, adj. Mamelle d'une vache dont un pis ou 
deux sont bouches. 

Epqb-rdi, v. Faire courir les poules en leur faisant 
peur, ou la vue d'un oiseau de proie. 

Epoeuza, nf. Epouse.On l'appelle ainsi le jour du ma- 
nage seulement. On dit aussi d'une femme par6e 
avec affectation : let bella queme riepoeu\a> elle 
est belle comme une 6pouse. 

Epogne, n. f. Pain plat en forme de gateau, qu'on 
mange ordinairement en sortant du four; p&te 
durcie et sur laquelle on metde l'oseille ou des 
epinards, des fruits ou des oeufs au lait. _ D6- 
riv6 ou abdtardi de eponge, mal cuit. _ Voir 
Cat etna. 

6prAlA, v. D'un champ en faire un pr6. 

Epr'lliet, n.f. pi. Bulles que fait le vin en le soutirant. 

"Spr'lion, n. m. Petit guelion d'un tonneau. 

Equeve-llet, n.f. pi. Mauvaises ch&taignes vfereuses 
qu'on donne a manger aux cochons. 

^ranstia, adj. Harass6, fatigue a l'extrdme; branche 
d'arbre courb6e et cass6e sous le poids des fruits 
qu'elle porte; arbre courb6 ou cass6 par les 
neiges. 



Digitized by LjOOQIC 



— 77 — 

IiIrayer, ^. Commencer de labourer, faire lq premier 

sillon; commencer un ouvrage. 
6rbA, p. Faire paitre ies vaches pour la premiere fois 

de Pann6e. 
£rcha, n. f. Deuxou trois cavagnes 6! Arsons (bogues), 

pouvant produire tin panier dech&taignes; ce qui 

a 6t6 hers6 en une fois. 
Ercher, p. Ouvrir Y4rson avec le pied pour en faire 

sortir les ch&taignes ; herser. 
fijiENA, I5r£tA, p. Ereinte, mal aux reins. 
£riA, p. Faire une premiere raie & un champ pour le 

labourer. 
6rottA, adj. Une personne couverte de boue, un objet 

quelconque bien crott6. _ Rad. rd y boue. _ 
£rozA, RozA, adj. Forte ros6e du matin sur l'herbe. 
£rupenA, p. Laisser bruler et s'attacher des matieres 

au fond d'une marmite, d'un alambic, etc. 
fissAiN, n. m. Largeur jalonn6e par de petites branches 

& feuillages pour ensemencer le bl6. 
Essoca, p. Neige s'attachant a la semelle en bois de 

la chaussure. _ Rad. Soca, galoche 

Essorlion, n. m. Soufflet contre l'oreille, tirer les 

oreilles Girlie, oreille. _ 

EssourA (s'), p. Prendre Pair frais en sortant d'une 

piece trop chaude ou Ton 6touffe; sed6couvrirau 

lit quand on a trop chaud. 
Essoustier, p. Faire le guet, 6couter en cachette. 
fisTACOTTA, p. Couper les branches sSches d'un arbre. 
fisTAiA, p. Faire des tas de bois de distance en dis- 
tance pour former na bdste. 



Digitized by LjOOQlC 



— 78 — 

£ stamp, conj. Ne veut pas dire en champ, qui est 

cependant la traduction mot a mot, mais faire 

paitre les vaches, moutons, etc., dans un pr6, un 

bois, etc. 
fisxAPA, n. f. Chanvre teill6, attache d'un c6t6 (latfite) 

par une ficelle et tress6 en trois branches pour 

le fouler. 
$stApre, n. m. Ciseau tranchant du charpentier. 
fisTARBicLiA, adj. Aveugl6 par l'ardeur des rayons du 

soleil ; offusqu6 par une lumiere trop yive. _ 

Estar, 6tre; biclid, cligner. _ 
EstarupellA, EstaropellA, v. Travailler mal la terre, 

travail 6corch6. 
EstArze, nf. Eclat de bois entre dans la peau. 
Estelletta, n. f. Support du colliu sur la grdla. _ 

Dimin. d'Schelle. _ 
fisTENAu, n. m. Piece de bois taill6e en rigole pour y 

faire passer Peau. 
Estevai, n. m. On appelleainsi les feuilles qui pous- 

sent sur les raves et les betteraves. 
fisTOEUCHA, adj. Un membre foul6 ou d6mi. 
fisTOEUCHER (s'), v. Se fouler, se d6mettre le pied ou 

le genou ; se soucier d'une affaire, chercher le 

coupable d'une mauvaise action. 
Estoeufailler, v. Chauffer, bassiner un lit. 
EstomacA, adj. Pesanteur, pl6nitude de 1'estomac, 

avoir trop absorbs de nourriture. 
Etaidre, v. Mettre de la litiere sous les animaux & 

l'6curie. 
£tala, n.f. Buche, moiti6, tiers ou quart d'un tronc 

d'arbrefendu k l'aide de coins et de la pioula* 



Digitized by LjOOQlC 



— 79 — 

EtambouiA, adj. Accabl6, ext6nu6 par la chaleur. 
£tarpA, v. Niveler la terre soulevfee par les taupes. 
£tepenA, v. Mettre du lard ou du beurre cuit dans la 

tepena. 
^testier, p. Entasser le bl6 dans la grange, avec 

ordre. ^. Rad. tiste. _ 
Eteur, adj. fitourdi par un coup violent & la tete ; 

maladie des moutons, k la t6te, qui les fait tourner 

sur eux-m&nes. 
^tieulA, v. Mettre le foin en tieula. 
EtopA, adj. Tete envelopp6e par suite de douleurs 

n6vralgique& ou autres. 
£touilla, n.f. Une tripot6e, une vol6e de coups. 
£touiller (s') S'6tirer, 6tendre les bras en b&illant. 
£tramA, v. Retirer le linge, la vaisselle, etc. dans une 

garde-robe, une armoire, etc. 
£trangliastet, n. m. Lien termin6 & chaque extr6- 

mit6 par deux morceaux de bois pour serrer 

fortement le chaume qu'on veut peigner et con- 

vertir en magne ; noeud coulant. 
&TRELA, n. m. Laniere en cuirblanc, servant d'attache 

de la varjua au bostet d'un fl6au a battre le bl6. 
Etrelia (n'), n.f Une 6trill6e, une ross6e, une vol6e 

de coups. V. D'ai at a itrelia a Vhdtel, j'ai 6t6 

6corch6 a l'hdtel. 
£/trelier, v. Attacher de loin en loin les dios y les 

pormonniers pendus a la chemin6e, pour qu'ils 

sechent mieux Mot dmot : entre-lier 

I5tr£sa, n. f Quantity voulue de noix 6cras6es pour 

faire une press6e d'huile. 



Digitized by LjOOQlC 



^w — 

6t^oeubla, n.f Chatttp noa Iabour6 apree la r^colte 

du froment ou de I'avoine, c'est-A-dire non $om- 

fnara. 
Strevion, n. m. Petit instrument en bois, de 8 a 10 

cfcnt. delong, perc6 des deux touts par od passe 

le fil pour divider les 6chevaux. 
Eva, &. Etendm \$ bte, le foin, etc. pour le faife 

secher. 
ISvangliA, adj. Ventre creux, affam6, efflanqu6. 
fivEiLLON, n. m. Soufflet, morftifle donn6e avee le 

revers de la main . 
fiv^TRAi, n.f. Douleurs dans les intestins, eti parlant 

des ehevaux et mulets. 
fevoaroLi.iER, v. Enveiopper, entortiller, enrouter. 

■_ Rad. Vdrtollion. ^ 
SzarratA, v. Gratter avec les pattes. Se dit d'une 

poule, d'un chien, d'un lapin, quigratte la terre. 

^-Zarret, jarret; jouer du jarret. _ 
fezoEtJcA, v. Bonner des boulettes de farine k un veau, 

a un poulet ou chapon pour Fengraisser. 
6zovellA, v. Mettre le bl6 faueh6 en javelles (%well6) 



f 



FAilla, n.f Flamb6e. Se dit d'un feu vif et de peu de 

dur6e, produit par du menu bois. 
FAtlle, n.f. Voir Cutema. 



Digitized by LjOOQlC 



— 81 — 

Faillestoburet, n. f. pi. Neige fine couvrant a peine 
le sol; flammeches en Pair produces par un 
incendie. 

Failleuste, n> f Grande fille maigre. 

FAillon, n. m. Torche en paille ou au goudron . 

Failleuste, n. f. fitincelle lanc6e dans les airs. Voir 
Faillettoeuret. 

Faire i foeur, loc. adv. Traduction litterale : faire au 
four. Cette phrase ne signifie rien et cependant 
elle veut dire : faire une fourn6e de pain, cuire 
lepain au four. 

Faix, n. tn. Charge de foin pris dans les montagaes, 
avec des cordes nou6es par carr6s. 

Faragou, n. m. Matamore, homme terrible. Cette 
expression nous vient du g6n6ral espagnol Fa- 
ragu (prononcez Faragou), qui commandait les 
troupes espagnoles d'invasion, en Savoie, en 
1743. 

Farcettet, n.f. pi. Fargon fait avec des 6pinards et 
des blettes (erbet), cuits et hach6s, qu'on enve- 
loppe dans une grande feuille de blette pour les 
faire cuire k la po61e. _ Dimin. defargon 

Farqon, n. m. Mets fait avec des pommes de terre 
ecras6es et cuites dans la marmite. Egalement 
avec des 6pinards et des blettes, 

Faret, n. m. Meche en fils de coton du croaju; avoir 
la langue bien pointue, c'est-&-dire parler beau- 
coup; on dit : quun faret ! 

Farfollier* p. Par-fouiller, fouiller en tous sens, & 
tort et & travers. 



Digitized by LjOOQlC 



— 82 — 

Farfollion, n. m. Furet, curieux &; 1'exces, mettant 

son nez partout. 
FarrA, v. Ferrer. Sefaire farrd s'applique a une 

jeune fille que Ton conduit chez un bijoutier, 

avant de se marier, pour acheter les joyaux, les 

bijoux, en un mot les beaux de noces. 

La comparaison n'a rien de chevaleresque, on 
' le voit. 
Fega, n.f. Chiquenaude sur les doigts ; jeu de billes, 

a la fega y jetant les billes sur les doigts du 

perdant. 
Fela, n. m. Tourbillon de vent s'6levant dans les airs, 

emportant de la poussiere, des feuilles mor- 

tes, etc. 
Fe-lle, n.f. Espece de fourreau en toile, ou sim- 

plement une bande avec laquelle on enveloppe 

un doigt malade; grosse poignfee de plantes de 

bl6 noir qu'on fait tenir debout pour le faire s6cher 

au soleil. 
F^mala, w. f. Fille ou femme, une personne du sexe; 

la plante m&le du chanvre, la premiere mure. 
Femastiu, Femarai, Femaillon, n. m. Jeune gargon 

qui fume en s'y prenant gauchement. 
Fenasse, n. f. Esp6ce de la famille des gramin6es, et 

en g6n6ral toutes les gramin6es qui forment les 

prairies artificielles. 
Fennon, n. m. Homme qui se mele mal a propos 

des d6tails de m6nage qui ne concernent que les 

femmes; mot tendre donn6 k sa femme. 
Fi de let r6, n. m. Fil des reins, pour colonne per* 

tibrale. 



Digitized by LjOOQlC 



— 83 — 

FiAilla, adj. Flamb6,|perdu, ruin6. 

Fi±,n. m. Mesure lin6aire (Tun porc,d'une vache,etc. 

sous lesaisselles. 
FiMsrau, n. m. Fier, orgueilleux, faquin. 
Fignolet, n. m. Celui qui fignole, qui prend un ton 

et des manieres affectes, qui cherche k se dis- 

tinguer par sa tenue. 
Fion, adj. Belle apparence, orgueil,vanit6. Sebailler 

de Ji<m y se donner des airs. 
FioulA, adj. Se dit d'une fleur, d'un fruit qui ne 

peut se d6velopper ; une bouteille vid6e lestement. 
Flairan, Flairoeu, it. m. Celui qui se plaint pour une 

douleur I6gere, insignifiante. 
Flairasse, n.f. Plante & odeur d6sagr6able; femme 

qui n'est jamais satisfaite et qui grogne toujours. 
Flairs, adj. Qui sent mauvais, & odeur d6sagr6able. 

V. a flair et, il pue, c'estune peste Rad. flair ^ 

Flairon, n. m. Enfant pleureur, petit gargon g&t6. 
Flancha, v. au passe. A Va flancha, il a faibli, il n'a 

pas tenu a sa parole, il n'a pu soutenir son rai- 

sonnement. 
Flandret, n. f. pi. Lambeaux de vStements d6chir6s, 

dont on voit les fils; soupe faite avec de la farine 

p6trie avec les mains. 
Flandru, n. m. Homme grand et maigre. 
Flapi, adj. Fruit dont la peau est rid6e par la vieillesse; 

fruit, 6galement, dont la branche est malade, qui 

s'6tiole et n'arrive pas a maturit6. — Barb, de 

flitri. _ 
Flatin, adj. Po\\ flatin, le premier duvet qui pousse 

sur les oiseaux. 



Digitized by LjOOQlC 



— 84 — 

Flauta, n.f Grand 6cheveau de fil autour d'un d6vi- 
doir (isteviu). 

Fleur de sang, n. f On appelle ainsi la dysenterie, 
le flux de ventre, la diarrhGe sanguinolente. 

FlocA, v. Manger avec avidity, en faisant claquer les 
levres d'une mantere d6sagr6able. 

Florie, n. m. La cendre cuite qu'on met sur le linge, 
dans le cuvier, pour lessiver. 

Foaissa, n.f. P&te dure que Ton applatit pour faire 
des crepellin-net . 

F6da, n. f Morceau de toile que les femmes de la 
campagne mettent & leurs robes, sous le tablier, 

pour 6conomiser un peu d'6toffe Rad.foeuddr, 

tablier. _ 

F6dA, n.f. Plein le tablier de n'importequoi. 

Foe-rnet, n. m. Le derrtere de la molasse ou plaque 
de la chemin6e, dans la piece voisine de la cuisine, 
ou Ton y r6serve souvent un trou pour y mettre la 
cendre qui sert 4 faire la lessive. -_ Fournel, 
petit four 

Foeustier, n. m. Manchede la faux. 

Foezi de tA.la, n. m. Fusil de toile, ou le sac des indi- 
gents. Quand un homme mange tout son bien, on 
dit : dpredra binstou sonfbe\ide tdla, il mendiera 
bient6t. 

Foin-na, n.f Vent d'ouest qui seche les feuilles de la 
vigne et nuit a la maturity du raisin. 

F6la, adj. Aigafola, le premier extrait du marc qui 
, sort de Talambic, Teau qui sert ensuite a distiller 
Teau de vie. 



Digitized by LjOOQlC 



— 85 — 

FollA, p. Fouler le raisin, l'6craser avec les pieds nus 

dans la cuve; fouler le drap, fouler un membre. 
Fqlliasse, n.f Tas de macheux arranges avec ordre, 

a la grange ou dans un stappet. 
Follie, n. f Faire la fdllie, c'est tailler les arbres, 

chdnes, peuplier, etc., en aout-septembre, pour en 

faire des macheux. 
Follinguet, n. m. Diminutif de fou. Qui aime a s'a- 

muser. 
FollonzenA, p. Un enfant qui bouge toujours, meme 

dans le berceau, avec les jambes. 
Foraza, n.f Partie de la grange, sous le toit, ou Ton 

met le fourrage. 
Forma, n.f. Vase rond, en terre, perce detrous, dans 

lequel on fait egouter le fromage. D'ou le nom 

primitif de formage, encore usit6 en quelques 

valines ; forme de Soulier. 
Fornai, n. m. Petit four en terre qu'on dresse dans 

les champs pour brAler les mauvaises herbes. 
Forstai, n. m. Arbre sec, fourchu, g6n6ralement de 

ch&taigner, plants dans une treille pour faire 

monter la vigne. 
Forstiuire, n.f Endroit de l'arbre ou se bifurquent 

deux branches d'Ggale puissance. 
Forston, n. m. Fourche k deux branches seulement. 

Se dit aussi des dents d'une fourchette. 
Foss£rA, p. Labourer la vigne avec un fossoeu. N. f 

Mesure agraire, pour la vigne seulement, de 33 

toises 3, ou 246 metres. 
Fouina, n. f. Femme au visage pointu, curieuse, 

indiscrete, maligne, dont il faut se d6fier. 



Digitized by LjOOQlC 



— 86 — 

FourA, v. D6camper, se cacher par poltronnerie. 
FrAdier, n. m. Lieu dans une cave, ou expose au 

nord, dans lequel on met refroidir le lait ou le 

beurre pendant les grandes chaleurs. _ Fra, 

froid. _ 
Fr'cacha mAnetta, n.f Fricass6e sanguinolente de 

pore frais, qui se fait aussitot le pore tu6. 
Fr'melier, v. S'6motionner avec tremblement des 

membres, grande agitation Comme une four- 

milliere. «_ 
Freta, n. f. Sommet d'une montagne, faite d'un 

batiment. 
Fripa, n.f. Homme ou enfant a vetements us6s, d6- 

chir6s, frip6s. 
Frita, n.f Tous les fruits en g6neral, les poires et les 

pommes en particulier. 
Fromaju, n. m. Celui qui fait le fromage en montagne. 
From£, n. m. On appelle ainsi un boeuf ayant une 

robe blonde, couleur froment, — de 14 vient son 

nom. — 
FromAti^re, n. f Champ ou Ton a sem6 du froment. 
Fr6ste, n. f Jupon en grosse toile, usit6 k la cam- 

pagne. 
Frouiller, p. Tricher au jeu, tromper son adversaire. 
Frouillon, n. m. Celui qui Jrouille, qui triche au jeu. 
Fruitier, n. m. On appelle ainsi celui qui fait le beurre 

et le fromage; lieu ou Ton met les fruits. 
Fudra, Foeudra, n.f. Homme endiabl6, passionn6. 



Digitized by LjOOQIC 



— 87 — 



G 



GaffA, v. Marcher, patauger dans l'eau, la boue, la 

neige. _ Vient du bruit, gaffe. ^~ 
GAgner l'avi&na, p. Quand un cheval, apres lui avoir 

6t6 les hamais, se roule par terre, sur le dos, on 

dit : a gdgnet I'avena, il gagne Tavoine. 
Gaillet, n. m. Petite branche formant un bouquet de 

cerises. 
Gaill6fra, n. /. Homme grand, mal 6duqu6, goinfre, 

glouton. 
Gaita, n. f. Canelle ou robinet droit, a Textr^mite 

duquel on met un eprelton. 
Gala, n.f. Branche seche & un arbre, dont Textr6mit6 

a d6j& 6t6 cass6e Au fig. Un enfant m6chant, 

diabolique. Quinta gala, quel mauvais sujet! _ 
Galandaze, Galandage, n. m. Cloison en brique, ou 

de bois et de gypse. 
Gallistran, n. m. Grand folatre, d6hanche, d6gin- 

gand6. 
Gamastet, n.f. pi. Gu&resen toile; chaussures trop 

larges. 
Gamastiu, Gamasti£, n. m. Faiseur ou entremetteur 

de mariage. 
Gambasse, Gambache, n. f Femme qui se tient mal 

et s'habille sans gout. 
Ganda, GAra, nf Femelle du cochon qui a fait plu- 

sieurs portees. 



Digitized by LjOOQlC 



— 89 — 

Ganfollier, v. Brasser, tripoter dans Peau; bruit 
produit par le mouvement d'un liquide dans un 
vased moitteplein. 

Ganglion, n. m. Glande au cou. 

Ganipa, n.f, Homme mal v&u et la poche vide. 

GApian, n. m. Faineant, d6pensier, sans soins. Pris 
en mauvaise part, signifie 6galement gabelou. 

GAra, n.f. Anneau plat, en fer, que Ton met a l'ex- 
tr6mit6 d'un manche pour l'emp6cher de se 
fendre. 

Gardet, n. m. Premiere cornue devin que Ton tirede 
la cuve et qui est attribu6e au fermier pour boire 
pendant les pressailles. 

Gario, n. m. Noeud de la gorge, qu'on appelle aussi 
pomme d'Adam. 

Garo, n. m. Rond en fer ou cuivre, de moyenne gran- 
deur, ceux surtout qui servent au joug des boeufs. 

Garodiu, za, adj. Effronte, importun, menant mau- 
vaise vie. 

Garota, Goura, n. f Mets fait avec des pommes de 
terre rdp6es ou 6cras6es, forme boule, cuit dans la 
soupe. (Speciality de Marthod). 

GarottA, p. Rouler sur une pente; tourner un gros 
tronc de bois sur la terre. 

Garou, n. m. Pour faire peur aux petits enfants, on 
dit qu'on va faire venir le loup-garou. 

GArra, n.f. Morceau de linge dSchire. 

Gaston, Caston, n. m. Petite meule defoin. 

Gatelier,^. Chatouiller, gratter d6licatement. 

Gatelion, w. m. La d6tente, la gachette d'un fusil, 
tout ce qui se disloque k l'aide du doigt. 



Digitized by LjOOQlC 



— 89 — 

Gatouiller, v. Quand le chat se 16che la patte et qu'il 

se la passe sur la tete, on dit : d se gatouillet . En 

hiver quand il monte la patte jusque derrtere 

ToreiUe on dit que c'est signe de neige. 
Gliaffa^h./. Neige & moiti6 fondue. __ L'origine de 

ce mot vient du bruit qui se fait en marchant 

dessus. 
Gliaffan, n. m. Bouche k tout grain, mangeant gros- 

sterement. 
Gliandra, n.f. Voir Cutema, 
Gliapa, n. f. Gros pied large, plat; pied du mouton 

et du pore, la partie du sabot. 
GliapA, v. A gliapet, se dit du bruit que fait un fer 

cass6 quand le cheval marche. 
Gliapoe na. v. Enlever le gliapon ou la gliapa du 

pore ou du mouton. 
Gltapoenier, n. m. Pore ayant une longue gliapa et 

marchant difficilement. 
Gliapon, n . m . La griffe de derriSre de la patte du 

chien. 
GliAste, n . f Bailler na glidste, donner une tripot6e, 

un soufflet, un coup de poing; b6te plate se for- 

mantdans la laine et sur le corps du mouton, 

commengant par 6tre platet. 
GliatA, n. m. Cordon de Soulier en cuir. 
GltatellA, v. Attacherou fermer ses brodequins avec 

des gliata . 
GnA, n.f. Troupe d'enfants, marmaille. 
Goeda, n.f. Paresseux, fainfeant, qui n'aime pas le 

travail. 
GoedAille, adj. Qui a la goeda. 



Digitized by LjOOQlC 



— 90 — 

Goerllie, n. f. Cep de vigne, souche, le tronc bon a 

briller. Les jeunes ceps s'appellent Wet ceux qui 

montent dans les arbres, vidbla, \iabla. 
Gogan, na, adj. Fain6ant, paresseux, indolent. 
G6gnet, n.f. pi. Faire des manteres, des grimaces 

pour ne pas accepter ce qui est offert. 
Goian, GolliArda, n. m. Serpe recourb6e dont on se 

sert pour l'elagage des arbres. 
Goietta, Gollietta, n. f Petite serpe de poche, a 

lame recourb6e. 
Golet de let sti£vret, n. m. Quand on avale quelque 

chose de travers, on dit que c'est pass6 par le trou 

des chevres. _ Golet, trou ; stievret, chevres. _ 
GonvA, v. Faire gonfler, en le trempant dans Peau, 

un vase de bois qui coule, pour en resserer les 

douves; incendie qui couve; maladie qui s'an- 

nonce. 
Gorfa, G6fa, n.f Peau dela feve. 
Gorra, Gurra, n. in. Foss6 servant a 6couler les 

eaux, mal entretenu et avec fondriere. 
Gotta, n.f. Bere la gotta, boire la goute, c'est boire, 

le matin en se levant, un bon petit verre de bran- 

devin (eau-de-vie), avec ou sans pain, en guise 

d'absinthe, pour ouvrir Tapp6tit. 
Gotta-fond, n.f. Gue-llion que Ton met au fond de la 

cuve pour tirer le liquide jusqu'4 la derniere 

goute. 
Gouan, n. m. Homme mal mis, ayant des v&ements 

difformes et 6tant mal fait de sa personne. 
Gouifa, n. f Espece de filet dans lequel on met du 

farqon % pour le faire cuire dans la soupe. 



Digitized by LjOOQlC 



— 91 — 

Gouille, n. f. Flaque d'eau, petite mare ou la boue 
s6journe. 

Gouina, n.f. Femme de mauvaise vie, traineu$e de 
rue. 

Gouize, n. f. Fonte des fourneaux et des marmites. 

GourA, p. Vaches qui mangent & droite et a gauche 
dans un pr6, sans suivre a tegnon. 

Goutallet, h. m. Petit goute entre enfants ; manger 
quelque chose en intimit6. 

Govier, n. m. Morceau de bois rond et creux, 4 cro- 
chet dans le haut, dans lequel on met de l'eau 
pour mouiller une petite meule servant a aiguiser 
la faulx et la faucille. 

Graifeni£, n. m. Cerisier greff6, qui produit le 
graijion. 

Graifion, n. m. Grosse cerise d'un cerisier greff6. 

GrAla, n. f. Grande terrine 6vas6e, dans laqueile on 
met le lait et ou se forme la creme. - Graal y 
vieux mot du moyen-&ge. _ 

Granger, Granzier, SAche, n. m. Fermier, metayer, 
celui qui fait valoir uneferme. 

Gran-t£, adv. Longtemps, au passe ', il yalongtemps. 
E ia grand te qua le parti, il y a longtemps 
qu'il est parti. 

Grappa, n. f. Grappe. Terme de menuisier : instru- 
ment en fer, servant a assujettir sur l'6tabli, la 
piece que Ton travaille; crochet de fer pour fixer 
une poutre que Ton 6quarrit. 

Grappon, n. m. Crampon fix6 & la chaussure pour 
marcher sur la glace, dans les pentes rapides ou 
escarp6es des montagnes. 



Digitized by LjOOQlC 



— «B — 

GrattA la panse (se), loc. adv. L'&juivalent de t se 

brosser le ventre. » 
.Grattacu, n. m. Fruit de l'Gglantier. 
Gratta-papier, n. m. Nom d6risoire donn6 aux avo- 

cats, greffiers, notaires et autres gens de plume. 
Gr'boegnon, (&), loc. adv. Accroupi, assis sur les 

talons. 
Gr'mailler, v. Casser les noix, les noisettes, pour en 

retirer lfe noyau destin6 & faire de Phuile. Rad. 

gremau 

Gr£la, n.f. Grele. Quand un enfant et m6chant, dia- 

bolique, on dit : quinta grila, quel mauvais sujet. 
Gremau, n. m. Noyau de la noix, de la noisette. 
Grenetta, n. f Halle aubl6, march6 aux grains. 
Grevo, n. m. Tremblement, claquementdes dents pro- 

duit par le froid. — Barb, degrelot, grelotter 

Gr'volA, p. Trembler, claquer des dents, avoir tres 

froid. 
Grille, n.f. Cheville du pied. 
Griller, p. En parlant d'un enfant craintif, on dit : 

a gr Met pas, il ne bouge pas, il n'ose pas bouger. 
Grillet, n. m. On appelle ainsi un bceuf ayant une 

robe grise; le grillon domestique, gryllus do- 

mesticus. 
Gringuegn6tet, Gr'gnotet, n. f pi. Boue, bouse, 

fumier, adherent & la queue, au poil, k la laine 

des animaux, formant paquet. 
Grin-nA, Gr'nA, p. Le bl6 grin-net quand il donne 

un bon rendement. 
Grinze, adj. Triste, de mauvaise humeur, rechign6. 
Grivoai, n. m. Homme hardi, travailleur, 6nergique. 



Digitized by LjOOQlC 



— 98 — 

Grgkuba, Gr'ba, *. /. Morceau d'un tronc d'arbre 
ou d'une branche noueuse qu'on met au fond de la 
cheminSe pour maintenir le feu. 

Grobubai, n. m. Croute seche sur une plaie. 

Groeuille, tfi/. Vieillevache usfiepar l'dge; expres- 
sion grossiere quand elle est employ 6e en vers 
une femme dgfee. 

Gr6fa, n.f. Pelure du raisin. 

Gr6la, n. f Savate, vieux Soulier us6. 

Groeuillon, n. m. Homme ag6, maladif . Expression 
grossfere. 

Grolliant, n. m. Vieux gar^on^ se plaignant toujours. 

Grollie, n.f. Pois nouvellement tir6 de la cosse. 

Grou, sa, adj. On appelle ainsi & la campagne un 
aieul, un grand pere; gros. D'une femme en- 
ceinte, on dit : elle est groussa. 

Gruva, n. f Foss6 sans issue. 

Gue-lu£re, n. f. Terrain sur lequel la riviere a pass* 
et qui estcouvertde gravier. 

Gue-llion, n. m. Bouchon de bois & un tonneau, 
fausset. 

Gu^na, n. f Chaque planche ou volige, formant 
Taire, 

Gue-rra, n. f. Jeune mauvais sujet, m6chant garne- 
ment. 

Gue-ston, n. m. Les coins d'un paillai } d'un drapet. 

Gueurme, n. m. Grosseur qui vient au coup des bceufs 
et des vaches, et m&ne aux gens. 

Guinda, n. f. Petite langue de terre. 

Guinguelin, n. m. On appelle ainsi Pauriculaire, le 
petit doigt de la main. 



Digitized by LjOOQlC 



-d4- 

Guinguelion, n. m. Gland au bout (Tun bonnet rond, 
d'une toque, etc. 

GypA, v. Gypd Ice triollet, semer, couvrirde gypse ou 
pl&tre un champ de trefle. Cr6pir.ua mur, le re- 
couvrir de pl&tre gdch6, le blanchir. 



H 



Habelia de chuai, n. m. Habill6 de soie. Mot honnfite 
pour dire ou nommerun pore (caion). 



Iame, adv. Au bout d'une route en pente, en montant. 
Iava, adv. Le contraire de iame, en descendant une 

route, en bas, plus bas. 
Ieuret, IeurandrA, adv. Maintenant, & Tinstant 

m&ne. 
Ilai, adv. L&, k peu de distance, un endroit d6sign6. 
IoulA, v. Crier comme une choiiette ; hurler. 
Itie, adv. Li, ici, devant soi. 
Itoe, adv. Aussi, ensemble, comme les autres. — Du 

lat. item ou de Tanglais i tool 



Digitized by LjOOQlC 



— 95 — 



JudA, v. Jouer entre gargons et filles, gambader dans 

les granges. 
Ju£ne, n. m. Marc de raisin apres avoir pass6 par 

l'alambic pour en distiller Teau-de-vie. Adj. jeune. 



K 



Katai, n. m. Un petit nombre rfeuni, serr6, hommes, 
bestiaux, fruits, etc. Sepa de katai , soupe de 
farine blanche en bouillie grossiere et petits flo- 
cons durcis. 

KatellA, n. /. Branche d'arbre portant un rameau 
de fruits. 



La, adv. Don la, d'un cote; don Id et de I'dtre d'un 
c6t6 et de Tautre; de td Ice la, de tous les c6t6s. 
Ce mot est 6videmment d'origine espagnole, lado , 
c6t6, qu'on prononce ldo y en appuyant sur a. 



Digitized by LjOOQlC 



— 96 — 

LaibAs, adv. En bas, lieu 6loign6, en descendant , 

oppos6 & lai nhaut. 
Laidame, adv. Un point haut et 6loign6, sur un ter- 
rain en pente ou une montagne, plus loin que 

damelai. 
Laidava, adv. Le contraire de laidame, endroit d6si- 

gn6 au fond d'une colline, 6loign6, plus loin que 

davalai. 
LaideliA, adv. Augmentatif de dtla, endroit d6sign6, 

mais lointain, dans une plaine. 
Lai n'haut, loc. adv. Li haut, un point 6lev6, droit 

au-dessus. 
Landa, n. f. Grosse poutre soutenant la ma?onnerie 

aux quatre coins des grandes chemin6es. 
Landagne, LAzagne, n. f. Pdtes ordinaires et lar- 

ges , faites dans les m6nages, pour potage. — 

Ital. lasagna.— 
Landie, n. m. Longs . chenets en fer, sur lesquels 

viennent s'appuyer les gros troucs de bois. 
Lang6t, n. m. Nappe d'eau dans les ctuemaos mal 

entretenus; boue et neige fondues Barb, de 

l'ital, fango, boue. _ 
LangottA , v. Trainer, travailler dans un langot, 

boire en bavant. 
Langottiu, n.m. Ivrogne bavant et crasseux. 
Lanste, n.f. Une bete grande, allong6e, efflanqu6e; 

bois-taillis en pente. 
Lanviu, n. m. Se dit d'une femme grande et mince ; 

orvet. 
LAr, n. m. Perche au bout de laquelle on met un cro- 



Digitized by LjOOQlC 



— 97 — 

chet rentrant, servant a cueillir les raisins sur 

les arbres. 
Laseme, n. m. Le manche du flSau. 
LAssa, loc. adv. Un enfant fait Idssa quand il caresse 

la figure d'une personne avec ses deux petites 

mains. 
LAste adj. Une ceinture qui ne serre pas assez; une 

corde qui n'est pas assez tir6e, etc. 
LAtA, n. f. Petit lait, apres en avoir extrait le fro- 

mage. 
LAvfcR, adv. Autre maniere de dire delalai ou laidild. 
L£, adj. GoAt fade, humide, que prend le vin quand 

il n'est pas assez charge d'alcool, ou qu'il est 

dans une cave humide; un v&ement humide ou 

a moitte sec. N. m. La largeur d'une 6toffe : on le 

de tola. N f. Petit oeuf d'ou naissent les poux et 

qui se colle aux cheveux. 
LdCHBU, n. m. Drap delit, servant aussi & transporter 

des feuilles mortes, du bl6, du foin, etc. 
LAchu, LAchui, n. m. Eau de lessive. 
LAgala, n.f. Outil en fer, en forme de coin, et muni 

d'un anneau auquel on adapte une corde ou une 

chaine pour trainer des pieces de bois en mon- 

tagne. 
Lestet, n. m. Gourmand, qui aime & l6cher lesbons 

plats testier, I6cher. _ 

Leston, n. m. Poign6e de sel que Ton donne au b6tail, 
LAtelia, adj. Ayant des taches de rousseur sur la 

figure. 
LAteliet, n.f. pi. Taches de rousseur; lentilles. 



Digitized by LjOOQlC 



— 98 — 

LevrA, n. m. Balance, poids k peser, romaine. An- 

ciens poids. 
Leze, n. m. Couloir sur une montagne pour faire 

descendre les troncs de bois dans la plaine ; glis- 
sade sur la glace. N,f. Traineau, petit ou grand, 

pour voyager sur la neige et servant au transport 

du bois dans les montagnes. 
Lezier, p. Glisser sur la glace, avec les pieds ou sur 

na le\e. 
Llaude, n. m. Nom de bapteme Claude. Au figur6, 

c'est un balourd, un nigaud, un homme simple, 

facile & abuser, & duper. 
Lle, Lli, n. m. Une couche de ble ou d'avoine sur une 

autre; pour faire un gratin, on met on IU de 

pommes de terre et on //^depotiron, c'est-i-dire 

une couche de chaque sorte. 
Lleste, n.f. La ligne de terre tournee par la charrue. 
Llobupa, Lliupa, n. f. Fl&neur, mettant son nez 

partout. 
Lluiger, n. m. Trou rond, sorte de vasistas, que Ton 

pratique dans les toits de chaume, pour donner 

du jour dans les granges. 
Lluira, n.f. Petite ficelle. 
Lluire, v. Allumer le feu, le faire flamber; faire 

briller la chaussure; la brebis Unit quand elle 

est en chaleur. 
Loeu, n. m. Grosse piece de bois d'un pressoir, a 

Textr6mite de laquelle se trouve la vira, ou vis 

qu'une chute d'eau fait mouvoir ; loup. 
LombArda, n.f. On appelle ainsi une vache ayant une 

robe blanche et noire. A un boeuf, Lombard. 



Digitized by VjOOQlC 



— 99 — 

Lostier,j>. Un homme marchant difficilement,6puis6, 
a Idstet ; une dent qui branle, le Idstet. 

Loze, n. f. Galerie d'une maison, au premier 6tage, 
desservie par un escalier ext6rieur; pierre schis- 
teuse, plate, servant & couvrir les chalets dans 
montagnes. 



M 



MA, Grou-mA, n. m. Haut mal, 6pilepsie. 

MA bailla, loc. adv. Mal donn6. Se dit par allusion 
aux sorts-jet6s sur les gens et les animaux. In- 
fernal et sotpr6jug6. Dans les campagnes, il y 
a des personnes qui ont encore cette croyance, et 
Ton a parfois recours & des c6r6monies bizarres 
et ridicules pour d6couvrir cho qua bailla le ma. 

MAgheu, n. m. Fagot fait avec des branches d'arbre 
taill6es en septembre et dont les feuilles servent 
k nourrir les brebis, les chevres, etc., pendant 
Thiver. 

MAcheula, n.f. Maladie aphteuse qui vient aux pieds 
des boeufs, des vaches, etc. 

Maci, n. m. Merci. On dit surtout : gramaci y pour 
merci et grand merci. 

Mafie, adj. Fatigu6, abattu, 6reint6. 

MafietA, v. Fatiguer quelqu'un en Timportunant, le 
harcelant. 



Digitized by LjOOQlC 



— 100 — 

Magne, n.f. Botte de paille peign6e, servant de chau- 

me pour couvrir les toits. 
Magnin, n. m. Etameur et raccommodeur d'ustensiles 

de cuisine, allant de village en village, et,partant, 

chaudronnier ambulant. 
Magnollet, n. m. Couverture de laine douce ou de 

coton pour le berceau. 
MAille, n. f. Branche de bois flexible, tordue (mailla), 

servant k attacher un fagot de bois ou un macheu. 
MAiller, v. Tordre un osier, ou bois flexible. 
Mai-lli£re, n.f Champ ou Ton a sem6 du mais. _ 

Mais, mai-llie. — 
Mais, adv. Plus, davantage, encore. Desi mats revenu, 

je suis encore, je suis aussi revenu; d'e poui pas 

mais j je n'en puis plus, je suis accabl6. — Ital. 

mat. — 
MAlapanA, n.f. Une punition 4 venir, une rossde. 
MAlAtA, adj. Foin rentr6 humide; linge en lessiw 

mal s6ch6 : a I'a mdlata> il a souffert, il n'est pas 

dans de bonnes conditions; mal-venu, rabougri. 
MAlAvA, adj. Mal lav6, crasseux. 
MA-mezA, n. m. Qui ne trouve rien de bon, faisant la 

grimace sur les mets, gaspillant la nourriture. — 

Ma, mal ou mauvais, me%e, mangeur 

Manda, n.f Noeud en racine de chiendent du colliu. 
MandA, v. Envoyer, faire venir, mander d'office ou 

autrement. _ Lat. mandare. _ 
Mandrin, n. m. Mauvais sujet, voleur. Quand il y en 

a plusieurs, on dit : la beda (bande) a mandrin, 
en souvenir de ce brigand audacieux qui a 
exploit* le Dauphin6 et la Savoie auXVIIPsiecle. 



Digitized by LjOOQlC 



— 101 — 

MAnet, *a, adj. S&le, malpropre, touchant des <irdu^ 

res. _ Net, propre, mdnet, malpropre. 

Maneuille, n.f L'une des deux anses d'une cornue. 
Maniglia, n. f Homme de rien, sans parole, sans 

valeur; outil de cordonnier. 
Manoeu, n. m. Une bonne poign6e de plantes de 

chanvre pr6t & 6tre bloia (teill6). 
Manti, n. m. Nappe de toile ordinaire dont on se sert 

k la campagne Ital. mantile. _ 

Manti6, n. m. Plancheque Ton met sur la presste de 

raisin, en dessous de la trouie; manteau. 
Maraud, adj. Lourd, maladroit dans ses manteres. 

N'a pas la m6me signification qu'en fran<;ais. 
Mare, n.f. On appelle ainsi la matrice de la vache; 

d6p6t visqueux que forme le vinaigre. 
Marestau, n, m. On n'entend pas par ce mot celui de 

marichal, mais Pouvrier qui fait tous ouvra&es 

en fer, forgeron et serrurier. Mar4staula, la 

femme du maristau. 
MarSta, n.f. Soupe & la farine de mais; farine d£- 

layfeed'une maniere quelconque. 
Margau, n. m. Boue 6paisse dans les chemins mal 

entretenus. _ Barb, demare-d'eau. _ 
MargottA, p. Patauger, travailler dans la boue. Adj. 

S&le, plein de boue; terrain trop mouillG au mo- 
ment des semailles. 
Marlou, Merlou, n. m. Homme de rien, homme tar6. 

— Merlou, abr6g6 de merde de hup. _ 
Marouiller, p. Faire du mauvais commerce, tra- 

fiquer. 



Digitized by LjOOQlC 



— 102 — 

Marp^tA, adj. Cribl6, meurtri par la grele ou autre- 

ment. 
Marrai, n. m. Gros tas de foin dans la grange. 
MarrenA, Mar'nA, v. Avoir un d6pit, se repentir d'une 

affaire. Marronner, en frangais, n'a pas la m6me 

signification. 
Marri, adj. Terme dont on se sert pour plaindre 

quelqu'un qui est dans l'affliction : a le bin marri, 

il est bien triste, il est bien malheureux. V.fr. 
Marrin, n. m. Gros gravier servant & niveler les 

ornieres. 
Martai, n. m. Grosse dent molaire, dent m&cheliere; 

marteau. 
Martelloeuret, n. f, pi. Enclume et marteau pour 

battre faulx et faucilles. 
Martenet, Martinet, n. m. Forge, atelier de ser- 

rurier. 
MAste-llie, n. f. Interieur d'un fruit qu'on ne peut 

manger. 
MAste-llier, v. Manger difficilement, sans faim ou 

avec d6gout. 
MAsteron, n. m. Fil noirci dont se servent les char- 
pen tiers pour tracer des lignes droites ; tache de 

charbon, trace noire de suie ou de salet6 au 

visage. 
MAstia, n.f. Pommes 6cras6es pour faire du cidre. 
MAstiu, n. m. Metchoire, bouche : a se tin le mdstiu, ' 

il se tient la metchoire, il a mal aux dents. 
MAston, n. m. Nourriture pr6alablement tritur6e par 

la mere, formant la premiere nourriture de Pen- 

fant. 



Digitized by LjOOQlC 



— 103 — 

Mat, Matte, adj. On se sert de cette expression pour 
indiquer le linge humide ou mouilte : les mou- 
choirs sont mats, les serviettes sont mattes, il faut 
les mettre ausoleil. EnfraaiQais, mat n'a pas ces 
deux sens. 

Mata,w./. L'une desdeux plantes du chanvre, celle 
qui porte graine; petite meule faite avec des 
poign6es de plante de bl6 noir, &ipipe\&esfe-lliet. 

MAtaillon, n. m. Gros clou carr6, de 10 & 12 centi- 
metres de long. 

Matola, n.f. Mottede beurre; boule de neige. 

Mauvais, adj. Cet adjectif s'emploie toujours pour 
michant. En vieux frangais, mal etait adjectif, et 
on disait '.male femme, pour m6chante femme. 
Et encore maintenant, dit-on : bon an, mal an. 

MecliA, v. M61er. Letjiet se sont mtclid, les brebis 
se sont m6l6es avec d'autres. 

Meclie, n. m. Terme rural qui signifie : melange de 
foin et de paille pour nourrir les animaux; m6- 
lange deseigleet de bl6, soit m6teil, pour fairedu 
pain de menage. _ Esp. me\cla. __ 

Meda, n.f. La vase d'un 6tang. 

MeflA, v. Flairer; chien ayant le nez en Fair pour 
sentir une chose quelconque; b6te de somme 
sentant un breuvage ou un animal dangereux de 
loin; renifler sur la nourriture sans y toucher. 

Meflan, n. m. Un homme qui flaire une chose avec 
d6goftt, qui ne sait jamais se mettre au travail. 

Melon, n. m. Jeune bceuf d'un an, n'ayant pas encore 
travaille. 



Digitized by LjOOQlC 



— 104 — 

MenA, v . Miner, d6fricher, fouiller la terre profondfr- 
ment pour en retirer les pierres. 

Merdaillon, n. m. Terme injurieux donton gratifie 
un bambin ridicule, un blan-bec, un petit bon- 
homme qui veut se donner de grands airs. 

M^riva, adj. Uncheval ou une paire debceufs appar- 
tenant k deux proprtetaires et servant alternati- 
vement de deux en deux jours. II y a un proverbe 
qui dit : On stevau e meriva est jamais bin farrd, 
un cheval a deux n'est jamais bien fecr6. 

Merivet, adj. Une piece de terre ou un article quel- 
conque qui doit 6tre divis6 entre plusieurs per^- 
sonnes. 

Messa k tra blanstet, n. f. Messe a trois habits, ou 
messe de premiere classe, chant6e avec diacre et 
sous diacre revetus des plus riches ornements et 
que l'encensoir _ tepin femaru _> embaume P6- 
glise. 

Mezan-na, n. f. Le lard de la moitte d'un pore, pendu 
au plafond ou dans la cheminGe. 

M£zai, adj. Qui ne sent rien, insensible k la douleur. 

Me:z£, n. m. Grains ou aphtes qui se produisent sur 
la langue du pore. On les appelle aussi per. 

MnfczE, Miege, n. m. De ce qu'un ancien rebouteur 
portait ce nom, on continue d'appeler ainsi ses 
successeurs. Pour une colique ou pour une jambe 
cass6e, 6 faut alia vale mie\e. On appelle aussi 
celui qui fait le rhabilleur, aloiu, ou, dfd le mti\e. 

MidcA, n.f. Tout ce qui est doux et 6cras6 en nour- 
riture; mets pour les petits enfants. _ Barb, de 
tnidta ou imiottd, 6cras6, pulv6ris6. _ 



Digitized by LjOOQlC 



— 105 — 

Mion-na, n . f. Petite fille qui se plaint sans cesse et 

qui est toujours de mauvaise humeur. 
Mion-nA, p. Chat qui miaule, qui crie. 
Mire, n. m. Un gros chat, un matou. 
Miret, Staitet, n. f. pi. On appelle ainsi la fleur du 

ch&taigner, du noyer et du noisetieF. 
Mistouflet, n. m. Petit maitre qui fait Timportant. 
Moai, n. m. Tas d'une matiere quelconque, monceau. 
ModA, p. Partir, marcher, changer de r6sidence. 
Moenier, n. m. A un jeu quelconque, quand on ne 

fait pas un point de la partie, on est moenier ; 

meunier. 
Moeudiu, n. m. B&ton arm6 d'une rondelle & Textr6- 

mit6, pour battre le boeurre dans une borrire 

(barate). 
Moezai, n. m. Petite figure, petit museau. 
MoezSru, n. m. On appelle ainsi les g6ometres. _ 

Moe\4rd y mesurer, ils mesurent. _ 
Moezet, n. m. Petite souris des champs, k courte 

queue, & museau pointu, que les chats tuent mais 

ne mangent pas. 
Monfc, cylj. Moyen. Ch6 qu'a de moie> celui qui a des 

moyens, sous le rapport de la fortune, il est ais6 : 

a I'a de moie, il est riche. 
MoiiLTACHU, adj. Terrain mouill6; temps humide, plu- 

vieux. 
M6llie (& la), he. prep. Objet expos6 a la pluie, non 

abrit6. — Mdllie, mollie y mouill6. _ 
Morailler, p. Discuter, se disputer entre voisins. 
Morcayai, n. m. Mature muqueuse sortant du nez 

par suite d'un rhume de cerveau. 



Digitized by LjOOQlC 



— 106 — 

Morcavelloeu, za, adj. Qui a la roupie au nez; enfant 

s&le, ne se mouchant jamais; terme de mfepris 

Rad. morcavai. _ 
Morniflan, n. m. Qui se mouche avec les doigts, se 

met les doigts dans le nez pour le nettoyer, et 

renifletoujours. 
Morpion, n. m. On appelle ainsi un petit gamin espie- 

gle, quelquepeu en terme de m6pris. 
Mort, devenir mort, he. En parlant d'un d6funt, au 

lieu de dire]: il est mort, on dit souvent : il est de- 

venu mort. 
Mortena, n.f. Sorte de schiste plus friable que Tar- 

doise. On francise ce mot en l'appelant mortine. 
M orzier, Morgier, n. m. Monceau de pierres de de- 
molition, confus6ment les unes sur les autres. 
Mostachu, adj. Homme qui a une forte moustache. 
MostatA, v. Battre Textr6mit6 d'un \ovello de bl6. 
Mostet, n. m. Branchede bois allum6e & Pextr6mit6; 

tison & moitte consume. 
Mostia, n.f. Un soufflet en pleine figure Mostier, 

moucher, c'est-4-dire sur le nez 

Moston, n. m. Fumeron, tison tres petit qui jette 

beaucoup de fum6e; gros morceau de pain. 
Mottet, adj. Mouton sans conies; bl6 sans barbe; 

arbre arrondi sans d6veloppement. Au fem. 

motta. 
Mottian, adj. Sournois, parlant peu, manquant de 

franchise. 
Mouillai, n. m. Source dans un terrain, une petite 

place seulement qui est toujours humide. 
Mouire, n. f. Sel fondu qui a servi & saler le pore. 



Digitized by LjOCK? IC 



— 107 — 

Moustelia, adj. Mouton ou brebis tachete de noir au 

nez, aux yeux et auxoreilles. 
Moustelions, n. m. pi. Petits flocons de neige com- 

mengant & tomber (ressemblant aux moucherons). 
Moustet, n. m. fipervier, et en general tout oiseau de 

proie qui attaquent les animaux de basse cour. 
MoustevAra, n.f. Grosse mouche, espece de taon, qui 

pique les boeufs et les vaches, depose ses ceufs 

entre cuir etchair,d'ou ils finissent par se former 

en ver blanc. — Mouste, mouche, vara, ver. _ 
MoutAla, n. f. On appelle ainsi une vache qui a une 

place blanche au front. 
MoutellA, adj. Tachete, 6toil6. Ce terme ne s'emploie 

qu'& la campagne, en parlant des bestiaux : une 

vache, un boeuf moutelld. 
Moze, n. f. G6nisse d'un an, au moins, qui n'a pas 

encore port6. 
Mozon, n. m. Gros veau, m&le. 



N 



NA de trouie, n. m. Mot 4 mot : nez de truie. Gros- 
siere injure qu'on adresse & un homme qui se 
m61e de ce qui ne le regarde pas, pour se donner 
de Timportance, homme stupide et. dangereux 
par sa 'b&ise. 

Napra, n. f. Balafre, cicatrice au visage. — Rom. 
nafra. Meme origine que le verbe navrer et le 



Digitized by LjOOQlC 



— 108 — 

vieux fran§ais naffrer, instrument tranchant 
(A. Brachet) 

Nan ou Nant, n. m. Nom donn6 & tous les ruisseaux : 
nan di stria, ruisseau du Chiriac; nant des Mar- 
tins, un hameau en parte le nom Celt, nant — 

Nech£se, n.f Les parties g6nitales de la vache. 

Neigea, adj. Pour pouvoir teiller (bloier) le chanvre, 
on Intend sur l'herbe, k la ros6e : il est neigea 
quand il est bon k teiller. 

N6na, n.f. Haricot rouge et blanc ; nom que les enfants 
donnent & une tante et & une marraine. 

Nennet, n. m. Sein. Terme enfantin. 

Niai, n. m. L'ceuf qu'on met et conserve dans un nid 
pour que la poule aille y pondre Nid est 

Nian-nian, n. m. Niais, dadais, nigaud, personne 
dont la d-marche et le maintien annoncent d&j& 
labetise; sans 6nergie, sans initiative. 

Nille, n.f. Articulation du doigt. 

Nir, ». f. Aversion, antipathie, prendre quelqu'un en 
grippe \dl'ae nir, il ne peut le souffrir. 

Noeu di colliu, n.m. Bouchon de racines de chien- 
dent qu'on met au trou du colliu pour filtrer le l^tit 
nouvellement trait. Voir Manda. Noeu died, vul- 
gairement appel6 pomme d'Adam. 

Noi6rX, n. m. Lieu plants dejnoyers. _ Noyers il y a 

Nono, Dodo, n. m. Terme enfantin. Couchette, ber- 
ceau. Faire nono, dormir. Alia dodo, aller se 
coucher. II y a & ce sujet un air de chanson 
capable d'endormir Tenfant le plus 6Veill6. 

Novala, n. f Jeune brebis qui n'a pas encore fait 
d'agneau. _ Lat. novella. _ 



Digitized by LjOOQlC 



— 109 — 



o 



Oeula, n.f. Marmite en fonte, avec couvercle m6me 
m6tal, emboitant Fustensile; trou produit par 
l'affaissement de la terre sous Tinfluence d'une 
source souterraine. 

OffAsA, v. au passe. Bless6, en parlant d'un organe k 
l'interieur, par suite d'une chute, d'un coup : a le 
foffesd e dedie, il est bless6 a l'int6rieur du corps. 

Ordon, n. m. Largeur que les cultivateurs labourent, 
soit & la vigne ou au champ, a un ou plusieurs 
sur toute la ligne; etre & latete de Vordon, suivre 
une ligne droite. Ce terme est du vieux francais. 

Ostina, p. Attaquer, taquiner pour uhe futilite. S'os- 
tind y s'ingenier, rechercher obstin6ment des 
petites choses pour avoir raison. N. m. Qu'in 
dstind! comme il est tenace, comme il est embe- 
tant. 



PAcheula, n. f. Raisin de Corinthe, qu'on emploie 

particulierement dans le farcon. 
PAf£r, n. m. Levier, barre de fer carr6e et pointue a 

une extrertiit6 - pal de fer. — 



Digitized by LjOOQlC 



— 110 — 

Pagnon, n. m. Rond de cire fratchement fondue, qu'on 
fait tomber dans l'eau fraiche pour la durcir. 

PaTa de boriau, loc. adv. Mot k mot : paye de bour- 
reau. Payement pr6alablement exig6 par d6fiance. 
II parait qu'on paye le bourreau avant Pexecu- 
tion. 

Paillacha, n. f. Tout ce qui peut tenir dans un paillai 
de feuilles seches. 

Paillai, n. m. Drap carr6 de grosse toile, servant & 
transporter le bl6, le foin, etc. & la grange. Dans 
certaines contr6es on dit drapet, petit drap. 

Paillasson, n. m. Diminutif de/>£*//tfj\faisantlememe 
office, mais comme il est plus petit, on ajoute 
une ficelle a chaque coin pour faciliter l'attache. 

PAlA, v. La neige qui est sur les ioxispdlet quand elle 
tombe en avalanche; faire un chemin qu'avait 
cach6 la neige. 

Palanze, n.f. Piece de bois, plus ou moins longue, 
servant a serrer le foin, le bl6, sur un chariot, 
s'accrochant & Yestelletta sur le devant et & des 
cordes sur le derriere; nom d'un insecte qui se 
cache, pendant le jour, dans la bouse des bceufs 
ou des vaches (de la famille des nficrophores). 

Palg6, n. m. Tuteur]en bois, servant & dresser un 
arbre, une haie, etc. 

Palin, n. m. Branche de bois fendue par quartiers, 
servant & cldturer un terrain, jardin, etc Cor- 
ruption du mot frangais pal. _ 

PAmai, adv. S'emploie pour plus, avec la n6gation . 
II n'en reste plus, il n'y en a plus ; d'aipdmai de 
pan y je n'ai plus de pain. 



Digitized by LjOOQlC 



— Ill — 

Panaman, n. m. Serviette ou torchon pour essuie - 
main Pand, essuyer; man, main 

Panossa, n. f. Paresseux, sans 6nergie, indiflterent; 
torchon servant, dans les cuisines, & frotter et & 
nettoyer les ustensiles s&les; ailede poule desse- 
ch6e, servant & 6pousseter. Dans le vieux fran- 
<jais, panosseux signifiait : couvert de haillons. 

Pantiere, n. f. L'une des deux rang6es de bl6 sur 
l'aire pour une battue au fl6au. 

PapAron, n. m. Excroissance qui pousse sousle men- 
ton des brebis, au printemps, quand elles sont 
atteintes de la maladie du foie , qu'on appelle 
parpe-llion. 

ParA (se), v. Se defendre, se garantir, se mettre de 
cdt6 Esp. pararse 

Parboelata, adj. Pomme de terre dite en robe de 

chambre, cuite & Peau, sans etre plumee Tifira 

ou tifra parboelata On di-t aussi : fa\on (hari- 
cot) parboela. 

Parma, n. f. Paume de la main. _ Lat. palma. __ 

Parpezan-na, n.f. Mauvais paletot us6, l6ger et froid. 

Parra, n. f. Un bon repas, 6tre bien repu et avoir 
bien bu. _ Predre na parra , manger outre 
mesure 

Parraille, n.f. Terrain pierreux, sans valeur. 

Parselia, n. m. Fromage du pays fait de plusieurs 
couches successives, dans le genre du Roquefort. 
On francise ce mot pa.vpersillie. 

Parstenaillo, n.m. On appelle ainsi, par d6rision, 
les pieces de vingt francs, parce qu'elles res- 



Digitized by LjOOQlC 



— 112 — 

semblent & une tranche de carotte rouge. — Ca- 

rotte, parstenaille. _ 
Parstia, n.f Na parstiade did, uneperche&laquelle 

sont attach6s des saucissons (did), qu'on accro- 

che & la chemin6e pour les faire s6cher; la 

m6me chose pour le mais, qu'on attache au 

plafond. 
Parstiaux, n. m. pi. Deux perches servant 4 porter 

de petites meules de foin, qu'on appelle gastons 

ou castons. 
PartenA, adj. Tout ce qui est pr6coce, fruits, legu- 
mes, etc., m&ne employ6 au figur6. 
Pas-nion, adv. Double n6gation. Expression qui si- 

gnifie : il n'y a pas quelqu'un, il n'y a personne. 

_ Nion, personne. — 
Passavia, v. a Vimpir. Passe vite, file ton chemin . 
PAssellet, PAssai, n. m. Petit tuteur que Ton met 

k chacune des branches d'un provin, pour la 

maintenir ou la dresser Dim. de pacho — 

Paste, n.f Faire na paste, c'est conclure un march6, 

une transaction, une vente. II y a unvieux dicton 

au sujet de ce mot : 
Pasta faita, 
Rdva couaita, 
Cinq sous pe la dtfaita. 
March6 conclu, — rave cuite (?), — cinq sous 

pour la d6dite, soit pour celui qui se d6dira. 
Dans le vieux fran^ais, ce mot, qui n'a rien du 

latin pactum, 6tait masculin. 
PatafiolA, n.f. Une fess6e, une chiquenaude 4 un 

enfant. 



Digitized by LjOOQlC 



— 113 — 

Patarafa, n.f. Parafe de notaire; lourde chute. 
Patasson, adj. Travail minutieux et ennuyeux; un 

homme qui fait de petites choses. 
Patet (en appuyant sur a) n. f.pl. Chiffons, morceaux 

de vieux linge, lambeaux us6s qui ne sont bons 

qu'&fairedu papier. 
PatiambAla (&), he. adv. Se dit d'un enfant qui est & 

cheval sur les epaules de quelqu'un. 
Patin, n. m. Piece ou morceau de toile ou drap, ser- 
vant & raccommoder un pantalon trou6; larges 

floconsdeneige. 
Paton, n. m. Quantit6 de pate que le boulanger p6trit 

& la fois. 
Pe, v. kpe y il penche. Ce verbe ne s'emploie pas au- 

trement. 
Pbghan, Pecharai, n. m. Jeune enfant qui pisse 

encore au lit. 
Pech£re, /. n. Souci d'une affaire, inquifetude. 
Pechetta, n.f. Petit chenal, entrant dans une source, 

par lequel l'eau s'6coule. 
P^cliet, n. m. Loquet en bois d'une porte a deux 

battants. 
PAdelion, n. m. Plusieurs fils de chanvre r6unis 

auxquels on attache poires, pommes, par le man- 

che, qu'on accroche ensuite au plafond pour les 

conserver pendant l'hiver. 
Pedon, n. m. Nom qu'on donnait anciennement aux 

facteurs ruraux. 
Pegnaire, n. m. Peigneur de chanvre. 
Pegn6ta, n. f. Ancienne marmite ovale. _ Ital. pi- 

gnata. _ 



Digitized by LjOOQlC 



— 114 — 

P£la, n.f. Po61e 4 long manche, servant k faire des 

crapes. 
P£lA, n. f. Mets fait avec des pommes de terre 6cra- 

s6es, des ch&taignes, de la farine, etc., un peu 

d6lay6. _ Lat. pelos. _ 
P£la (6), loc. adp. En pente, un objet qui penche d'un 

cdt6. Barb, depeta, pente. _ 

Pelliandru, adj. Homme grand, maigre, mal vetu. 
Pe-ller, p. Sortir la noix de sa coque, de son brou. 
Pelliet, n. f. pi. On appelle ainsi le son du bl6 noir. 
Pelli6, n. m. Brou, 6cale, couverture ext6rieure des 

noix et des amandes. 
Pell6, n. in. Pelote de fil, le contenu de la flauta 

entiere. 
Pelloeura, adj. Avare, ladre, d6guenill6, mauvais 

Coucheur. E na prat pelloeura, a paut pas na pel- 
loeura, il est bien rap6, il ne vaut pas cher; 

pelure. 
Pepion, n. m. Pepin rev6tu de la substance molle 

contenuedans l'enveloppe d'une graine de raisin. 
Pequerna, n. f. Humeur muqueuse qui d6couledes 

yeux quand il y a inflammation et qu'on a de la 

peine & s6parer les paupieres le matin en se 

levant. 
P£ria, n. f. Soupe 6paisse faite avec des ch&taignes, 

des poireaux et du pain. 
Pesteret, adj. Se dit d'une personne tres-vive, s'em- 

portant pour une futility. 
Pestevai, n. m. Pique & Pusage des carriers. 
PetA pu BetA le cu chu le pl6, p. Mettre le derriere 

sur un madrier. Faire, en justice, abandon de 



Digitized by LjOOQlC 



— 115 — 

tous ses biens pour d6sint6resser ses crfianciers; 
6tre totalement ruin6. Sous les Romains, led6bi- 
teur malheureux qui consentait & cette cession, 
frappait trois fois du derriere sur un madrier, ou 
pld, r6p6tant chaque fois : cedo bonis, j'abandonne 
mes biens. 

P^tavan, P^tarin, ?i. m. Vari6f6 de la mure sauvage, 
fruit de la ronce. 

PetellA, n. f. Petits soins, chateries & un enfant. 

Petre, n. m. On appelle ainsi Testomac d'une poule 
ou d'un bipede quelconque. 

PettA A vepret, loc. adv. Quand une femme, non 
mari6e, est dans un 6tat interessant, qu'elle est 
groussay on dit qu'elle a pet6 &v6pres. On dit 
aussi qu'elle apetd e Uvan, mis en levain. 

Pettarai, n. m. Le derriere. Ce mot est tomb6 en d6- 
su6tude. 

Peze, n. f. Poix, matiere r6sineuse. Au fig. ont dit 
gen6ralement : quinta p4$e, quelle sangsue, im- 
possible de s'en d6barrasser. 

Pezo, n. m. Grosgrelon. 

Piaghet, n. m. Petite toile qu'on place sous le dosde 
l'enfant. 

Piai, n.m. Petit drap de toile avec lequel on enveloppe 
un nouveau-n6. 

Piaine, n. m. Espece de voilette, form6 avec des ficel- 
les, qu'on attache & la t6te des bceufs pour les 
garantir contre les mouches pendant l'6t6. 

Pian-na, n. f. Feuille de vigne. 

Pian-net, n. f. pi. Partie inf6rieure et cintr6e du ber- 
ceau qui permet de bercer avec le pied. 



Digitized by LjOOQlC 



— 116 — 

Piapoeu, Piapore, n. m. Renoncule rempante qui in- 
fecte les jardins. _ Ranonculus repens. 

Piaton, n. m. Petit pied d'enfant. 

Piauta, n.f. Patte, jambe de chat, dechien, d'enfant. 

PidA, p. Mesurer la distance d'un palet, d'une boule a 
une autre. 

Pigea, n.f. Tout ce qu'a pu 6craser, de poires ou de 
pommes, une grossepierre meuliere, ronde, dans 
une const e. 

Piger, v. Ecraser les poires et les pommes pour faire 
du cidre; attr&per quelqu'un a Timproviste. 

PimpA (se), v. Se parer, se faire beau ou belle. 

Pion, adj. Ivre, pris de vin. 

PioulA, v. Son aigu produit par le frottement d'une 
machine sur le fer ou le bois, son plus pergant, 
mais imitant le bruit qu'on en tend quand les 
oreilles tintent. Un cur6, d'une commune voisine, 
reprochait a ses paroissiens d'apporter a l'eglise, 
pour distraireles fideles, des tabatieres qui piou- 
laient (textuel) quand on tournait le couvercle 
pour les ouvrir. 

Pize, n. f. Grosse pierre ronde, mue par l'eau, 
a la vapeur ou k bras, roulant sur la conste, pour 
6craser les pommes ou autres denrGes analogues. 

PlacA, p. Cesser, discontinuer, r6pit. 
Un proverbe bien connu : 
Si ipleut a se Medd 
Epleuvra on ma se placd 
S'il pleut le jourde laS' M6dar 
II pleuvra un mois sans discontinuer. 



Digitized by LjOOQIC 



— 117 — 

Plan, adv. Doucement, avec precaution. Allin plan, 
allons lentement. 

Platet, Plotet, n. m. Petit animal plat qui s'attache 
a la peau des moutons. 

Pl£-dA, n. m. Tout ce qu'un doigt peuttenir de chan- 
vre en teillant — plein, pie, doigt, da, plein 
doigt. — 

Pli, n. m. Terme du jeu de cartes. On pit, une levee. 

Plo, n. m. Billot, gros tronc d'arbre, bloc de bois. 
Dr'mi queme onplo, c'est : « dormir d'un profond 
sommeil, dormir comme un sabot. » (Acad.) 

Plovegner, v. Brouillasser par intervalle. E plove- 
gnet, ilpleut un peu, il bruine; e plovegnevet, il 
brouillassait. 

Plozai, n. m. Pluie continuelle qui tombe sans inter- 
mitence pendant longtemps. 

Ploze, 7i. f. Pluie; une petite quantity de liqueur, de 
vin, etc., une goutte. 

PoA, v. Tailler la vigne. 

Poaitet, loc. adv. Tout a Pheure — au passe _ il y a 
un instant. 

PoAzet, n.m. Seau qu'on descend au fond d'un puits 
pour puiser de l'eau; vase en bois pour trans- 
porter de l'eau; petite cornue & long manche, 
avec laquelle on prend la lessive en ebullition 
dans le chaudron pour la verser sur le cuvier. 

Poazon, n.f. Quinta-poa%on , c'est-i-dire quelle mau- 
vaise chenille, quel chenapan ; poison. 

Poazonnerie, w./ Marchandise g4t6e, detestable au 
goAt, pouvant faire mal en la mangeant. Quinta 
poa^onnerie, quelle drogue ! 



Digitized by LjOOQlC 



— 118 — 

Pogher, v. Un enfant qui tete son doigt, il poche; 
une personne qui boit a la bouteille et qui nepeut 
s'empdcher de mettre la langue devant, au goulot, 
a pocket. 

Poetet, n. tn. Troene sauvage, arbuste produisant 
des graines noires avec lesquelles on fait de 
Tencre. 

Poeussacu, n. m. Qui pousse par derriere. Nom 
donne, par derision, aux huissiers; de m6me 
qu'a Paris on les appelle marchands de papier a 
douleur. 

Po'ia, 7i. f. Une montee, une pente rapide, relative- 
ment courte. 

Polaton, n. m. Poussin, petit coq. 

Poleta, ;/. f. Bouillie 6paisse ou pate faite avec de la 
farine de mai's, cuite dans une marmite a petit 
feu et tournSe avec un b&ton, en y ajoutant une 
friture de beurre et d'oignons. Ce met est le plat 
national italien et tres goute en Savoie. En fran- 
gais, on dit poulinte et en italien polenta. 

Polli^nA, v. Mettre bas de la jument. 

Pomiau, n. m. Couronne qui se place dans le milieu du 
pain b6ni . 

P6na, n.f. Poutre principale supportant lacharpente. 

Ponti, n. m. pi. Deux pieces de bois, plac6es latera- 
lement dans une cave et sur lesquelles on met les 
tonneaux. — Rad. Epontille, support, 6tai 

Pormenier, Pormonnier, u. m. Saucisson fait avec 
des blettes Mch6es et de la viande de pore frais. 

Porpa, n.f. Un morceau de viande sans os. 

Poste, n.f. Grande cuiller a potage en bois. Cet article 



Digitized by LjOOQlC 



— 119 — 

s'appelle aussi faience des Beauges, ou il se fa- 
brique. Quand on dit au fabricant que le bois est 
mauvais, il rGpond : 

Si 6 pas de boet de plane, 
De voui que le blanc di \u me sdgne. 
Si ce n'est pas du bois de platane 
Je veux que le blanc de mes yeux saigne. 
Et a cela on ajoute : 

Quand le bo\u sara fidble 
E paradis on varra le didble. 
Quand, au bouju on pourra se fler 
En paradis on verra le Diable. 
Postellazon, n.f. Famille nombreuse de jeunes pores. 
Poston, n. m. Petite poste. 
Pot, n. m. Ancienne mesure de liquide, contenant 

presde deux litres. 
Pota, n.f. Moue, mine refrognSe, grimace. En parlant 
d'un enfant qui est de mauvaise humeur, on dit : 
a fa la pota, il fait le mechant. 
Potaila, n. f. Femme qui rechigne, qui fait toujours 

l&pdta. 
PotrAilla, n. f Une grosse poitrine. 
PottA, n.f Giffle a main plate, qui fait faire \&p6ta a 

celui qui la regoit. 
Poucet, n. m. Petit morceau de peau ou d'6toffe cousu 
en doigt de gant, pour envelopper un pouce ma- 
lade. 
Pouillere, n. m. Treille plate, de deux ou trois me- 
tres de haut, avec des traverses en bois. 
Poutasson, n. m. Petite planche. _ Rad. pou, plan- 
che. _ 



Digitized by LjOOQlC 



— 120 — 

Pout&ma, n.f Tumeuravec enflure au cou ou 4 la 

joue. 
PouzellA, v. Toucher longuement avec les mains, le 

pouce, pour rhabiller un membre d6mis. — Rad. 

pou\e, pouce. _ 
Pozon, n. m. L'oeuf du ver qui se forme sur la viande. 
PrAza, n. f. Le produit de la r6colte d'une ann6e ; 

prise de tabac. 
Pr'verin, n. m. Poudre finequ'on met 4 la lumieredu 

canon. 
Pr'vezin, n. m. Bouton de flevre sur les levres, hu- 

meur formant croute qu'ont les enfants en hiver. 
Prin, ma, adj. On appelle ainsi une personne droite et 

svelte; un article quelconque mince et effil6. 
Prinmaille, adj. Menu b6tail, menues branches, 

brindilles en un mot. 
Procura, n.f. Procure, v. jr. S'emploie pour procu- 
ration. 
Proeu-det, adv. Asssez dit, assez parle, ordre de se 

taire. 
Proeu-t£, adv. II est bien temps d'arriver, dit-on k 

une personne en retard; a l'aproeu-te, il a bien 

le temps d'arriver sans se presser. 
Prouillon, n. m. Chaine en fer, servant & tenir la 

charrue au stardollet. 
Puffa, Pussa, n.f. Enveloppedu grain de bl6. 
Pullier, Piller, v. Chercher lespoux sur la t&edes 

enfants. On dit aussi : va te pullier, pour dire, 

va te promener. 
Puta. m. f. Vache demandant touiours le boeuf. Au 



Digitized by LjOOQlC ^ 



— 121 — 

fig. grosstere expression adress6e k une femme 

de mauvaise conduite. 
Puva, n.f. Chaque couteau en fer d'une herse. 
Puzena, n. f. Jeune poule, poussine, poulette. Le mot 

poussine manque & la langue franchise, et poulette 

ne s'emploie guere qu'au figur6. 



Q 



Qu'Acon-s£, adv. Quelque part, un endroit non de- 
signs. 

Quaderetta, n. f. Nom donn6 k un jeu de cartes qu'on 
joue 4 quatre. 

QuAque-rA, adj. ind. Quelque chose, quelque rien, 
mais un peu, une petite partie. 

Quefi, adj. Fruit muri 6tant cueilli, en tas. Sentir le 
quefi 9 c'est sentir le renferm6, le moisi. 

Quemal, n. m. Outil en fer, double force de la legala 
et servant pour le m6me objet. 

Quemon, n. m. Bois ou p&turage communal. 

Qu'ri, v. Chercher, apporter une personne ou une 
chose. De vai le qu'ri (qu'on prononce cri), je vais 
le chercher ou le faire venir; va qu'ri mon stapai, 
va prendre ou apporte mon chapeau. _ Lat. 
qucerire, qu6rir, chercher. _L 



Digitized by LjOOQlC 



— 122 — 



R 



RabistocA, v. Arranger, rapi6cer, raccommoder, 

coudre ou ajuster un vetement tant bien que mal. 
RAble, n. m. Instrument en forme de T, avec lequel 

le boulanger retire la braise du four. 
Raboe-si, adj. Homme petit, mal fait, difforme. 
RAclion, n. m. Le dernier n6 d'une famille, le Benja- 
min; le pain de la derniere p&te retiree dup6trin. 

— Rad. racier. 

RadellA, n. f. Roue d'une voiture glissant en pente 

surun socle en fer; forte averse venue soudaine- 

ment. 
Raffa, n. f. Gliaffa ou neige a moitte fondue. 
RaffA, RassA, v. Glisser sur une pente et tomber. 
Raisse, 7i. f. Scie ordinaire, scie & m6canique, scierie. 
Raisson, n. m. Sciure de bois, poudre d6tach6e du 

bois par Taction de la scie. _ Rad. raisse , scie 

RamassA, n.f. Action de battre, de rosser quelqu'un. 

De Vi aibailla nafiera ramassd, je lui ai donne 

une bonne tripot6e. 
Rambostier, v. Cr6pir, recr6pir un mur sec ou d6- 

grade. 
Ran, n . m. Branche d'arbre qui sert & ramer les pois, 

les haricots. De vaipredre on ran... menace d'une 

tripotee. 
Ranste, adj. Homme us6 et boiteux. 



Digitized by LjOOQlC 



— 123 — 

Ranstego, n. m. Une vieille b6te, maigre, d6charn6e; 
morceau de bois tordu, difficile & fendre. 

RApA, p. Rstper. Grimper; monter sur un arbre en 
se servant des bras et des jambes pour la partie 
sans branches; quand on a des douleurs aigues, 
on dit : 6 fare rdpd let moraillet (les murs). On 
dit de meme pour une boisson trop acide. 

RApan-na, n. f. Plante flexible qui pousse dans les 
bois, servant & faire des paniers. 

Rappondre, p. R6duplicatif de appondre, rejoindre 
deux ficelles s6par6es, rallonger. 

RAste, n. f. Maladie qui attaque le cuir chevelu, 
teigne, gale plate et seche, Eruption crouteuse 
sur la tete des enfants; mouron pour les oiseaux. 

Rata, n.f. Maladie 6pid6miquedub6tail; souris. 

RAtella, n. f. Epine dorsale.' 

Rauca, «. f. Vieux cheval us6, sans valeur. 

RAva, n. f. R4ve. R6ponse injurieuse ou de refus k 
une personne qui vous parle ou vous demande 
quelque chose. 

Ravioula, n.f. Pommes de terre 6crasees, assaison- 
n6es avec des oeufs et cuites a la poele par mor- 
ceaux un peu aplatis. N'a rien de commun avec 
le ravioli italien. 

Ravoin-nA, adj. Terrain mauvais, sec, sans engrais, 
produisant peu; raiesfaites & droites et a gauche 
dansun champ; terrain remu6par un pore, avec 
son nez. 

RAza, n.f. Regie plate, servant & niveler une mesure 
de bl6, en la faisant courir sur les bords. On 



Digitized by LjOOQlC 



— 124 — 

Pappelle BMssipeton etrdclietta; aussi, un rece- 

veur qui, avec cet instrument, faisait petite nie- 

sure et gros b6n6fices, ayant fait b&tir une maison, 

un malin 6crivit sur sa porte : 
La rdclietta et lepeton 
Ont fait bdti ce la ma\on. 
Raze-pied (de), adv. D'arrache-pied, incontinent, de 

suite. 
Rebailler, p. Redonner, donner une seconde fois. _ 

Rebaille-me y donne-m'en encore. R6duplicatif de 

bailler. „_ 
RebiolA, p. Jeunes pousses d'automne aux arbres 

qui ont 6t6 taill6s (etnottd) au mois d'aout. 
Rebiolon, n. m. Seconde pousse d'un arbre taill6; 

rejeton poussant au pied d'une plante, appete 

vulgairement gourmand. 
Reblochon, Rebroston, n. m. Fromage de Thdnes, 

de la seconde traite. _ R6duplicatif de blocker, 

pincer une seconde fois 

Rebotta, p. Tourner le fil & un instrument tranchant 

en frappant contre un corps dur. 
Rebr'nA, RebenA, p. Donner un second labour & la 

vigne, rebiner. 
Recheutet, p. R6duplicatif de cheutet, il cesse de nou- 

veau de pleuvoir. 
RechuA, p. Forger avec de l'acier une nouvelle tran- 
che a nn fossoeu. 
Recoe-lon, n. m. Le dernier enfant d'une famille, 

qu'on nomme aussi rdclion. 
Recor, n. m. La seconde coupe de foin de Tann6e, le 

regain. 



Digitized by LjOOQlC 



— 125 — 

ReCorba, n. /. Coude d'un chemin bu d'un terrain, 

contour, zigzag dans les chemins des montagnes. 

_ RMuplicatif de corbd, coutbe. ^ . - 

Recordon, n. m. Second essaim dans la sai&bn d'tarie 

ruche d'abeilles. 
RecoupellA, p. Rajuster un morceau d ? 6toffe stir un 

vStement. 
Reda, n. f. Diarrh6e, flux de ventre. 
Redan, na, adj. Qui a la reda et qui le Iaisse trop 

voir. 
RegottA, p. Boucher les trous des toitsavecdu chau- 

me, des ardoises, etc. 
Regottiu, n. m. Couvreur qui bouche les gouttieres, 

qui regdtet. 
Regouiller, p. Ecoeurer. E me regouillet, il me r6- 

pugne,en prenant une nourriture trop grasse. De 

si regouilla, je suis plein, rassasi6 R6dupli- 

catif de ouilla, ouille. — 
Regr'gnet, Reguegnet, n.J. pi. R6sidu de la graisse 

fondue du pore. 
Regr'gni, Regueni, a, adj. Rid6, fronc6, crisp6. Se dit 

aussi des personnes qui se ratatinent quand elles 

ont froid. 
Regrolliu, n. m. Raccommodeur de grdlei, savetier. 
Remai, la, adj. Bavard, grognon, marmottant tou- 

jours. 
RemAda, p. Rapi6cer, raccommoder un v&ement 

trou6. _ Ital. rimendare. _ 
Remouilloeuret, n . f. pi. Reste de foin ou de paille 

que les vaches d6daignent et laissent dans la 

creche. 



Digitized by LjOOQlC 



— 126 — 

Remoutai, la, adj. Grognon, radoteur, murmurant 

toujours* 
RenAcliA, n.f. Une correction, line tripot6e. 
Reneuille, inter/. Locution commune, synonyme de 
t tu m'ennuies >, laisse-moi tranquille. N. f. 

grenouille. 
RSpettaillet, n. /. pi. Grand diner que donne la 

famille du marte k tous les parents et amis des 

deux families, huit ou quinze jours apres la noce. 
RepiA, p. Refaire le talon d'un bas; repiquer et semer 

deux fois de suite le m6me grain dans un champ. 
Reprin, n. m. Son m6l6 d'un peu de farine. 
R'ste, n.f Creche ou mangeoire 4 Pusage des bes- 

tiaux. 
R'stin, adj. Grognon, r6pondant en grognant, tou- 

jours de mauvaise humeur. 
Re-stenie, p. aupassd. Boisson acide, piquante et fai- 

sant faire la grimace en la tmvant. E fa re-$teni6> 

$a fait faire une mauvaise grimace. 
RetacoenA, p. Racommoder de nouveau et grossiere- 

ment un v6tement, y mettre de nouveaux tacons. 
RetalenA, p. Mettre un talon neuf 4 un Soulier us6. 
RetAdre, p. Exposer de nouveau le foin au soleil _- 

R6duplicatif de dtedre, 6tendre de nouveau 

Retefoena, adj. Endroit clos, manquant d'air. N. f 

Fum6e qui descend de la chemin6e par un coup 

de vent. 
Reuta, n. f Branche de bois flexible qu'on tord 

(mdillet) et avec laquelle on attache des fagots, 

etc. ; petit g&teau rond en forme de couronne. 

Pour ce dernier on dit aussi rieuta et riouta. 



Digitized by VjOOQlC 



— 127 — 

Reveria, n.f Bouleversement, revers de fortune. 
Revetta, n.f. Roue du stardollet. _ Barb, de rouette, 

petite roue 

Reviu, adj. Gotitdu vin qui est tourn6, piqu6. 
Rezelia, adj. Goilt du vin qui tourne & l'aigre. 
RezenA, n. f Morceau de bois, ou pieu plants dans 

une 6curie pour maintenir une creche solide- 

ment; raisin6. 
Rezoula, n.f. Voir Cutema. 
Ria, n.f. Raie, rigole dans une Stable pour P6coule- 

ment du purin ; tranchSe, canal, sillon dans un 

champ de labour. 
Ringa, n. f. Enfant qui ne cesse de pleurnicher sur 

le mSme ton. 
Rin-ma, n. f. Personne qui r6pete sans cesse la m6me 

chose. 
Rip6pette, n. f. S'appliquant aux personnes, signifie : 

gens de peu de valeur, personne dont on ne fait 

pas de cas. Le mot ripopee, en frangais, n'a pas 

cette signification. 
Riquiqui, n. m. Terme qu'on emploie vis-&-vis d'un 

jeune gargon espiegle, d'une figure fine et spiri- 

tuelle. 
Rire, v. Mon solar quemecet a rire, mon Soulier est 

d6cousu, il est us6. Ma carmagnola rit, ma veste 

est d6chir6e, 6corchee. 
Rita, n. f Chanvre fin, battu et peign6, qu'on file. 

Toile de rita, toile fine pour chemises. 
Rocachu, adj. Terrain couvert de rochers. 
Roeufa, n.f. Animal qui tousse gras et qui est atteint 

d'un catarrhe. 



Digitized by LjOOQlC 



— 198 — 

Rogati£re, n: f. Champ oil Ton a sem6 du roguet (bid 
noir). _ D6riv6 ou abatardi de roguettiire. _ 

Rognacher, *>. Grogner, chercher ;ia rogwe 4 quel- 
qu'un. 

Rogne, «./. Une querelie, une mauvaise chicane. 

Rognoeu, «. m. Homme qui cherche querelie & tout 
lemonde pour une futility, chicaneur. 

Roin-nA, p. Uncochon qui grogne parce qu'il a faim; 
miner. 

Ron-nA, p. Un coup de capon, un bruit formidable, 
la repercussion qui s'entend de loin. 

Rontre, p. Labourer un pr6 4 la pele ou avec la char- 
rue pour le convertir en champ. _Barb. de rotn- 
pre y couper, du lat. rumpere. _ Rontre na batiua, 
c'est battre le bl6, etendu sur l'aire, d'un c6t6 
seulement. 

Rosset, ta, adj. On appelleainsi un enfant intelligent 
et qui a les cheveux blonds; pri rosset , poire 
jaune; pronma rossetta, prune jaune. 

RottA, p. Se dit du foin mis en grange qui s J 6chauffe, 
de meme les grains, les pommes de terre, etc. qui 
se puriflent; vin frais qui se purge par la bonde; 
vomir. 

Rou-ie, ?i.f. Une mauvaise chicane, une querelie. 

Rousti, adj. Une personne 6puis6e, ruinSe, flamb6e. 

Route, adj. Terrain a pente tres forte. 

Ruclia, n. f. Terme commun employe envers un 
homme sans education, sans finergie. 

Rupon, n. m. Groute au fond d'une marmite, d'un 
alambic, etc. resultant d'une marchandise brul6e. 
Se dit particulierement pour le rupon de \&poleta. 



Digitized by LjOOQlC 



— 189 — 

Rutena, n. f. Endroit de la grange, sous le toit, oil 

Ton met le foin ou les macheux. 
RtJTBVAi, n. m. Vieillard toujours devant le feu, ayant 

toujours froid. 
Rutia, n.f. Pain grill6 tremp6 dans du vin chaud et 

sucr6. 



s 



Sacoju, n. m. Homme qui gaule les noix, les cha- 

taignes. 

Sade, adj. Mets doux et peu sal6. — Barb, defade 

SagrollA, n.f. Une forte vol6e de coups de poingt ou 

de baton ; secou6e donn6e a un arbre charg6 de 

fruits. 
Sambaillon, n. m. Creme pr6par6e avec du vin blanc 

et du kirsch. Mets du pays tres-d6licat. 
Sandeg6ga, n. f* Danse des esprits follets; fete 

bruyante, tapageuse. 
SanzevrA (se), v. Se refroidir, etre malade par suite 

d'une transpiration arr6t6e. _ Sang givr6, sang 

glac6.— 
Sargailler, v. Ferrailler, chercher a ouvrir une 

porte. 
Sartceu, n. m. Cave au rez-terre. Serre-tout, piece 

ou Ton met le vin, les fruits, les pommes de 

terre, etc. 
Sarvagnin, w* m. Nom d'un raisin blanc dcre, du pays. 



Digitized by LjOOQlC 



— 130 — 

Sauca, n.f. Galoche avec semelle de bois. 
Seblarai, n. m. Siffleur, qui siffle constamment. 
Secret, adj. M6me au figur6, cet adjectif s'emploie 

toujours pour discrete _ Qui sait garder un se- 
cret, qui sait se taire 

Segnon, n. m. Nceud du bois, d'un arbre. 

SeiLla, n. f. Plein une seille de n'importe quel liquide. 

Seilletta, Seillon, n. f. Diminutif de settle, n'ayant 

qu'un manche droit, une douve qui d6passe les 

autres et perc6e d'un trou, dont on se sert pour 

traire les vaches. 
Semossa, n.f. Bordure en franges d'une ptece dedrap, 

lisieredes 6toffes. 
SemoutA, v. Pi6tiner sur la terre, et m6me sur une 

personne. 
SenA, n.f. Champ labour6 ensemenc6 et dont le bl6 

commence k sortir. 
Senaida, n. f Sentier de demarcation entre deux 

vignes . 
Senaille, n. f. Sonnerie de plusieurs clochettes. 
Serra-patin, n. m. Avare, boursicottier, cachottier. 
Seston, n. m. Arbre maladif dont les branches sont 

en partie seches; poires sech6es au four. Au 

fig., enfant maigre, sans vie. 
Set ou Sec, adj. Goftt d6sagr6able que prend le vin 

qui a 6t6 mis dans un tonneau mal nettoy6. 
S6t6ge, n. f. Dernier fil qui attache lafiauta en trois 

endroits. 
SSvellemA, n. m. Voir Cutema. 
SinzegnArd, n. m. Qui fait des singeries, des niai- 

series. 



Digitized by VjOOQI^ 



— 131 — 

Sis, n.f. Devant la chemin6e, sur la pierre meultere. 
_ Se starfd a la sis 9 se chauffer devant la che- 

min6e. — 
Socon, n. m. Neige qui s'attache aux talons des galo- 

ches, en marchant; semelle en bois des bdtet. 
SoeudAr, n. m. Soldat. En soufflant le feu, quand il 

se produit des 6tincelles qui ressemblent & un feu 

d'artifice, on les appelle soeuddr. 
Solan, n. m. La surface d'un plancher, le sol. 
Solet, loc. adv. Se petd a son solet, se mettre seul 

dans un logis en travaillant pour vivre. 
Solli£, n. m. Plafond en planches d'une 6curie. 
Sombi^re, n.f. Mare d'eau, eau stagnante dans les 

marais, de couleur jaun&tre. 
SommAr, n. m. Champ qui a 6t6 labour6 sans 6tre 

ensemenc6. 
SommarA, v. Labourer la terre sans ensemencer. 
SonzenA, v. Labourer avec la pioche ou lefossoeu les 

t&es de champ qui ne peuvent l'6tre avec la 

charrue. 
Sopla, n. m. La partie plate d'une vigne en pente, 

la partie rapide s'appelle chdrda. _ Sol plat._ 
Sou-ie, n. f. Quantity de lait que donne une vache en 

une demi-journ6e, en unetraite. 
Souliva, n. f Arbre d'un chariot h quatre roues, 

servant d'attache aux trains de devant et d'arriere. 
StA, n. m. M6lange de farine et d'huile pour gommer 

la toile en la fabricant. V. Se dit d'un essaim 

d'abeilles qui doit sortir ou qui est sorti de la 

ruche-mere : le vd std, Va std; il va sortir, il est 

sorti. 



Digitized by LjOOQlC 



— 182 -r. 

St4b6:ta>w;/ Petite cabane 4? charbonnier dans les 

StAchS, n. m. Papier huil6 ou parchemin transpa- 
rent servant de vitre & une fen&re, assez en 

ysftge dans les campagnes. 
Staqher^ v t Meper une vache stacker, c'est la conduire 

&U .toureaji quand elle est en ehaleur. Au pr6s. 

de Tind. 3° pers. du sing, le stasset ; imparfait, le 

stacb4vet; pass6, Va $ta$ha. 
Stag6, n. m. Petit tronc d'arbre sec dans les brous- 

sailles; unemauvaise dent isol6e dans labouche; 

vieille poule d6plum6e. 
StacottA, adj. Un homme aux cheyeux cr6pus, mal 

peign6. V. Couper unebranche, nneplanche,etc. 

avep un outil 6br6ch6 ou mal 6guis6. 
Stacru, adj. B16 coup6 avant sa maturit6. 
StadellA, f. JEnlever tout, transporter d'un point 4 

un autre toute marchandise. 
Stabler, v. Une chienne stdillet quand elle est en 

ehaleur. 
StalA, n.f. Troupeau de moutons marchant sur la 

route, iongue file. 
StAla, n. f m Chemin fait dans la neige pour pteton ; 

en traversant un champ de bl6 ou un pr6 quand 

Therbe est Iongue, la trace est une stdla. 
StAlA, p. Tracer une ligne de d6marcation avec les 

pieds dans i'herbe, le bl6, etc.; marcher dans la 

neige* 
Stalagr6, n. m. Petit tronc d'arbre branchu, bon 4 

bruler; personne grande, maigre, d6charn6e. 
Stalandet, n. m. On appelle ainsi le jour de Noel. 



Digitized by VjOOQlC 



— 133 — 

Autrefois le jour de No6l ouvrait l'ann6e; comme 

chez les Romains, le mois commengait par les 

Calendes. De Calendes & Chalendes on est arrive 

& Stalandet — ch en st % comme c'est la regie. — 
StalangliA (se), v. Se balancer avec des cordes atta- 

ch6es & une forte branche, ou a un trapeze. 
StalenA, p. E stalenet, il fait des 6clairs; 6 fa que sta- 

lend) les Eclairs ne discontinuent pas. 
Stalon, n. tn. Les Eclairs pendant la nuit. 
Stambala, n. f. Lorsqu'on devide le fil avec Vesteviu, 

si on fait un tour et que le fil ne soit pas retenu, 

on fait na stambala. 
StandAla, n.f. Chandelle. Gla^on allonge, en forme 

de chandelle, qui pend au bord des toits ou des 

cheneaux quand il gele. 
Standavu, n. tn. Chalumeau dechanvre. 
Stantarai, n. tn. Chanteur habituel, braillard. 
StaplA, p. Couper et 6mietter les grosses mottes de 

terre apres la charrue avec \efossoeu. 
StaplottA, p. H&cher de la viande; se couper & plu- 

sieurs endroits. 
Stapon, n. m. Cep, pousse ou rejeton de vigne, plante 

en terre. On francise ce mot pa.vchapon. 
StapottA, v. Faire de la petite menuiserie, tapotter 

k droite et a gauche dans un atelier. 
Stapottier, n. m. Mauvais banc de menuisier. 
Stappa, n. f. Diminutif de stappet. Petit hangard 

carr6, monte seulement sur quatre colonnes en 

bois, attach6 & une maison. 
Stappet, n. m. Hangard isol6, en dehors de la maison, 
StArA, p. Laver la vaisselle. 



Digitized by LjOOQlC 



— 134 — 

Staramiau, Taramau, n. m. Couteau de mais 6gr6n6. 
Stardolet, n. m. Chariot a deux roues, servant a 

maintenir et a diriger la charrue pour labourer. 
Starfuza, Sarfuza, n. f. Beurre frit 4 la po61e, avec 

des oignons, que Ton verse sur un plat de p&te, 

en g6n6ral, et sur unepoleta en particulier. 
Staropa, n. f. Faineant, sans courage et malpropre. 
StaropA, StarupellA, p. G&ter l'ouvrage, le faire 

pr6cipitamment, sans goilt. 
Starretta, n. f. Mousse que Ton trouvedans leseaux 

marScageuses et qui sert a rincer la vaisselle 

detain ; charette. 
StarvAron, n. m. Pierre dure, lisse. Quand un objet 

d'alimentation est difficile & couper et & macher, 

on dit qu'il est dur comme un starparon, comme 

on dit g6n6ralement : dur comme du chien. 
StAtagnellA, adj. Terre fraichement labour6e et que 

le soleil d6sseche superficiellement. 
StAtagnon, n. m. Agneau 6lev6 T6t6 dans la plaine et 

non envoy6 en montagne comme c'est Thabitude. 

Stdte, 6t6, agnon, barb, de agneau; ce qui vient t 

dire agneau d'eti. 
StAtellet, n. m. Jeu qui consiste a mettre trois noix 

en triangle, une quatrieme au-dessus,et cherchant 

4 les abattre, a quelques pas de distance, avec une 

cinquieme. 
StAtrA, p. Ch&trer. Prendre le miel dans les ruches 

d'abeilles, dter des rayons. 
StAtroeuza, n.f. Reprise grossierement faite sur un 

v6tement d6chir6. 
StAtru, n. m. Qui ch&tre ou coupe les animaux. 



Digitized by LjOOQIC 



— 135 — 

Stavassena, n. f. Morceau de pr6 au bas des vignes, 

ombr6 par des arbres, qu'on laisse en p&turage ; 

tete de champ qu'on ne peut labourer avec la 

charrue. 
Stavoier (se), v. Se maintenir en bonne sant6, se 

manager, faire un bon voyage. Ce verbe ne s'em- 

ploie guere qu'i la seconde pers. duplur. de Vim- 

piratif: Stavoi'e%-vce, ayez soin de vous, portez- 

vous bien. 
Stavon, n. m. Le bout d'une all6e, d'un chemin, le 

but. De si i stavon, je suis & la fin, je finis mon 

travail. Adv. A stavon, completement. 
Stebe-llo, n. m. Petit morceau de bois qu'on met en 

travers d'une boutonniere en guise de bouton; 

morceau de bois d'une certaine grosseur, noueux, 

in6gal. 
StIjchu, Sestiu, n. m. Lieu ou Ton met les noix pour 

les faire s6cher. 
Steinola, n. w.Lieu plant6 de chines. — Chene,steine, 

la. _ 
Ste-lle, n. f. JPersonne desagrSable, embarrassante, 

Quint a ste-lle, quelle chenille, quel 6tre stupide. 
. Abatardi ou abr6g6 de stene-lle, chenille. 
Stenaive, n. m. Brouillard noir et 6pais de l'automne. 
Stenavier, n. m. Lieu ou Ton a sem6 du chanvre. — 

Chanvre, stenavey est. __ 
Stesson, Seston, n. m. Petite branche seche sur un 

arbre. Au fig. homme grand et maigre. 
StSvrettet, n.f. pi. Deux gros liteaux, avec chevilles 

de degr6s en degr6s, fix6s obliquement dans la 

cheminSe, servant & accrocher letparstietdedios. 



Digitized by LjOOQlC 



— 136 — 

St^vrottA, v. Ch6vre qui a mis bas Chevreau, 

sUvro, avec le suffixe td pour marquer l'infinitif 

du verbe. 
Stevrottin, n. m. Petit fromage fait avec du lait de 

chevre. 
Sti^dre, p. Tomber, se laisser choir. Ce verbe ne 

s'emploie qu'a l'infinitif. 
Stinmailler (se), v. Se chicaner, chipoter, discuter 

sur un prix de peu ^importance. 
Stin-net, n. f.pl. Croute blanche qui se forme sur 

le vin dans un tonneau qui n'est pas plein; 

chiennes. 
StoeumA, v. Les moutons, en plein soleil, sloeumont 

en mettant leur t6te sous le ventre les uns des 

autres. 
Stoeussai, adj. Mai chauss6, marchant avec de grands 

souliers 6cul6s et en mauvais 6tat. 



T 



TAca, n. f. Besace, panetiere, sac des pauvres men- 

diants ; petit sac dans lequel on met de la farine. 

Ital. tdsca. 

TacoenA, v. Raptecer, raccommoder un vetement 

grossierement. 
Tacon, n. m. Piece de rapport sur un vfitement ; plante 

v6g6tale dont la feuille est Gpaisse et cotonneuse 

k la partie inferieure. 



Digitized by LjOOQlC 



— 137 — 

TaillA, n. ni. Tranchant, le fil d'un instrument tran- 

chant. 
TaillSrin, n. m. P&tes ordinaires faites dans les ma- 
nages, coup6es menues comme du vermicelle. 
Taillet, n. f. pi. On appelle ainsi les contributions 

foncieres, v. Jr. 
Taillon, n. m. Tranche de pomme de terre, avec un 

ceil ou deux, pour plantation ou semis De 

Pital. talhy pousse des plantes, bouture. _ 
Taipa, n.f. Champ non labour6et improductif; gazon, 

herbe menue sur le plateau des montagnes. 

Esp. tepe (qu'on prononce tipe). _ 
Tal, n. m. Tronc d'arbre, arrach6 ou non. 
TalapA, Tarap£, n. m. Extr6mit6 d'un toit en ardoi- 

ses, d'ou tombe la pluie. 
Tamouizella, n. f. Le timon du stardollet. 
TAnA, v. Battre, rosser, abimer de coups. N. f. Une 

ross6e, une frott6e, une tripottee. 
Tan-na, n. f. Trou en terre, grotte, taniere; nid dans 

la paille ou Ton couche l'6t6 pendant les grandes 

chaleurs. 
Tanque-j.ai, prep. S'emploie toujours pour : jusque 14. 

Tant qua Stalandet, jusqu'a Noel. 
TarA, adj. D6faut corporel d'un animal ; a le tard, il 

a un d6faut. En frangais, le mot tare est d'ordre 

moral et non corporel. 
Tarabai, n. m. B6ta, sans esprit, sans initiative. 
Tarampon, n. m. Morceau de branche trop gros pour 

entrerdansun fagot. On dit : Devai t'estoeudd let 

coutet avoai on tarampon, je vais t'Schauffer les 

cdtes avec un b&ton. 



Digitized by LjOOQlC 



— 138 — 

Tarm6ta, n.f. Turris mutila. Vieille tour abandon- 
ee, ayant servi anciennement de moyen de cor- 

respondance. 
TarpA, adj. Figure couverte de taches, indiquant une 

maladie quelconque; linge blanc ayant soufFert 

de rhumidit6. 
TarrA, n. f Bourbier, flaque d'eau sale, 6coulement 

dugout devant les maisons, trou ou Ton jette les 

ordures. 
TarrenA, v. La terre qui commence & se d6couvrir & 

la fonte des neiges. 
Taste, n.f. Clou & grosse tete pour souliers et galo- 

ches; taie sur Poeil; tache. 
TAtacu, n. m. Se melant de ce qui ne le regardepas, 

mettantson nez partout, minutieux. 
Tavaillon, n. m. Petite planchette mince, forme ar- 

doise, servant & couvrir les toits. 
TAza, n.f. Toise; mesure de 8 pieds carr6s (7 m 37), 

toujours en usage pour la vente du bois 4 bruler. 
T& } n. m. Trappe on piege a rat. 
Techi, v. Tisser la toile. 
T£gA, v. Perdre la respiration, 6tre essouffl6. 
Tegnon (&), he. adv. Ramasser quelque chose minu- 

tieusement, sans rien laisser. 
Te-lle, n. f Petite parcelle de standavu qui reste 

attach6e au chanvre. 
Tepena, n. f Grand vase en terre vernie, servant en 

g6n6ral k conserver le beurre fondu ou le sal6. 

On francise ce mot en disant toupine. 
TepeniSre, n.f. Vieille femme vivant seule. 
Tepin, Topin, n. m. Vase ou pot en terre de un & 



Digitized by LjOOQlC 



— 139 — 

trois litres, de diflterentes formes, servant k 
mettre le vin pour boire a table. Anagramme de 
pinte. On dit aussi : cheur queme on tepin, sourd 
comme un pot. 
TSste, n. f. Tas de bl6 dans la grange, arrang6 sy- 

m6triquement. 
TiantiX, n. m. Homme simple, betd, cr6tin. 
Tiantion, n. m. On appelle ainsi les deux excroissan- 

ces de peau qui pendent au cou de la eh^vre. 
Tieula, n.f. Foin ratel6et pr6par6 surune ligne pour 

le mettre en caston. 
Tifra, Tifera, n. f. Pomme de terre. Les monta- 
gnards ont un proverbe contre les gens de la 
plaine : 

D'dmeri miu, die noutret montagnet, 
Meg€ de tifret et de said, 
Que d'avald tant de stdtagnet, 
Oeu bin depoleta et de lata. 
J'aimerai mieux, dans nos montagnes, 
Manger des pommes de terre et du sal6, 
Que d'avaler tant de ch&taignes, 
Ou bien de poulainte et de petit lait. 
Tioula, n. f. B6tasse, cr6tine. Ce mot ne s'emploie 

qu'au feminin. 

Tiova, n. f. Espece de corbeau ne s6journant pas 

dans le pays et ne passant qu'en troupe en au- 

tomne. 

Tirtelaver, v. a I'imper. Expression pittoresque qui 

signifle : tiens-toi a distance, recule-toi. N. m. 

Donner un tirtelaver, c'est souffletter quelqu'un. 

TiuizenA, v. Mettre du bois au feu par le tiui\on\ 



Digitized by LjOOQlC 



— 140 — 

attiser le feu avec un instrument de fer, four- 

gonner. 
Tiuizon, n. m. L'oppos6 du car devant la cheminee, 

la place en pente par ou Ton met le bois au feu. 

Entre le car et le tiuizon, c'est la sis. 
Toeurze, adj. Vache pleine ne donnant plus de lait. 
Toma, n.f. Petit fromage de manage. 
Torniere, n. f B&ton d'environ un metre de long, 

servant & faire tourner la cutra (le coutre) de la 

charrue . 
Torra, v. Serrer, etre k l'6troit. Au pr4s. de rind. 

on dit : & turret ', <ja serre, on 6touffe. 
Torston, n. m. Torchon; bouchon de paille; fille de 

cuisine sale et en dGsordre. 
Totadai, loc. adv. Synonime de a tegnon. 
Toton, adv. Tout de m6me, la m6me chose. — tout 

un. 

Totoret, loc. adv. Tout-4-rheure, bientot, aufutur. 

Le contraire depoaitet. 
Toula, n.f. Vase en fer blanc, de forme ronde, avec 

couvercle, anse et goulot, pour contenir Thuile. 
Tourste, n.f. Coussinet ou bourrelet de forme ronde, 

que les femmes mettent sur leur t6te quand elles 

portent un vase, une corbeille, etc. 
ToutXla, adv. Faire la toutala, regarder par un trou, 

une 6claircie, surveiller de loin. 
Toutou, n. m. Chat dans le langage enfantin. Au fig. 

idiot, niais. 
TrA, n. m. Poutre, solive, grosse piece de bois soute- 

nant le plafond. 
TrAcliettet, n. f.pl. Petites palettes debois usit6es 



Digitized by LjOOQlC 



— 141 — 

dansle rhabillage (Tun membre pour le maintenir 
. en place. 
Trafi, n. m. Train, bruit, d6sordre, tumulte. £ ion 

fait on trafi di diable, ils ont fait un tapage infer* 

nal. Le mot trafic, en fran^ais, n'a pas cette 

signification. 
Trailluire, v. Faire briller d'un vif reflet. 
Traire, p. Jeter loin un objet quelconque, tirerhors 

de sa place. On dit aussi : va me traire, va me 

chercher telle chose. 
Traita, n.fi. Vin qu'on soutire de la cuve avant de 

presser le raisin. 
Tramarin, n. m. Groseille rouge. 
Trambai, n. m. Provin fait avec un rejeton de cep; 

homme boiteux, ayant une mauvaise d-marche. 
TrambellA, p. Chanceler, n'6tre pas ferme sur ses 

jambes. 
TrSchu, n. m. F€r tr4chu, scie longue a poignfee H 

chaque extr6mit6 pour scier & deux personnes. 
Tr'd^na, n.fi Trainard, lambin, sans courage. 
Tr'koeudenA, p. Carillonner. Le carillon des cloches 

seulement. 
Tr'lion, n. m. Le haut de la hanche. 
Trena, n.f. Mai qui court; langueur, affaiblissement 

caus6 par la maladie ou la vieillesse. 
Tr£na-gu£na, n. f Traine-fourreau, sans soins. Se 
dit d'une femme malpropre dont les v&ements 
sont en lambeaux, en guenilles. Guena a fourni 
au fran<;ais le diminutif guenille. 
Tr^petta, n. f. Troupe d'agneaux jouant et gamba- 
dant ensemble. 



Digitized by LjOOQlC 



— 142 — 

Tr'quet, n. m. Epi ou couteau de mai's. 

TrAstia, n. f. Fromage blanc fait avec du lait de 

beurre 6tendu sur du petit lait en 6bulition. 
T roe-si, n. m. Pli & une robe trop longue; trousseau. 
Trollia, n. f. Ce que peut contenir de marc un pres- 

soir pour une press6e. 
Trolliazon, n. f. Action de trollier, le temps ou 

Ton presse le vin. 
Trollier, v. Presser le raisin pour en extraire le vin. 
Trolliet, n. m. P&te de noix apres en avoir extrait 

Thuile, r6sidu du noyau, tourteau. 
Tropellet, n. m. Petit troupeau. Se dit principale- 

ment de la constellation t la pl6iade ». 
Trossa, v. Scier en deux un tronc d'arbre; trousser; 

soulever ses jupons pour ne pas se salir. 
Trouie, n. f. Traverse en bois, servant & r&gler en 

dessous la ou les deux vissesd'un pressoir; truie. 

Zoier ou jouer a la trouie, est un jeu assez pra- 
tique dans le pays, mais trop long & expliquer. 
TrutA (se), v. Quand les moutons se batten t tete 

contre t6te, 4 se truton . 
Tub6tu (a), loc. adv. Pele mele, sens dessus dessous, 

& califourchon. 



u 



Ustia, n. f. L'action de ustier; mauvais terrain que 

Ton mesure h la port6e de la voix. 
Ustier, v. Cri de joie; crier fort pour appeler quel- 

qu'un. 



Digitized by LjOOQlC 



— 143 — 



V 



Vaillepa, n. f. Fain6ant, paresseux, n'aimant pas le 

travail. 
VanA. p. Filer, d6camper, se cacher; vanner. 
Vanda, p. Balancer, faire aller de Tavant & l'arriere, 

en Fair, un objet qu'on tient par les extr6mit6s. 

Se panda y se pavaner, se balancer sur une chaise 

ou dans un hamac. 
Vara, n. f. Larve du hanneton, ver blanc; ver pous- 

sant entre cuir et chair sur les boeufs et les vaches 

par suite de piqures de la moustevara. 
Varba, n. f. Un moment, un instant, une partie de 

temps. Aten\e na varba, attends-moi un instant. 
VArgne, n. m. Non qu'on donne aux sapinsqui pous- 

sent sur les hautes montagnes et qui produisent 

de la poix en quantity. Pinus picea. 
VArier, p. Raisin qui change de couleur en murissant. 
Varjua, n. f. Baton qui s'adapte au fl6au, par une 

courroie, pour battre le bl6. 
VarnA, n. m. Lieu plants de vernes (aunes). 
VarrA, n.f. Excr6ment du ver de terre; terre que les 

vers de terre poussent hors du sol. 
•Varreuille, Varr6ta, adj. Braillard, vantard, criant 

et parlant & tort et & travers. 
VarrotA, p. La trouie parrdtet , la truie demande le 

m&le. 
VAssellet, n. m. Panier rond, forme vase, sans 

anse, fabriquS avec de la paille, en rondelles, de 

la grosseur d'un goulot de bouteille et retenues 



Digitized by LjOOQlC 



— 144 — 

les unes aux autres par des ronces fendues par 

moiti6. 
Vaste, n.f Vache. On appelle ainsi le double six au 

jeu de domino. 
Vasterin, n. m. Vacherin, fromage tendre fait de lait 

et de crSme. 
V£la, n. f Jeune g6nisse de moins d'un an. 
V£lA, p. V6ler ; 6boulement d'une couche de terre 

sur une autre ; une press6e de tndstia qui creve la 

paille qui la retient. 
VelAr, n. m. Hameau, village dont les maisons sont 

6cart6es. 
V£poe-rnA, n.f. Letantdt, au soleil couchant. 
V£r, n. m. Ver. Quand un homme a fait la noce un 

jour quelconque de la semaine et qu'il ne peut 

travailler le lendemain, on dit : a Va le vir. On 

appelle aussi v4r les grains blancs ou aphtes qui 

se produisent sur la langue du cochon. 
Veret, n. m. Petit moulinet d'enfant qui tourne dans 

une eau courante. 
Vereita, n.f. Prunelle des yeux, le bord ext6rieur 

seulement. 

Veria, n.f Action par laquelle un berger fait revenir 

son troupeau dans une autre direction; extrSmite 

d'un champ od les boeufs se retournent en labourant. 

Verier, p. Faire un d6tour, d6tourner l'eau de son 

cours; une voiture charg6e qui verse, fa veria. 
VStraille, n.f Tripaille, intestins des animaux. _ 

Rad. vitre, ventre. _ 
VAtrollia, n. f Manger outre mesure, bestialement 

_ vitre, ventre, ollia, ouill6. _ 



Digitized by LjOOQlC 



— 145 — 

Vetta, n. f Chanvre tordu, formant Tune des deux 

ou trois branches d'une corde. 
VettA, p. Faire une corde ou un fouet avec des vettet. 
Vi, n.f. Petit chemin k traverspr6, pour pistons; cep. 
Via, p. aupassi. Parti, en voyage, hors de chez lui : 

a le mat pia, il est encore parti _ a le via y il est en 

voyage. _ 
ViAbla, ZiAbla, n. f Gros cep de vigne qu'on fait 

monter sur les arbres, principalement sur le 

noyer. 
Viaize, Viaze, n. m. Charge de foin ou d'herbe, ce 

qu'un horn me ou une femme peut porter. 
ViandA, adj. Plein de viande, avoir mang6 de la 

viande jusqu'& extinction. 
Viau, n. tn. On appelle ainsi un homme mari6 qui 

habite dans la famille de sa femme; veau. 
Vieillanston, ti. tn. Homme &g6 devenu enfant, fai- 

sant des folies . 
Vieillonze, n.f. Mort, non-seulement de vieillesse, 

mais us6. _ lon^e, longue, partant, vieillesse 

longue. _ 
Villia, n.f. Deux ou trois ceps r6unis et attaches k 

un 6chalas (pachd) —vi, ceps, lla, li6. _ 
Villier, p. Attacher la vigne. 
Villion, n. tn. Fil de la vigne; gui. 
Vira, n.f Vis de pressoir. 
Vitgn^se, adj. Vilenie, un mauvais mot dit 4 quel- 

qu'un. 
Voairon (on), adp. Un peu de quelque chose. On dit 

aussi na pouire, dans le m6me sens. 
V6ga, n.f FSte patronale d'une commune; vogue. 



Digitized by LjOOQlC 



— 146 — 

VolantenA, ValentenA, v. Tailler les branches seches 

d'un arbre malade, l'6mouder pour obtenir de 

nouveaux rejetons. 
Vorpa, n. f. Taupe grise. 
Vortollion, n. m. Un tas d'herbe enroute dans un 

osier. 
Vorva, n.f. Bl6choisi pour faire lameilleure farine. 
Vouri, v. Vider, enlever tout ce qui est dans une 

piece, dans une bouteille, dans un panier, etc. 



w 



Waire ou Voaire, n.f. Chataigne qui se detache de 
sonenveloppe en tombant. Adv. Un peu,un petit 
moment. 

Wairta, Voairta, adv. Un peu, une petite partie de 
n'importe quoi. 

Wete, VoSte, n. m. Jeune arbre fruitier greffe. 



Zaparai, n. m. Homme parlant beaucoup, sans dis- 

cernement Zapd, aboyer. _ 

Zapet, n. m. Petite voix criarde, ne prenant pas le 

temps de respirer pour parler. 



Digitized by LjOOQlC 



— 147 — 

Zarbier, n. m. Gerbes de bl6 entassGes les unes sur 
les autres, avec symStrie, et couvertes pour les 
pr6server contre la pluie. 

Zega, n. f. M&choire inferieure du cochon. 

Zegau, n. m. Instrument en forme de pioche et deux 
piques en fer a cheval, dont on se sert pour la- 
bourer les terrains pierreux. 

Zogne, n.f. chiquenaude; jeu qui consiste, pour le 
perdant, k recevoir unouplusieurs coups de bille 
sur les doigts. 

Zon-nais, n. m. Un homme sans gout, sans intelli- 
gence, restant la plupart du temps accroupi; 
poulet qui ne chante pas. 

Zon-nasse, n. f. Excrement des poules. Fern, de Zon- 
nais. 

Zonstier, v. Etre amorti, moiti6endormi, maladif, se 
d6cidant difficilement a prendre un parti pour 
une affaire quelconque 

Zorna, n. m. Journal, mesure de superficie de 400 
toises, ou 2948 metres, pour le terrain. Pour la 
vigne on appelle la mesure jossird. 

Zostier, Lostier, v. A %6stet, il branle, il est mur, il 
va tomber, en parlant d'un fruit sur Parbre; une 
personne us6e qui a peu de temps & vivre, a \6stet 
6galement. 

Zouli, n. m. On appelle ainsi un boeuf ayant une robe 
rousse. 

Zovell6, Z4vell6>n. m. Cequ'on peut prendre de bl6 
avec les deux mains, en le coupant, et qu'on atta- 
che pour le maintenir debout pour le faire s6cher; 



Digitized by LjOOQlC 



— 148 — 

petit pot, demi litre de vin, b4re on \ovell6, boire 
une chopine. 

Zemouiller, j\ Gigotter, se d6battre pour se lever. 

ZenovrA, n. m. Jour ouvrier, jour de travail. 

Zeuclia, n. f. Cotirroie ou laniere en cuir blanc, pas- 
sant sous les cornes des boeufs pour maintenir le 
joug. 

Zeva, n.f. Petite chaise montee sur quatre roulettes, 
dite chariot, servant a aprendre a marcher aux 
enfants qui commencent & se tenir debout. 

Ziclia, n. f. Une fouettee avec une petite verge flexi- 
ble ; cri pergant, cri aigu. 

ZingA, v. Vache qui donne des coups de pied et qui 
ne veut pas se laisser traire. 

Zoeu, n. m. Piece de bois du rateau garnie de dents; 
joug. 



Digitized by LjOOQlC 



DICTIONNAIRE 

FRANQAIS-PATOIS 
des mots qui ont une ortbographe speciale f) 



Abeille, n.f. 
Abimer, v. 
Aboyer, v. 
Abreuver, v. 

Acheter, v. 
Affermer, v. 
Aiguille, n.f 
Aiguiser, v. 
Aiguiseur, n. m. 
Aile, n.f. 
Aimer, v. 

Aire, n. m. 

Airelle (Myrtille), n. f 

Ame, n. f 



Avoe-llie 

Ebr'meta^Abimd 

Zapd 

Aberd—abr. dental. 
abbeverare _ 

Astd 

Assecher de sessa, cense__ 

Avoe-llie _ comme abeille^ 

Mold de meule _ 

Molaire _ de mold _ 

Ala _ ital. ala _ 

Amd — esp. amar ital. 

amare — 

Chuet 

Ambroui\ala 

Arma _Ital.ouesp. altna^ 



(•) Lea mots qui sont da masculin en francais et du femlnin en patois et vice 
vena, sont indiquls; ceuxqaln'ont auctroe remarqae sont da meme genre* 



Digitized by LjOOQlC 



150 — 



Amer, ere, adj. 
Anneau, n. m. 
Appeler, v. 
Araign6e, n. f. 
Arrhes. 
Asseoir (s') 
Assez, adv. 
Assiette, n.f. 
Assignation, n.f. 
Ail, art. 
Aube, n. f 
Aujourd'hui, adv. 
Aum6ne, n . f. 
Automne, n. m. 

Autour, prfy. 
Autrefois, adv. 
Autrement, adv. 
Avalanche, n.f. 

Aveugle, adj. et n. 
Avoine, n.f 
Avoir, v. 
Avorter. v. 



A war(pour les deux genres) 

Gard 

Grid (crier a haute voix) 

Aragne 

Erret 

Achettd(s') 

Proeu 

Achita 

Coupie, Coup'ie 

/,_ Au feu, ifoa __ 

Arba , Clidr\eur—. esp .alba.. 

Voui ou Wi 

Armon-na 

Edarre _ ou derniere sai- 
son__ 

Iteur ital. intorno _ 

Atrecoup, Die le te 

Atrame 

Valeste lat. Vallem, en 

suivant lavall6e_ 

Avouglie 

Avena _ ital. avena — 

Avd 

Affold, Avortd 



Baigner, v. 
Bain, n. m. 



Bend, Bdgne 
Be 



Digitized by LjOOQlC 



— 151 — 



Balais, n. m. 


Remasse 


Baratte, n.f 


Borrere —deboure, beurre- 


Baril, n. m. 


Barrd 


Bas, n. m. 


Stausse _ de Stoeucher, 




chausser 


Bassinoire, n.f. 


Cassollon 


Beau, adj. 


Biau 


Beau-frere, n. m. 


Biau-frdre 


Beau-pere, n.m. 


Biau pare 


Beaute, n.f. 


Biautd 


B6cher (lavigne), v. 


Fosstrd -^ defossoeu. - 


Becqu6e, n.f. 


Bestia, Beccd. 


Bedaine, n.f. 


Boeda 


Bedeau (d'Eglise), n. m. Cliar _ clerc d'Eglise — 


B6gayer, v. 


Brettend 


Begue, n. m. 


Bretton 


Beignet, n. m. 


Boegnetta 


Belette, n.f. 


Moutelletta 


Belle-Mere, n.f 


Bella-mdre 


Belle-sceur, n.f 


Bella-chuaira 


Berceau, n. m. 


Bre 


Bercer, v. 


Bricher 


B6tail, n. m. 


Bitian 


Bien, n. m. 


Bin 


Bientdt, adv. 


Binstou 


Bille, n.f 


Gobille 


Biner, v. 


Rebend _ faire un second 




labour — 


Biscuit, n.m. 


Bescoin. 


B16, n. m. 


Bid. 


Bobine, n.f. 


Bube-llie. 



Digitized by LjOOQlC 



— 152 — 



Bfleuf, n. m. 
Bogue,/*. m. 
Boire, p. 
Bois, n. m. 
Boite, n. f. 
Boiteux, adj. 
Bonsoir, n. m, 
Borne, n. f. 
Bouc, n. m. 
Bouche, n.f. 
Bouch6e, n.f 
Boucle, n.f 
Boue, n. f 
Bouger, v. 
Boule, n. f. 
Bouleau, n. m. 
Bourrache, n.f. 
Bourrer, v. 
Bourse, n. f 
Bout, n. m. 
Boutique, n.f. 
Boyau, n. m. 
Braise, n.f. 
Bras, n. m. 
Brass6e, n. f 
Brebis, n.f. 
Bride, n. f. 
Bru, n. f. 



Bou. 

Erchon, Erson. 

Bire. 

Boet. 

Bouita. 

Gamble. 

Boenaniuai, n. f. 

Bouna. 

Bostet, Parret. 

Boste. 

Bostia, Boustia. 

Boclia. 

R6t, n. m. 

Busier, Buger. 

Bolla. 

Bidla, n. f. 

Borraste. 

Borrd. 

Borsa. 

Bestet, Stavon. 

Boeteca. 

Boat. 

Brd\a. 

Brai. 

Bracha. 

Fia Tom.fea _ 

Brda. 
Bella-fe-llie. 



Digitized by LjOOQlC 



— 153 — 



C 



Caissier, n. m. 
Carotte, n. f. 
Cat6chisme, n. m. 
Cautionner, v. 
Caver ne, n. f. 
Cendre, n. f. 
Cens, n. m. 
Centre, n. m. 
Cep, n. m. 
Cercle, n. m. 
Cerfeuil, n.m. 
Cerise, n.f. 
Cerisier, n. m. 
Cerneau, n. m. 
Cervelle, n. f. 
Chaise, n. f. 
Chalumeau, n. m. 
Chamois, n. m. 
Chandeleur. 
Chanoine, n. m. 
Chanvre, n.m. 
Chapeau, n. m. 
Chaque, adj. num. 
Charangon, n. m. 
Chardonneret. n. m. 

Chariot, n. m. 
Charmille, n. f. 
Charrue, n. f. 
Chat, e, n.m. f. 



Catcher. 

Parstenaille. 

Catigtme. 

Cauchend. 

Tan-na _ de taniire. _ 

Ceindret, Feindret, pi. 

Cesa, n . f . 

Mete, Milieu 

Goer lie, vi, n. f. 

Sarclie. 

Starfoui. 

Frise. 

Frger, Friger. 

Grmeau. 

Sarvala. 

Sella. 

Standavu, Standavou 

Stamou. 

Standaloeu\a. 

Staniuene. 

Slenave, Steneve. 

Stapai. 

St aeon. 

Corcollion. 

Cardinolin ital. Cardel- 

lino. — 
St arret. 

Starpoena . 

i4raf__ital. arare y labourer. 

Stet, m. Staita, f. 



Digitized by LjOOQlC 



— 154 — 



Ch&teau, n.tn. 


Stdtai. 


Chaudron, n. m. 


Per. 


Chauffer, v. 


Star/a. 


Chaume, n. m. 


Magne, n f . 


Chausser, v. 


Stoeucher. 


Chauve-souris, n. f. 


Ratavold\a. 


Chemin6e, n. f. 


Stemend. 


Cheneau, n. m. 


Esteneau. 


Ch6nevis, n. m. 


Stenavd . 


Cher, adj. 


Stier. 


Cheval, n. m. 


Stevau. 


Chevre, n. f. 


Stievra . 


Chien, n. m. 


St in. 


Chier, v. 


Cacd. 


Chiffre, n. m. 


Stejra, n. f. 


Chose, n. f. 


Stieu{e } a. 


Chou, n m. 


Stieu. 


Chouette, n. f. 


SUvan. 


Ciboulette, n. f. 


Branletta. 


Ciel. n. m. 


Cher. 


Ciron, n. m. 


Sdron. 


Claie, n. f. 


Clia. 


Clair, adj. 


Clidr. 


C16, n. f. 


Clid. 


Clere, n. m. 


Cliar 


Cloche, n. f. 


Clidste. 


Cloison, n. f. 


Para _ esp. pared 


Clouer, v. 


Clioutrd. 


Cochon, n. m. 


Caion. 


Cogn6e (instr. tranch.),w 


.f Aston. 


Comme, adv. 


Queme. 



Digitized by LjOOQlC 



— 155 — 



Commencer, v. 
Comment, adv. 
Commere, n. f. 
Commission, n, f. 
•Commode, adj. 
Communaux, n. m. 
Compere, n. m. 
Confessionnal, n. m. 
Contributions, n. f.pl. 
Coquille, n f. 
Cote, n. f. 
Cote, n. m. 
Cou, n. m. 
Couch?, n. f. 
Coucher, v. 
Coucou, n. m. 
Coudrier, n. m. 
Coupe, n. f. 
Courge, n. f. 
Course, n. f. 
Courtilliere, n. f. 
Couteau, n.m. 
Coutre, n. f. 
Couturtere, n. f. 
Couvain, n. m. 
Couver, v. 
Couvreur, n. m. 
Crainte, n. f. 
Cr6celle, n. f. 
Cr6maillere, n. f. 



Quemecher. 

Queme. 

Quemdre. 

Quemechon. 

Quemoude 

Quemon. 

Compare. 

Confechenaire. 

Taillet v. fr. _ 

Corcdille. 

Couta. 

Coutd. 

C6. 

Custe. 

Gustier. 

Cocu. 

Alogne. 

Cop a, 

Queurda, Keurda. 

Corsa. 

Corterdla. 

Coetai. 

Cutrd. 

Taillu$a-de ta*7///,tailleur. 

Covon. 

Covd. 

Crvechu 

Creta. 

Rdilletta. 

Quemdclie _ de l'esp. que- 
wa,brule._- 



Digitized by LjOOQlC 



— 156 — 



Cr&ne, n. f. 
Cr6pe (p&te), n. f. 
Creux, n. m. 
Crever, *>. 
Crible, n. m. 
Crois6e, n f. 
Croix, n. f. 
Cuire, v. 
Cuisine, n f. 
Cuissot, n. m. 
Cuite, n. f. 
Cur6, n. m. 
Cuve, n. f. 
Cuvier, n. m. 



Cranma . 

Cripaiy Matafan. 

Croet. 

Criva 

Grevai, Grevolliu. 

Fenetra iteX.finestra.. 

Croui. 

Coaire. 

Coe\ena . 

Coaissa n. f. 

Coaita . 

Ecroa. 

Tena _ ital . tino . _ 

Zerla, Girla . 



D 



Dans, jpr^jt?. 


Die. 


Debout, adv. 


Depoeta. 


D6brider, v. 


Dtbrda. 


D6ehausser, v. 


Distoeucher. 


D6clouer, v. 


Diclioutra. 


Dedans, adv. 


Dedie. 


Dehors, adv. 


Deior, Defour. 


D6j&, adv. 


Za. 


D6jeuner, n. m. 


Di\on . 


Dejeuner, v. 


D6\on-na. 


Demain, adv. 


Deman. 



Digitized by LjOOQlC 



— 157 — 



Demeurer, v. 


Rest a — ital. rest are 


Demoiselle, n. f. 


Damoaiqela . 


Dentelles, n. f.pl. 


Poetet. 


DGpecher, v. 


Depastier. 


Depuis, prep. 


Dapoai. 


Dernier, adj. 


Darri. 


Dernterement, adv. 


Darrirame 


Derriere, n. m. 


Darre. 


Dessous, adv. 


De\ceu. 


Dessus, adv. 


Dichu. 


Deuil, n. m. 


Diui. 


Deux, adj. num. 


• 
Dou _ ital. due. __ 


D6vidoir, n. m. 


Ecorchuret, Esteviu. 


Diarrhee, n.f. 


Reda r Fouira. 


Dieu, n. m. 


Diu. 


Dimanche, n. m. 


Demise. 


Diner, v. ou n. m. 


Din-nd. 


Doigt, n. m. 


Da. 


Doloire, n. f. 


Go\e. 


Donner, v. 


Bailler, _ v. fr 


Dos, n. m. 


Cu, Darri. 


Douze, adj. num. 


Dceu\e. 


Drap (de lit), n.m. 


Lecheu. 



E 



Eau, n. f. 
Eau-de-vie, n. f. 



Aiga __ esp. agua. _ 
Brandevin, n. m. 



Digitized by LjOOQlC 



— 158 — 



Echalas, n. m. 
Echelle, n. f. 
Echeveau, n. m. 
Eclair, n. tn. 
Eclairer, v. 
Ecrevisse, n. f. 
Ecritoire,w. m. 
Ecume, n. f. 
Ecureuil, n. m. 
Ecurie, n. f. 
Eglise, n. f. 
Egosill6, v. au passe. 
Egosiller (s'), v. 
Egratigner, v. 
Embarras, n. m. 
Embourb6, v. aupasst. 
Embraser, v. 
Embrasser, v. 
Enclume, n. f. 
Encore, adv. 
Enfant, n. m. 
Enfuir (s'), v. 
Enrager, v. 
Enrhum6, v. au passe. 
Ensemencer, ?\ 
Ensuite, v. 
Enterrer, v. 
Entonnoir, n. m. 
Entr6e, n. f. 
Envie, n. f. 
Epamprer, v. 



Pdchdy Passai. 
Est tela. 
Flauta, n. f. 
Stalon, Elliuide. 
Ecliard, Edidrii. 
Stambrd. 

A 

Eerier. 
Econtna. 
Vardasse y n. f. 
Boeu, n. m. 
Eglie\e. 
Egor\elld. 
Ecorgneuld (s'). 
Egrafend. 

A A 

Ebarra,Ebidr. 

A, 

Emarrd. 

A 

Ebra\d. 

A 

Ebracher. 

Ecliena. 

Coe. 

Efant. 

Sauvd(se). 

Erra\ier % Errager. 

Erremd. 

Vdgner. 

A 

Echuita, Apre. 

Etarrd. 

Ebochu. 

Etrd. 

Evia . 

Epiand. 



Digitized by LjOOQlC 



— 159 — 



Epervier, n. m. 
Epinard, n. m. 
Erable, n. m. 
Ereinter, v. 
Escalier, n. m. 
Escargot, n. m. 
Essanger, Aiguayer, v. 
Essieu, n. m. 
Essuyer (s'), v. 
Etabli, n. m. 
Ete, n. m. 
Eternuer, v. 
Etincelle, n. f. 
Etoupe, n. f. 
Etrenner, v. 



Moustet. 

Epenaste. 

Iqerable ._ 6rable de l'Isere. 

Eretd. 

Estellier. 

Lemace. 

Ebattre. 

Anchni. 

Pand(se). 

Banc de mennger. 

State __ ital. state. _ . 

Etarnd y Etarni. 

Faillestoeura . 

Etopa. 

Etr'nd. 



F 



Faim, n.f 


Fan. 


Faine, n.f. 


Affix — fruit du hStre 


Faite, n. m. 


Freta. 


Faner, v. 


Fennd. 


Farine, n.f. 


Farna. 


Faucher, v. 


Sayer. 


Faucille, n.f 


Volan. 


Faulx, n.f 


Ddille 


Fauvette, n.f 


Boasseniere. 


F6es, n.f pi. 


Faiet. 



Digitized by LjOOQlC 



— 160 — 



Femelle, n.f 
Femme, n.f. 
Ferme, n.f 
Fermer, v. 
Ferrer, v. 
Feu, n. m. 
Feve, n. f. 
Fiel,«. m. 
Figure, n. f. 
Filer, v. 

Filleul, le, n. m.f. 
Fils, n m. 
Flameehe, n f. 
Fl6tri (fruit), adj. 
Foie, n. m. 
Foin, n. m. 
Foire, n. f. 
Fois, n. f. 

For6t, n. f. 
Fosse, n. f. 
Foudre, n.f. 
Fouine, n. f. 
Fourmi, n.f 
Fourmilliere, n. f. 
Fracturer, v. 
Fraise, n. f. 
Framboise, n. f. 
Frelon, n. m. 
Frere, n. m. 
Frieass6e, n. f. 



Fimala. 
Fenna. 
Farma. 

Frima, Farma. 
Farrd. 
Foa. 
Fdva. 
Felin . 

Face _ es\>.fa% — 
Feld. 

Fe-lliou y la. 
Efan — de enfant. _ 
Failleuste. 
Flapi. 
Fi\e. 
re. 
Fdra. 

Coup — chaque fois, stdque 
coup. — 

Boet. 

Croet. 

Fudra, Foeudra. 

Fena ital. faina. _ 

Frmia . 

Fr'mier. 

Cassd— decasser. _ 

Friy n. m. 

Ampoet. 

Tdna, n. f. 

Frdre. 

Fr'cacha. 



Digitized by LjOOQlC 



— 161 — 



Fromage, n* m. 
Fronde, n. f. 
Fum6e, n.f. 
Furoncle, n. m. 



Toma, n. f. 
Eel iata. 
Femd, Femiere. 
Evir. 



G 



Galerie, n.f 
Galoche, n.f. 
Gaule, n . f 
Gauler, v. 
Geai, n. m. 
Geler, v. 
Gendre, n. m. 
Genevrier, n.m. 
Genou, n. m. 

Germain cousin adj. 

Germer, v. 

Givre, n. m. 

Glande, n. f. 

Glas, n. m. 

Glisser_ sur la glace — v. 

Goitre, n. m.' 

Goitreux, adj. 

Grain, e, n.m.f 

Greffer, v. 

Grelot, n. m. 

Grelotter, v. 



L6\e vieux patois 

Bdta, Sdca. 

Perste _ perche. — 

Sacoeure, Sacoure. 

Zenerai. 

Zella. 

Biaufiu _ beau fils 

Zenavre. 
Zenoeu. 
Zarman . 
Zarmd 9 Zarnd. 
Zevron. 
Ganguelion. 
Gliais, Defegnid. 
Le\ier y Luger, Lu\ier. 
Gouitre . 

Bollie, Gouitroeu. 
Gran, na . 
Vouetd ou Wet a. 
Crincailld, Carcaillo. 
Grevold 



Digitized by LjOOQlC 



— 162 — 



Grenouille, n. f 
Grillon, n. m. 
Gros, se, adj. 
Gruau, n. m. 
Guenille, n. f. 
Gu6pe, n.f 
Guepier, n. m. 
Gui, n. m. 
Guimauve, n. f. 



Reneuille. 

Grillet. 

Grou, ssa. 

Gru - v. fr. Gruel et Gru — 

Guendille. 

Vepa ital. Vespa. 

Vepier _ d6riv6 de Vepa. 

Villion. 

Mdva y Mdpra^shr. de Pit. 
malvavischio _ 



H 



Hache, n.f 
Haie, n.f. 
Hangar, n. m. 
Hanneton, n. m. 
Haricot, n. m. 
Haut, adj. 
Herser, v. 
Hetre, n. m. 
Hiverner, v. 
Hoquet, n. m. 
Horloge, n.f 
Houx, n. m. 
Huile, n. f 
Huissier, n. m. 
Huit, adj. num. 



Aston. 
Ci\a . 

Stappet, Stappa. 
Borjdra, n.f. 

Fa\ou ital. fagiulo. 

Iau. 

Ercher. 

Foeu, Faidr. 

Evarnd. 

Tequet. 

Relceu\e. 

Arble. 

Ouille. 

Ucher. 

Vouet ou Wet. 



Digitized by LjOOQlC 



— 163 



Ici, adv. 
Impatient, adj. 
Ivraie, n.f. 
Ivre, adj. 
Ivrogner (s'), v. 



Ice, Itie, Sat. 

Sepachese __ sans patience. 

Niola, Llui. 

Cheu. 

Cheula (se) _d6riv6 de cheu. 



Jambe, n. f. 
Jambon, n. m. 


Stamba __ barb, de Pital 
gatnba. 1_ 

Stambetta, n . f . 


Japper, v. 
Jardin, n. m. 


Zappa. 
Coe-rti. 


Jeter, p. 
Jeu, n. m. 


Stampd. 
Jua. 


Jeudi, n. m 
Jeune, n. m. 


De\ieu, Dejeu. 
Zon-ne. 


Jeune, adj. 


Juene. 


Jeuner, v. 


Zon-nd. 


Joie, n. f. 


Juai. 


Joue, n.f. 


Z6va. 


Jouer, v. 


Zoi'er. 


Joug, n.m. 
Jour, n. m. 


Zoeu. 
Zeur. 



Digitized by LjOOQlC 



— 164 — 



Journfee, n.f. 
Jument, n.f. 
Jurer, v. 
Jusque, prtp. 



Zeurnd. 

Cavala _ ital. cavalla 

Zoerd. 

Tant que. 



Labourer, v. 


Ard ital. arare — 


Lac, n. m. 


La. 


Laine, n. f. 


Lan-na — ital. et esp. lana 


Lait, n. m. 


Lassai. 


Langue, n. f. 


Lega . 


Lard, n. m. 


Bacon _ angl. bacon. _ 


Lendemain, n. m. 


Ledeman 


Lessive, n. f. 


Boe-ia v. fr. bu6e. 


Levain, n. m. 


Ltvan. 


Levant, n. m. 


Leve. 


Levre, n. f. 


Ldvra ital. labro. __ 


Lier, v. 


Etastier. 


Lieue, n. f. 


Llia . 


Lime, n. f. 


Linma . 


Liseron, n. m. 


Ridla, n. f. 


Lisiere, n. f. 


Vigire. 


Lit, n. m. 


- Custe. 


Litau, n. m. 


Lata, n. f. 


Loin, adv. 


Llue. 


Louche, n. f. 


Poste, Poston. 


Loup, n. m. 


Loeu. 



Digitized by LjOOQlC 



— 165 — 



Lourd, adj. 
Lui , pr. pers. 
Lundi, n. m. 
Lune, n. f. 



Leur, pe\an — qui pese. 

Llui. 

Delon. 

Lena. 



M 



Mache, n. f. 
M&churer, v. 
Main, n. f. 
Maintenant, adv. 
Mai's, n. m, 
Mamelle, n. f. 
Manivelle, n. f. 
Mardi, n. m. 
Marmitte, n. f. 
Marteau, n. m. 
Massue, n f. 
Matin6e, u. f. 
Matineux, adj. 
Mensonge. 
Mercredi, n. m. 
Mere, n.f. 
M6sange, n. f. 
Messieurs, n. m. pi. 
Mesure, n. f. 
M6teil, n. m. 
Mettre, v. 



Rampoena, Rampon. 

Mdsterd. 

Man. 

Ieuret . 

Mai-llie. 

Tettet, n . m. — de teter. 

Savegnoula. 

Demdr. 

Bron, n. m. 

Martai. 

Masse . 

Mat end . 

Matenie. 

Meson^e, n. f. 

Demaicre. 

Mare, Mama. 

Ldrddra, Misteretta. 

Maichu. 

Moe\era. 

Mornd. 

Pet a, Beta. 



Digitized by LjOOQlC 



Meuble, n. m. 
Meule (a aiguiser). n. f. 
Meule (de foin), w. f. 
Miauler, v. 
Midi, n. m. 
Mie, n. f. 
Mieux, adv. 
Milieu, n. m. 
Mine, n. f. 
Minuit, n. m. 
Minute, n.f. 
Mitaine, n,f 
Moelle, n.f 
Moineau, n. m. 
Moins, adv. 
Mois, n. m. 
MoitiS, n.f. 
Monnaie, n.f. 
Monsieur, n. m. 
Moucheron, n. m. 



166 — 

Moaible. 

Moula. 

Moella. 

Mion nd, Miould. 

Mie\eur. 

Mieta. 

Miu. 

Mete. 

Mena. 

Mieniuai. 

Menata . 

Meta?i-na, Mita. 

Midla. 

Pdssera ital. passer a. _ 

Moe. 

Ma. 

Matia. 

Magna. 

Monchn. 

Moustelion _ v. fr. Mous- 



Mouchoir, n.m. 

Mouron, n. m. 

Musaraigne, n. m. 

Museau, n. m. 

Myrtille, n.f (vaccinium 
myrtillus). 



Most iu. 
Rdste, n. f. 
Moe\et . 
Moe\ai. 
Embroui\ala. 



cat 11 ion. 



N 



Ne, negation. 



Ne s'emploie pas en patois. 



Digitized by LjOOQlC 



167 



Ne pas, nig. 


On emploie pas seulement 


Nefle, n. f. 


Miepla, Niipla. 


Neige, n. f. 


Nd. 


Neuf, adj. 


Nieupe. 


Neuf, adj num. 


Nou. 


Nez, n. m. 


Nd __ ital. na\o _ 


Noiraud, adj. 


Naret. 


Noisetier, n.m. 


Alogner. 


Noisette, n. f. 


Alogne. 


Noix, n. f. 


Niui. 


Noyer, v. 


Nayer, v. fr. 


Nombril, n. m. 


Ambroui. 


Non,ad*>. 


Na. 


Nouer, v. 


Niud 


Nouveau, adj. 


Noviau. 


Noyau, n. m 


Gremau. 


Nuage, n. m. 


Niola. 


Nuit, n.j. 


Niuai. 


Nuque, n.f. 


Cost on. 



o 



(Eil, //. m. 
(Euf, n. m. 
Oiseau, n. m. 
Oncle, n. m. 
Onze, adj. num. 
Orge, n. m. 



Jeu. 

Coquet. 

Ageau ou Ajd. 

Quinquet. 

Ion\e. 

Lluar\e, Lluer\e. 



Digitized by LjOOQlC 



— 188 — 



Orgelet* n. m. 


Orbet. 


Orvet, n.m. 


Lanviu. 


Os, u. m. 


Our. 


Osier, n. m. 


Avan. 


Ou, adv. 


Ioeu. 


Ou, conj. 


Oeu, U. 


Oui, adv. 


Voa, Voi ou Wa 


Ours, n. m. 


(Eur. 


Ouvrir, v. 


Ivri. 



Pain, n. m. 
Pair, adj. 
Panier, n.m. 
Paquerette, n. f. 
Par,/?rep. 
Paroisse. n. f. 
Partir, v. 
Patois n. m. 
Patte, n. f. 
Pauvre, adj. 
Peau, n.f. 
Peche (fruit), n.f. 
Peche, n.m. 
Pecher, n. m. • 
Peigne, n. m. 
Peigne fin, n. m. 



Pan. 

Par. 

Cave. 

Marguerite, Maguerita. 

Pe. 

Parrdste . 

Moda. 

Patiuai. 

Patta, Piauta. 

Pouvre. 

Piau. 

Perche. 

Pestia. 

Percher. 

Pene. 

Penetta, n f . 



Digitized by LjOOQIC 



— 169 — 



Peigner, v. 


Pend. 


Pelle, n. f. 


Pdla. 


Pens6e, n.f. 


Pesd. 


Pente, n. f. 


Pet a. 


Percer, v. 


Parcher. 


Pere, n.m. 


Pare, Papa. 


Personne, pr. ind. 


Nion. 


Personne, n. f. 


Parsena. 


Petit, e, n. m. f 


PetioUy Petiu y ta. 


P6trin, n.m. 


Patiire _ depdte. 


P6trir,*>. 


Epdta. 


Peu, adv. 


Pou. 


Peuplier, n.m. 


Peble. 


Pie, n. f. 


Zaquetta, Jaquetta 


Pierre, n.f. 


Pier a. 


Pigeon, n. m. 


Pinion. 


Pigeon ramier, n.m. 


Colon . 


Pincer, v. 


Blocker. 


Pique, n.f. 


Peca, Pecon. 


Pisser, v. 


Pecker. 


Pi vert, n.m. 


P'sta. 


Plaine, n. f. 


Plan-na. 


Plainte, n. f. 


Pleta. 


Planche, n. f. 


Pou. 


Pluie, n. f. 


Pldie. 


Plume, n. f. 


Plonma. 


Poche, n. f. 


Fata. 


Poele, n. f 


Pela. 


Poids, n.m. 


Pa. 


Poil, n. m. 


Pa y Pioeu. 


Poire, n.f, 


Pri. 



Digitized by LjOOQlC 



— 170 — 



Poireau, n. m. 
Pois, n. m. 
Poix, n.f. 

Pomme de terre, n.f. 
Pore, n. m. 
Portail, n. m. 
Pou, n. m. 
Poulain, n. m. 
Poule, n.f 
Poumon, n. m. 
Pour ■, prep. 
Pourquoi, conj. 
Poussin, n. m. 
Poutre, n. f 
Pr6, n. m. 
Pr6coce, adj. 
Pressoir, n. m. 
Prise, n.f. 
Prune, n. f. 
Puis, adv. 
Purin, n. m. 
Pus, n. m. 



Porre. 

Pa. 

Pile. 

Tifra, Tifera, Tartifla. 

Caion. 

Porta. 

Piu. 

Polite. 

Polaille. 

Farrd, n. f. 

Pe — pour fa\ro,pefaire.. 

Pared. 

Pu\in y Polaton. 

Trd, n. m. _ ital. trave.. 

Prd. 

Printanie. 

Trui. 

Pra\a. 

Pronma. 

Poai. 

Juce, Lluice, Zu$ai. 

Fon\e _ \dX. fungus. __ 



Q 



Quatre-vingt, adj. de nom- 

bre. Huitanta, Vouettanta. 

Quatre-vingt-dix, adj. de 

nombre. Nonanta. 



Digitized by LjOOQlC 



— 171 — 

Quel, le, adj. Quin, ta. 

Quelque chose, adj '. ind. Cdquere. 

Quelqu'un, une.jer. ind. Cdcon, a. 

Quenouille, n.f. Cologne. 

Queue, n.f. Coa, Cava. 

Qui, jpr. rel. Coui. 

Quille, n.f. Gue-lle. 

Quintal, n.m. Quint au. 

Quoi, pr. rel. Cd. 



R 



Rabacheur, n. m. 


Rinma 9 n. f. 


Raie, n. f. 


Ria. 


Raisinee, n. m. 


Re\end. 


Rameau, n.m. 


Rampau. 


Rasoir, n. m. 


Rdjuai. 


Rateau n. m. 


Rdtai. 


Ravaudeur, n. m. 


Ravoeudiu. 


Recevoir, v. 


Regdvre. 


RGclamer, v. 


Recliamd. 


Regain, n. m. 


Recdr. 


Rein, n. m. 


Re. 


Reine, n. f. 


Rena. 


Remettre, v. 


Repetd, Rebetd 


Remuer, v. 


Remoud. 


RentrSe, n. f. 


Retra. 


Repasseuse, n. f. 


Repachu\a. 



Digitized by LjOOQlC 



1 



Rhume, n. m. 
Riche, adj. 
Rien, loc. adv. 
Rincer, v. 
Robinier, faux 

Ronce, n. f. 
Rond,e, adj. 
Ronfler, v. 
Rotie, n. f. 
Roue, n. f. 
Rouet, 7i. m. 
Rougeole, n. f. 
Rue, n. f. 
Ruine, n 9 f. 
Ruisseau, n. m. 



— 172 — 

Ronma. 
R'ste. 
Re. 
Richer. 



6b6nier, 
n. m. 



Aboeur. 

Roe\e. 

Riond, a. 

Rons tier. 

Rutia. 

Roa. 

Brgue. 

Ro\el. 

Roa. 

Roin-na. 

Nan ou Nant. 



s 



Saigner, v. 


Send. 


Sain, adj. 


San. 


Salamandre, n.f. 


M out lion , n 


Samedi, n. m. 


Desande. 


Sangsue, n.f. 


Sanchui. 


Sans,jer£p. 


Se. 


Sapin, n. m. 


Passe. 


Sarrasin (bl6), n. m. 


Roguet. 


Saucisse, n.f. 


Did. 



m. 



Digitized by LjOOQlC 



— 173 — 



Saumure, n. f 
Saucisson, n. m. 
Sauterelle, n . /. 
Scie, n.f 
Scier, p. 
Scierie, n.f. 
S6cheresse, n.f. 
Secouer, v. 
Seigle, n.f 
Sel f 11. m. 
Semer, v. 
Sentier, n. m. 
Sentir, v. 
Serin, n. m. 
Serpe, n.f. 
Serpent, n. m. 
Serpette, n.f 
Serrure, n. f 
Seve, n.f. 
Siffler, v. 
Sifflet, n.m. 
Six, adj. num . 
Sixteme, adj. 
Sceur, n.f. 
Soie, n. f 
Soif, n.f 
Soin, n. m. 
Soir, n.m. 
Soixante, adj. num. 
Soixante-dix, » 
Soldat, n.m. 



Mouire. 

Lantfeula, Lanjeula. 

Soeutarai, Stambarai. 

Ratsse de raicher, scier. 

Raicher. 

Ratsse. 

St4cha, Sesteresse. 

Sacoeure, Sacoure. 

Sala. 

Sd, n. f. 

Vdgner. 

Vi ital. via _ 

Chetre. 

Canari __ ital. canarino.— 

Goidrda, Gollidrda. 

Sarpe, n. f . 

Goietta, Gollietta. 

Sarraille. 

Sdva. 

Sebld. 

Seblet. 

Che. 

Ch6g6me. 

Chuaira. 

Chuai. 

Sd. 

Chue. 

Tantou, V6poe-rnd,Niuai. 

Trdve. 

Septanta, Trdve-dii. 

Soeuddr. 



Digitized by LjOOQlC 



— 174 — 



Soleil, n. m. 
Sommeil, n. m. 
Sommet, n. m. 
Sonnette, n. f. 
Sorbier des oiseleurs, n. 
Soul, e, adj. 
Soulard, e, n. m. f 
Souler, v. 
Soulier, n.m. 
Soupe, n.f. 
Sourd, e, adj. 
Sous, prep. 
Suer, v. 
Sueur, n.f. 
Suie, n.f. 
Suif, n. m. 
Suite, n.f. 
Suivre, v. 
Sur, prip. 
Sureau, n. m. 
Surety, n.f 
Surtout, adv. 



Chuild. 

Sonne __ ital. sonno. . 
Sonqon. 

Campan-na, Senaille. 
m. Allier, Lallie?\ 
Cheu, la. 
Cheulin, a. 
Cheuld. 
Solar. 
Sep a. 

Cheur, da. 
De\ceu. 
Child. 
Choeu. 
Stuce. 
Chut. 
Chuita. 
Chuivre. 
Chu, Dechu. 
Savu. 
Churetd. 
Sutceu, Chutoeu. 



Table, n. f. 


Trdbla. 


Tablier, n. m. 


Foeuddr 


Tailleur, n. m. 


Taillu. 



Digitized by LjOOQlC 



— 175 — 



Taillis, n. m. 
Taire (se), p. 
Tambour iner, v. 
Tanner, p. 
Tanniere, n . f 
Taon, n. m. 
Tariere, n. f 
Tartine, n.f 
Tas, n. m. 
Taupe, n.f. 
Taureau, n. m. 
Teiller, p. 
Temp&te, n.f 
Temps, n. m. 
Terrine, n.f 
Tes, adj. poss. 
Toi, pron.pers. 
Toit, n. m. 
Tombereau, n. m. 
Tonneau, n. m. 
Tonner, p. 
T6t, adv. 
Toujours, adp. 
Tour, n. f. 
Tousser, v. 
Tout, e, adj. 
Toux, n.f 
Train, n. m. 
Traire, p. 
Tranchant, n.m. 



Cop a. 

Cdger (se). 

Tambornd. 

Tana. 

Tan-na. 

Tapan _ esp. tapano. 

Tarapala. 

Creuta. 

Moat. 

Tarpa % Darbon. 

Borra. 

Bloi'er. 

Ttpita. 

Te. 

Grdla. 

Toeu y m.) Tet,i. 

Ta, Te. 

Ta. 

Barrd. 

Bosse, n. f. 

Tend. 

Tou. 

Tce\(x. 

Teur. 

Toe-si. 

Tceu, ta. 

Toeusse. 

Tre. 

Arid. 

Treste % Taille. 



Digitized by LjOOQlC 



17& — 



Tranchet, n. m. 


Trestet. 


Trapeze, n. m. 


Stalanglie. 


Trefle, n.m. 


Triolet. 


Trente, adj. num. 


Tret a. 


Tricher (au jeu), p. 


Frouiller. 


Trident, n. m. 


Tre, n. f. 


Trois, adj. num. 


Tra. 


Trou, n. m. 


Croet, Golet. 


Troupeau, n m. 


Tropai. 


Truie, n.f. 


Trouie. 


Tuer, v. 


Tiud. 


Tuile, n.f. 


Tiuaila, Tiuila 



u 



Un, e, adj. num. 
Un, e f adj. diterm. 
Urine, n.f. 



Ion, Iena. 
On, na. 
Peche. 



V 



Veau, n.m. 


Viau. 


Vendeur, n.m. 


Vedin. 


Vendredi, n. m. 


Devedre. 


Verge, n. f. 


Var\e. 



Digitized by LjOOQIC 



— 177 — 



Verger, n. m. 
V6ril6, n.f 
Vermicelle, n. m. 
Verrat, n. m. 
Verrue, n.f. 
Vert, e, adj. 
Veuf, ve, n. m. f. 
Vide, adj. 
Vie, n.f 
Vigne,w./. 
Vieux, adj. 
Village, n.m. 
Ville, n. f. 
Vingt, adj. num. 
Vingtaine, n.f. 
Vipere, n. f 
Virgouleuse, n. f 
Visiere, n.f. 
Visite, n.f 
Voila, prep. 
Voisin, ne, n. m. f 
Voisiner, v. 
Voix, n. f 
Vomir, v. 
Vos, adj. poss. 
Votre, » 
Vrille, n.f 
Vue, n.f 



Var\ier, Varger. 
Vr'td. 

Fide __ \ta\. fdei. — 
.Ver, Vtr, Varre. 
Varroi. 
Var, da. 
Veve, a. 
Vouide y Vodde. 
Via _ esp. via — 
Vegne. 
Viu. 
Vela\e. 
Vela. 
VS. 

Vetena. 
Boerti. 
Vargolliu. 
Visagtre. 
Ve\eta . 
Vdtia. 

Ve\in> Ve\ena. 
Ve\ena. 
Voai. 
Rottd. 

Voutrceu, m. Voutret, f. 
Voutre, m. Voutra, f. 
Taravala. 
Viuva. 



Digitized by LjOOQlC 



— 178 — 



Yeux, n. m. Jeu 



Digitized by LjOOQlC 



DICTION NAI R E 

de quelques noms de JffW e s el Communes des environs 
d'^lbertvillt qui ne s'icrivent pas comme en frangais. 



Aigueblanche 


Aigueblanste. 


Aiton 


At on. 


Beaufort 


Biaufort. 


Bozel 


Bo\ai. 


Bride 


Brda. 


Chambery 


Stambry. 


Chamousset 


Stamosset. 


Chapelles (les) 


Stapellet (let). 


Chevron 


Stevron. 


Cl6ry 


Cliarie. 


Conflans 


Cofle. 


Echelles (les) 


Estielet (let O 


Faverges 


Favar\et. 


Fessons 


Fassons. 


Gemilly 


Zemelie. 


Gilly 


Zelie. 


Gr6sy 


Grage. 


Hauteluce 


Hautalece. 


Marches (les) 


Mdrstet (let). 


Marlens 


Marie. 


Marthod 


Martou. 


Megeve 


Me\iiva . 


Plancherine 


Planstarna. 



Digitized by LjOOQlC 





— 180 — . 


Queige 


Qu4\e. 


Roche (la) 


R6$te(la). 


St-F6r6ol 


Se Fariou. 


Ste-H6lene 


Setalena. 


St-Michel 


Se M'stii. 


St-Sigismond 


SS Setnon. 


St- Vital 


SS Vidr. 


Seythenex 


Si tend. 


Ten6sol 


Tendjeu. 


Tournon 


Tornon. 


Ugine 


U\ena. 


Venthon 


VSlon. 


Verrens 


VarrS. 


Villard 


Velar. 


Ondit 


aussi Zeniva pour Geneve 



Digitized by LjOOQIC 



&es noms propres sont souvent deSgures de telle 
fagoa qu'ils deviennent meconnaissables. $oici les 
principalis : 



Aim6 


Mami, Mimi. 


Anne 


Nation, Nina. 


Antoine 


Tiuene. 


Augustin 

Baptiste 

Benoit 


Goe-stin. 
Batistin, Tit a. 
Bend. 


Bernard 


Barnd. 


Claude 
Claudine 


Daude, Llaude (commun). 
Dddon, Llauda, Ddda. 


Etienne 


Tienet. 


Francois 
Frangoise 

Genevieve 


Franca, Sassa. 

Fanchon, Francon, Fran- 
ca\a (commun). 

Veve, Vieve. 


Georges 
Guillaume 


Zour\e. 
Glidmet. 


Hippolite 

Jacques 

Jean 


Polite. 

Jaconton, Coton, Zdquet, 

Zian, Dian. 


Jeanne 


Jani, Nan-na. 


Joseph 
Laurent 


Jo\on 9 Jo\et. 
Lori. 


Louis 


Loii. 


Louise 


Llui\on 9 Llud\a (commun) 



Digitized by LjOOQlC 



— 182 — 



Marguerite 
Marie 


Guita, Guiton. 
Marion, Maion. 


Maurice 


Moeri. 


Michel 


Me-ste, Me-stian. 


Nicolas 


Colin, Coldr. 


P6ronne 


Pennon, Parnetta.- 


Pierre 

Scholastique 
Sebastien 


Pierret ,Piarrd,Palo, Pelet 
(a un petit enfant.) 

Colin, Colarda (vieux). 

Bastian. 


Urbain 


Boban. 


Victor 


Victeur. 


Zephirin 


Filin . 



Digitized by LjOOQlC 



Proverves, Maximes, Adages 

en usage dans le pays 



Les proverbes sont pleins de sens et meublent la 
m6moire de mots faciles a retenir. 

Us donnent un certain apercu du caractere national, 
car un idiome ne saurait etre separ6 de la tournure 
d'esprit qui a d6teririin6 sa formation. 



JSUR LE ^EMPS & L^GRICULTURE 

La Sa^on tar diva, 
Vint jamais vida . 

La saison tardive, 

Ne vient jamais vide. 

Quand Vhivir est trop stand, 
E promet pas on stote biau. 

Quand Phiver est trop chaud, 

II ne promet pas un 6t6 beau. 

A la Seta Guetta, 
La man a la gollietta. 



Digitized by LjOOQlC 



— 184 — 

A la Sainte-Agathe, 
La main & la serpette. 

Pour tailler la vigne. 

Quand 4 ton-net i ma de Mar, 
Petious et grands davont pleura. 

Quand il tonne aii mois de Mars, 
Petits et grands doivent pleurer. 

Quand Mar fa la brota, 
Avri fa la pot a. 

Si en Mars il pousse des rejetons, 
Avril fait la grimace. 

Quand e ton-net i ma d'Avri, 
Petious et grands davont se rijoui. 

Quand il tonne au mois d' Avril, 
Petits et grands doivent se r6jouir. 

Avril mollia, 
Fa Maifollia. 

Avril mouille, 
Fait Mai feuilte. 

La na i ma de Mars vaut de bid, 
Mais baillet on ma d'Avri \ela. 

La neige au mois de Mars vaut du ble, 
Mais donne un mois d' Avril gel6. 



Digitized by LjOOQlC 



— 185 — 

Le ma de Mar doeu, 
Fa on an mdleroeu. 

Le mois de Mars doux , 
Fait un an malheureux. 

Bise de Mar, ve d'Apri, 
Font la r'stessa di pan. 

Bise de Mars, vent d'Avril, 
Font la richesse du pays. 

Efodre qui ma de Mat, 
E plovisset tottet let niuais. 

II faudrait qu'au mois de Mai, 
II plut toutes les nuits. 

Qiiand epleut le \eur de la St M6da, 
E pleut quaranta \eurs se placd. 

Quand il pleut le jour de la St Medar, 
II pleut quarante jours sans s'arrSter. 

Quand loe bid sont efleur, 

E loefodrela gourde d'onfoeur. 
Quand les bl6s sont en fleur, 
II leur faudrait la gorge d'un four. 

Let vepoe-rnais di ma d'aout, 
Trompont loe fins et loefous. 

Les apres midi dumois d'aout, 
Trompent les fins et les fous. 



Digitized by LjOOQlC 



— 186 — 

La bise di matin, 
Vaut pas on pet de stin. 

La bise du matin, 

Ne vaut pas un pet de chien. 

Let niolet ro\et le matin, 
Font verier la roa di moelins. 

Les images rouges le matin, 
Font tourner la roue des moulins. 

Les nidlet ro\et la niuai, 
Sestont loe mouillais. 

Les nuages rouges la nuit, 
Sechent les places mouill6es. 

Le ma de Stebre biau y 
Fa le vin stand. 

Le mois de Septembre beau, 
Fait le vin chaud. 

Aoutfd le re\in, 
Et Stebre le pin . 

Aofit fait le raisin 

Et Septembre le vin. 

An defi, 
An de re. 

Ann6e de foin, 
Ann6e de rien . 



Digitized by LjOOQIC 



— 187 — 

Stalandet fradet, 
Letfepiet radet. 

Noel froid, 

Les 6pis raides. 

A Stalandet Ice moustelions, 
A Paquet loe gliagons . 

A Noel les moucherons, 

A Paques les glagons. 

E faut jamais vouetd chu le mime pare 

De pris printanies et depris de I'edarre. 

II ne faut jamais greffer sur le meme poirier, 
Des poires pr6coces et des poires d'automne. 

Na poegna defremiet bin d'accord, 
Betont le pe grou dbre a mort. 

Une poign6e de fourmis bien d'aecord, 

Mettent le plus gros arbre & mort. 

Quand la lena ro\e quemecet e lion, 

Le foe-ma toe\oe e moeuton. 

Quand la lune rousse commence mechamment, 
Elle finit toujours d'une facon douce. 

En contradiction avec l'opinion des savants qui ne croient 
pas, et avec raison, k I'effet dela lune sur I'atmosphere. 

Quand e plent le premier demdr de la lena, 

E pleut toe le long et e fa de la meda. 

Quand il pleut le premier mardi de la lune, 
II pleut tout le long et il fait de la vase. 



Digitized by LjOOQlC 



— 188 — 

Quand let niolet vont dava, 
Pr& la ddille et copa. 

Quand les nuages descendent, 
Prend la faulx et coupe (fauche). 

Quand let nidlet sont chu la montagne de Stevron, 
Atte laplo\e et raista tranquille a la ma\on. 

Quand les nuages sont sur la montagne de Che- 
vron, 

Attends la pluieet reste tranquille & la maison. 

Bailie a Voeuvre cS que li pint 
Et a ton bou cS que li convint. 

Donne & Pouvrier ce qui lui revient 
Et & ton bceuf ce qui lui convient. 

A Beaufort, on die : 
Quand le frige flora e n'Avri, 
De me\e defri\et tant que de voui. 
I ma de Mai, 
Quand d'e n'ai. 
I ma de Juin, 
Zin. 

Quand le cerisier fleurit en Avril, 

Je mange des cerises tant que je veux. 

Au mois de mai, 

Quand j'en ai. 

Au mois de juin, 

Point. 



Digitized by LjOOQIC 



— 189 — 



JSUR TUMOUR, LBS jp'EMMES <Sr LE jVlARIAGE 



U amour fd passu le te 
Et lete fdpassd V amour. 

L'amour fait passer le temps 
Et le temps fait passer l'amour. 

La promessa d'on galant 
Buret tant qu'on boquet blanc. 

La promesse d'un galant 

Dure autant qu'un bouquet blanc. 

Juenes galants die let veillet, 

Sont queme le rend avoai let polaillet. 

Jeunes galants dans les veill6es, 
Sont comme le renard avec les poules. 

Lafenna boena et sa\e 
Fd tce\ce bon m4nia\e. 

La femme bonne et sage 
Fait toujours bon manage. 

L'homme estd'dtopa, 
Lafenna est de rita. 

L'homme est d'6toupe, 

La femme est de chanvre fin. 



Digitized by LjOOQlC 



— 190 — 

E vaut miu nepena a ton pied 

Que na croaifenna a ton landie. 

II vaut mieux une 6pine a ton pied 
Qu'une mechante femme k ton foyer. 

Dou brons ifoa ediquont faita, 
Mais davet fenna font la tepita. 

Deux marmites au feu indiquent f6te, 

Mais deux femmes font la tempete. 

Cho que sterstet na roeu\a^ 
Treuvet sove na boeu\a. 

Celui qui cherche une rose. 

Trouve souvent une bouse. 

Celui qui, dans le mariage, cherche trop la beaule, rencontre 
souvent le vice et la paresse. 

E Jaut pas plus defennet a sepd 

Qui ia de quemdclie a la st emend. 

II ne faut pas plus de femmes k souper 
Qu'il y a de cr6maliere & la cheminSe. 

L' amour i papas pe long 
Que de son nd a son talon. 

L'amour n'y voit pas plus loin 

Que de son nez & son talon. 



Mod e ia defennet, plus na parroste est r'ste. 

Moins il y a de femmes 
riche. 

La dot ne sort pas, elle rentre. 



Moins il y a de femmes, plus une paroisse est 
riche. 



Digitized by LjOOQlC 



i 



— 191 — 

On est pe vite marid 

Que bin lo\ia et bin remedd. 

On est plus vite marte 

Que bien log6 et bien raccommod6. 

Toe palgd • 
Treuvet son ranstegd. 

Tout pieu 
Trouve sa place. 

Ce proverbe s'applique surtout & un marie mal doue par la 
nature, cequi revientft dire : chacun trouve 5 se marier comme 
il le merite. 

Quand lafenna pou plus par Id, 
S'netarramS i faut apprestd. 

Quand la femme ne peut plus parler, 
Son enterrement il faut appreter. 

Pelajenna conpulchon, 

Le meilloeu remiide est le bdton. 

Pour la femme en convulsion (attaque de nerfs), 
Le meilleur remede c'est le b&ton. 



JSUR DIVERS JSUJETS. 



Am a Ice bonspe qui t'dmassont, 

Ama Ice mauvais pe qui ne te morddssont. 

Aime les bons pour qu'ils t'aiment, 

Aime les mauvais pour qu'ils ne te mordent. 



Digitized by LjOOQlC 



— 192 — 

Ce qui est apeupres V Equivalent du proverbe fran^ais : 

Honore les bons, afin qu'ils t'honorent. 

Honore les mauvais,afin qu'ils ne te d6shonorent. 

Bin void, 
Projitetpas. 

Bien vol6, ne profite pas. 

Chd qua fait la f aula, 
Da here lasaussa. 

Celui qui a fait la faute, 
Doit boire la sauce. 

C'est-i-dire, 6lre responsable de son oeuvre. 

Chd que se era malin, 
Vautpas na crdta de stin. 

Celui qui se croit malin, 

Ne vaut pas une crotte de chien. 

Chd qne petet de coutt on ecu, 
Petetsa trdbla quand a sara viu. 

Celui qui met de cote un 6cu, 
Met sa table quand il sera vieux. 

Chd que se era pe malin que Ice \dtres y 
Est navarreuille et on pour e didble. 

Celui qui se croit plus malin que les autres, 
Est un hableur et un pauvre diable (d'esprit) . 



Digitized by LjOOQlC 



— 193 — 

Groai via et boena mort, 
Jamais saront d' accord. 

Mauvaise vie et bonne mort, 
Ne seront jamais d'accord. 

Ce que vint pefluta, s'ereteurnet pe tambceur. 

Ce qui vient par flute, s'en retourne par tambour. 

Ce que vint pe la rapena y 
Se teurnet pe la rouin-na. 

Ce qui vient par la rapine, 
S'en retourne par la ruine. 

Cho que gdgnet ijua 

Se deteurnet de sa vrai rota. 

Celui qui gagne au jeu 

Se detourne de sa vraie route. 



De sarvetet d'ecrod, de ca'ions de moenier, 
Que le bou Diu te garddsset di tostier. 

Des servantes de cur6, des pores de meunier, 
Que le bon Dieu te garde d'y toucher. 

De here e iapas tant de ma, 

Parvi qua la md\on on poidsset tornd. 

De boire il n'y a pas tant de mal, 

Pourvu qu'a la maison on puisse retourner. 



Digitized by LjOOQlC 



— 194 — 

E coutet mod d'Sgraicher 
Dii cal'ons que dou huchers. 

II coute moins d'engraisser 
Dix cochons que deux huissiers. 

E die let mauvaiset sa\ons 
Que loe loeu se me\ont. 

C'est dans les mauvaises saisons 

Que les loups se mangent. 

E loe peble loe pe taut 

Que font loe pe grands cubereaux. 

Ce sont les peupliers les plus eleves 
Qui font les plus grandes culbutes. 

E loe solars loe pefins 

Qu *e font loe pe grous agassins \ 

Ce sont les souliers les plus fins 
Qui font les plus gros durillons. 

Etre dou plddius, 

Chd que gdgnet se reteurnet e stemise 

Et Ydtre tee nu. 

Entre deux plaideurs, 

Celui qui gagne s'en retourne en chemise 

Et Tautre tout nu. 

E vaut miu de bre astd 
Que defarna eprontd. 

II vaut mieux du son achete 
Que de la farine emprunt6e. 



Digitized by LjOOQlC 



— 195 — 

E vaut miu etre savatier chu terra, 
Que d'etre Evequet e terra. ' 

II vaut mieux etre savetier sur terre, 
Que d'etre Eveque en terre. 

E vaut miu etre langoroeu 
Que d'etre trop vigoroeu. 

II vaut mieux etre langoureux 
Que d'etre trop vigoureux. * 

Avis a ceux qui veulenl vivre longtemps. 

E vaut miu /aire evia 
Que f aire petia. 

II vaut mieux faire en vie 
Que de faire pitie. 

Efaut quatre-ve di\e~nou stachus 
Pe noeri on stin et on monchu. 

II faut quatre-vingt dix-neuf chasseurs 
Pour nourrir un chien et un monsieur. 

E faut pas se deveti 
Avant d'alld dremi. 

II ne faut pas se deveti r 
Avant d'aller se coucher. 
1) ne faut pas donner (out son bien avant de mourir. 

E pouvres la tdca, 
E r'stes la pena. 



Digitized by LjOOQlC 



— 196 — 

Aux pauvres le sac 
Aux riches la peine. 

£fd bon deveni viu 
Se la fan etse loe piu. 

II fait bon deveni r vieux 
Sans la faim etsans les poux. 

Fa de ta boste na pra\on 
Pe betdta lega a la ra\on. 

Fais de ta bouche une prison 
Pour mettre ta langue & la raison. 

Fache\ de bin a on n'homme de mauvais comptie, 
E voe \i revindra que de desagremS et de honte. 

Faites du bien & un homme de mauvaise foi, 

II ne vous en reviendra que des d6sagr6ments et 
de la honte. 

Fachei de bin a ron vile, 
A ne sara jamais contd. 

Faites du bien a un vilain, 
II n'en sera jamais content. 

Gar da tce\x die ta man, . 
On sou pe voui, doupe deman. 

Garde toujours dans ta main, 

Un sou pour aujourd'hui, deux pour demain. 



Digitized by LjOOQlC 



— 197 — 

/ ma de* la gotta 

Lee medecins i veiont gotta. 

Au mal de la goutte 

Les medecins n'y voient goutte. 

Ioeu la ddille fd dou and£, 
Lejeu di maitre e fa ve. 

Ou la faulx fait deux andains, 
L'oeil du maitre en fait vingt. 

Le viau dmet le bon lassai 
Queme Vavocat on croai procai. 

Le veau aime le bon lait 

Comme l'avocat un mauvais proces. 

Let mauvaiset leguet et Ice jaloux 
Meritont na ceglia et de coups. 

Les mauvaises langues et les jaloux 
MGritent la verge et des coups. 

L'homme jaloux et eviu de \dtres 
Vaut pas stierpe Ice \on et Ice \dtres. 

L'homme jaloux et envieux des autres 
Ne vaut pas cher pour les uns et les autres. 

L'ivrogne teurnet i cabaret 
QuemS le caion did son boddet. 

L'ivrogne tourne au cabaret 
Comme le cochon dans son ecurie. 



Digitized by LjOOQlC 



— 198 — 

Le ma vint a stevau 

Et s'e reteurnet avoai tapian. 

Le mal vient a cheval (vite) 
Et s'en retourne avec ta peau. 

On va sove l'ar\S void 
ReprSdre solet sa void. 

On voit souvent l'argent vole 
Reprendre seul sa volee. 

On va sovS on starret verie 
Quand Ice bous tiront pas pare. 

On voit souvent un chariot tourner 
Quand les bceufs ne tirent pas 6galement. 

On ivrogne dmet miu avd le cufrd 
Que la gourde et la lega a sa. 

Un ivrogne aime mieux avoir le derriere froid 
Que d'avoir la gorge et la langue a la soif. 

On grand blagueur 
Est tce\ce on miteur. 

Un grand blagueur 

Est toujours un menteur. 

On est pe longte custia que depoeta. 

On est plus longtemps couche que debout. 

Pre de I'eglie^e, Hue di bon Diu . 
Pres de Teglise, loin de Dieu. 



Digitized by LjOOQIC 



- 199 — 

Quand efd biau 
Pre ton mantiau, 
Si e pleut onpou 
PrS-le si te vou . 

Quand il fait beau 
Prends ton manteau, 
S'il pleut un peu 
Prends- le si tu veux. 

Quand ia pe rS a ron\ier 
Lee rats quittont le grenier. 

Quand il n'y a plus rien a ronger 
Les rats quittent le grenier. 
Ou il n'y a rien a prendre, pas de voleurs. 

QuemS le coetai de Jean Galant, 
A copet de to l&flan. 

Comme le couteau de Jean Galant, 

II coupe de tous les cotes 
S'adresse aux individus qui son! d'unc platitude a I'exces et 
de I'opinion de tout lemonde. 

Quand toe le monde s'ddet 
Nion se crdvet. 

Quand tout le monde s'aide 
Person ne se fait mal. 

On stin sS coa crSpas de montrd le cu 

Un chien sans queue ne craint pas de montrer le 
derriere. 

S'adresse aux gens sans moralite et sans honneur. 



Digitized by LjOOQlC 



— 200 — 

Que vd pUgne 
Vd longte. 

Qui va se plaignant 
Va longtemps. 

Rire sS 6tre conte 

Est on rire que passet pas let d6. 

Rire sans etre content 

Est un rire qui ne ctepasse pas les dents. 

U pe la teta y u pe la coa, 
L'agneau ressSblet a la Jia. 

Ou par la tete, ou par la queue, 
L'agneau ressemble a la brebis. 

Tel p6re, telfils. 

Le devddre dmet miu crevd 

Que i dire \ceurs sdbld. 

Le vendredi aime mieux crever 
Qu'aux autres jours ressembler. 

On rend et on campagndrd 
Sont dou bonfrdres. 

Un renard et un campagnard 
Sont deux bons freres. 

E faut astd le bin rouin-nd 
Et let masons bin frSmd. 

II faut acheter le bien ruine 
Et les maisons bien fermees. 



Digitized by LjOOQlC 



— 201 — 

Est t'avoai on viu bron et on bon clioston y 
Qiionfd na boenasepa et on bon farcon. 

C'est avec un vieux chaudron et une bonne mar- 
mite, 
Qu'on fait une bonne soupe et un bon farcon. 

Vaut miu itre di couti de cho que caquet, 
Que di coute d'on grou stin que \apet . 

Vaut mieux 6tre du cote de celui qui chie, 
Que du cote d*un gros chien qui aboie. 

II y en a encore d'autres, et des plus expressifs, mais la note 
de Boileau ne suffirait pas a les voiler. 



A Va atd a Vecoula darri let moraillet di collaige. 
II a 6te a Tecole derriere les murailles du college. 
Se dit d'un ignorant. 

A fource de peed le bou, d sort de la ria. 

A force de piquer le boeuf, il sort de la raie. 

A force de taquineries, l'homme le plus doux finit par se 
inettre en colere. 

A Va jamais viu on loeupettd chu na pier a deboet. 

II n'a jamais vu un loup peter sur une pierre de 

bois. 

A I'adresse de celui qui n'a pas invente la poudre, qui n'a ni 
voyage, ni soufferL 



Digitized by LjOOQlC 



_ 202 — 

A Va dimenia\ia avoai na senaille de boet. 
II a d6m6nag6 avec une sonnette de bois. 
A 1'adresse des mauvais payeurs, banqueroutiers, etc. 

A Va on pa die la man. 

II a un poil dans la main. 
Ce que Ton dit generalement k un faineant, a un paresseux. 

A Va promts plus de toma que de pan. 

II a promis plus de fromage que de pain. 
II a promis plus qu'il n'a tenu. 

Arid on bostet. 

Traire un bouc. 
C'est entreprendre une chose impossible. 

Avoai let polaillet on appre a e\arratd. 
Avec les poules on apprend a gratter. 
On devient mauvais avec de mauvaises frequentations 

A vou pettdpe iau qua Va le cu. 

II veut peter plus haut qu'il a le cul. 
A 1'adresse de celui qui fait I'important. 

Bttie queme soepids. 

Bete comme ses pieds. 
Expression energique qui s'adresse a un homme simple qui 
veut faire du genre et paraitre malin. 

Cho que travaillet pas pollie, travaillet rosse. 

Celui qui netravaille pas poulain, travaille rosse. 
II vaut mieux travailler etant jcune que d'etre oblige de tra- 
vailler ^(ant vieux. 



Digitized by LjOOQlC 



- 203 - 

D'aipas gardd Ice qaions avoai ta. 

Je n'ai pas garde les cochons avec toi. 
Apostrophe souvent employee pour repousser un individu 
inconnu on de condition inferieure, lequel en prend Irop a son 
aise et use tout d'abord d'une familiarite grossiere. 

E faut pas ecorstier toe ce quest gras. 

II ne faut pas Scorcher tout ce qui est gras. 
II ne faut pas toujours demander a la m6me bourse. 

E faut soeuteni le pan quon me\et. 

II faut soutenir le pain qu'on mange. 
Les serviteurs doivent toujours soutenir les interets de leurs 
maitres. 

E iapas defara si reteur. 

II n'y a pas de foire sans retour. 
II n'y a pas de plaisir sans desagrement. 

E la pe mauvaise roa de na voitura que fa mat de 
broui. 

C'est la plus mauvaise roue d'une voiture qui fait 
le plus de bruit . 
C'est le plus mauvais ouvrier qui se plaint le plus. 

E pas toe\oefaita quand on carre-llenet. 

Ce n'est pas toujours fete quand on carillonne. 
II ne faut pas toujours s'en rapporter aux apparences. 

E jaut pas att&dre Ice solars d'on mort p'etre bin 

stoeucha. 

II ne faut pas attendre les souliers d'un mort 
pour 6tre bien cnaussG. 



Digitized by LjOOQlC 



— 204 — 
S'adresse aux personnes qui vivent sur I'espoir dun heritage. 

Lafanfd sorii le loeu di boet. 

La faim fait sortir le loup du bois. 

La fan est on bon coe\enier. 

La faim est un bon cuisinier. 

Tout est bon quand on a faim . 

Le rest ant de la colaire de Diu. 

Le restant de la colere de Dieu. 

Expression appliquee a un sacripant, a un vaurien de la pire 
espece et reconnu tel. 

Le secret de tanta Llauda. 

Le secret de tante Claudine, ou de Polichinelle. 

Llui /aire de remontrancet est quemS si on Idvdvet la 
teta a na borrica. 
Lui faire des remontrances c'est comme si on 
lavait la tete a une bourrique. 
Expression souvent employee en parlant d'un mutin, d'un 
ent&e. 

Lee loeu se me\ont pas etre loeu. 

Les loups ne se mangent pas entre eux. 
Les mauvais gredins s'entendent toujours. 

Lee stets font pas de stins. 

Les chats ne font pas de chiens. 
Tel pere, (el fils. 



Digitized by LjOOQlC 



— 205 — 

On grand homme on coup mort vaut pas on stin S via. 
Un grand homme une fois mort ne vaut pas un 
chien en vie. 
Avis aux grands hommes. 

Passd lafaita, bagd le se. 

PassGe la f6te, vanter le saint. 
Passe le jour, adieu la fete. 

Passd Stalandet avoai sajenna et Pdquet avoai Yecrod. 
Passer Noel avec sa femme et Paques avec le cur6. 

Quand Ice stets i sontpas, Ice rats dansont. 

Quand les chats n'y sont pas, les rats dansent. 
Quand il n'y a pas de surveillance, les affaires vont mal. 

Quand on se custet avoai loe stins on se Uvet avoai let 
pu\et. 
Quand on se couche avec les chiens, on se leve 
avec les puces. 
Les mauvaises fr£quentations n'engendrent rien de bon. 

Tee ce quest blanc est pas lassai. 

Tout ce qui est blanc n'est pas du lait. 
line faut pas toujours s'en rapporter aux apparences . 

Trop d'on Jlan, pas proe de Vdtre. 

Trop d'un cot6, pas assez de Tautre. 
L'exces en tout est un defaut. 

Chd qua pas d' esprit a la teta Va 6 talons. 

Celui qui n'a pas d'esprit & la t6te Ta aux talons. 



Digitized by LjOOQlC 



— 806 — 

On f&pas n omelet t a se cassd de coquets. 

On ne fait pas une omelette sans casser desoeufs. 
Pour obtenir une concession il faut fairc des sacrifices. 

Loe medecins gardssont toe lemondeet se laissont moeri, 
Les medecins gu6rissent tout le monde et se lais- 
sent mourir. 

On mauvais arre\eme vaut miu qu'on bonprogai. 

Uti mauvais arrangement vaut mieux qu'un bon 
proces . 

Beta a ta pourta na senaille, 
Mais a ton queurepoe de saraille. 

Mets a ta porte une sonnette, 
Mais a ton coeur point de serrure. 

Que t'ayet melions, que t'ayet melidrds, 
Gdrda cdque sous die ton placdr. 

Que tu aies millions, que tu aies milliards, 
Garde quelques sous dans ton placard. 

Ni on stevau, ni na litvra 
Couront si vite que na detta. 

Ni un cheval, ni un lievre 

Ne courent si vite qu'une dette. 

On pou vd stan\ier lafortena 
Queme loe quart Her de la lena. 

On peut voir changer la fortune 
Comme les quartiers de la lune. 



Digitized by LjOOQlC 



— 207 — 

E vaut miu u\d de soldr 
Que de lecheux et lebilldr. 

II vaut mieux user des souliers 
Que des draps et le billard. 

II vaut mieux marcher et travailler que de dormir ou de jouer. 

Lepe ibarracha est chd que tint la coa de lapdla. 

Le plus embarrass^ est celui qui tient la queue de 
la po61e. 

Celui qui est charge du soin d'une affaire a toujours le plus de 
peine et d'embarras. 

Henri IV a dit, au sujet de ce proverbe, un mot qui fait 1'eloge 
de son ceeur et de son esprit, et dont on a fait une £pigramme 
intitulee : Dialogue entre un Prince et son Ministre. 

Dans le besoin pressant qui vous menace, 
Sire, il faudrait recourir aux impots. 
_ Ah! des impots! laissons cela,de gr&ce; 
Mon pauvre peuple a besoin de repos. 
Le voulez-vous sucer jusqu'a la moelle? 
Je pretends, moi, qu'il n'en soit pas ainsi. 
_ Sire, songez quel est en tout ceci 
Mon embarras; songez que de la poele 
Qui tient la queue, est le plus mal loti. 

— Qui dit cela? — Qui? le proverbe, Sire. 

— Ventre-saint-gris \ le proverbe a menti ; 
Car, j'en r6ponds, c'est celui qu'on fait frire. 



Digitized by LjOOQlC 



Supplement. 



BarrottA, j\ Quand on a des gargouillements dans 

le ventre, on dit : le vetre barrdtet. 
B&da, n. f. Bande. Petite ouverture a une porte pour 

donner un courant d'air; le vide qui se fait entre 

deux planches d'une cloison. 
BedA, v. Emmailloter un enfant, lui mettre le maillot. 
Betie a pan, n. /. Bete & pain. Homme bon a manger 

du foin, stupide, sans jugement, propre & rien. 
Blanc, adj. Quand quelqu'un a commis une faute, un 

crime, on dit : a le pas blanc, il n'est pas blanc, 

il a une mauvaise affaire sur le dos. 
BoA, adj. Planche qui s'est bombee; bois qui s'est 

courb6, quelque peu tordu. " 
Boe-rdin, n. m. Un brin de n'importe quoi, un rien 

dans l'oeil. 
BougrAillerte, if./. Expression triviale pour indiquer 

une marchandise de peu de valeur, des objets 

inutiles. 
Br'guenA, Fr'guenA, v. Attiser le feu, fourgonner le 

bois dans la chemin6e. 
Bretier, v. Tourner de cot6 le train de devant d'une 

voiture & quatre roues pour changer de direction. 
Bringa, »./. Expression dont on se sert envers un 

homme toujours ind6cis, ne sachant pas se tirer 

d'affaire. 



Digitized by LjOOQlC 



— 209 — 

CAglia, n.f. Longue verge souple, avec laquelle on 

frappe quelqu'un . 
CoutA, n. m. On appelle ainsi la partiedu corps entre 

les deux gpaules. 
Decalitre, n. m. A la campagne, on appelle ainsi, 

par d6rision, un chapeau noir de haute forme. 
£biA, adj . Une personne mal conform6e, bras, jambe 

ou rein ayant des difformit6s. 
Eghutena, n. m. Temps trop humide ou trop sec. 
EgroeubellA, *>. Enlever le grceubai, ou croute seche 

sur une plaie. 
fiM^CHER, v, Laisser 6chapper un animal ou un objet 

quelconque. 
£ trossa, adv. Prendre un chemin de traverse pour 

arriver avant quelqu'un a un point d6sign6 f l'at- 

traper, lui barrer le passage. 
FarrA, p. Ferrer. Quand un petit enfant a toutes 

ses dents, on dit : a le farrd, il est ferr6. 
FrizA, p. Friser. Se dit du bruit que fait Peau froide 

en tombant sur le fer chaud. 
LandA, p. Marcher p6niblement, en se trainant. 
LandAr, n. m. Seuil d'une porte. 
LisgAr, n. m. Un homme parlant mal & propos, me- 

disant, cancanier. 
Moeutenet, n. m. Petit mouton de moins d'un an. 
NAja, Naija, adj. Objet qui a pris une couleur jaune 

produite par Phumidit6. 
Nilla, n. f. Se dit d'une nombreuse progGniture et 

s'applique aux gens et aux animaux. — Nid il 

y a._ 



Digitized by LjOOQlC 



— 210 — 

Tapet, n. m. Petit moulinet, accroch6 sur un arbre, 
ou au bout d'une perche, tournant par le ventet 
frappant sur une ardoise pour faire peur aux 
oiseaux qui mangent les cerises et autres fruits. 



Voici mon travail termine. Je ne regrette pas la 
peine qu'il m'a donnee; cependant, en6crivant le mot 
finis, le quatrain suivant du poete Scalliger me revient 
naturellement a la m6moire : 

Si quelquun a commis un crime odieux, 
S'il a tue son pere ou blaspheme les dieux, 
Qu'il fasse un lexicon ; s'il est supplice au monde, 
Qui le punisse mieux, je veux que Yon me tonde. 



1 oj o «■■ 



Digitized by LjOOQlC 



TABLE DES MATIERES 



Preface 5 

- Remarques sur la prononciation 11 

Observations grammaticales 17 

— De Tarticle id. 

— De l'adjectif 18 

— Des pronoms 19 

— Du verbe 21 

Liste des abr6viations 30 

Dictionnaire des mots qui n'ont pas d'6quiva- 

lents dans la langue frangaise 31 

Dictionnaire fran<jais-patois 149 

Dictionnaire de quelques noms de villes, etc.. 179 

Dictionnaire de quelques noms propres . . 181 

Proverbes, maximes, adages 183 

— sur le temps et Pagriculture. . . id. 

— sur l'amour, les femmes et le ma- 

nage 189 

— sur divers sujets 191 

Supplement 208 



Digitized by LjOOQlC 



Digitized by LjOOQIC 



Digitized by LjOOQlC 



Digitized by LjOOQlC 



Digitized by LjOOQlC